Urgent

Kagame invite Macron à visiter le Rwanda début 2019

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 22 novembre 2018 à 10:28

Le Président rwandais Paul Kagame est finalement attiré par la personnalité du français Emmanuel Macron. De passage à Erevan au sommet de l’OIF et à Paris au Forum Mondial pour la Paix, Kagame n’a pas manqué de faire une invitation expresse à ce jeune président français. C’est dire que la renormalisation des relations franco-rwandaises va bon train.

Emmanuel Macron en entrant à l’Elysée a bousculé les mentalités de cette forteresse française. Lui comme Sarkozy s’est distancié des cercles de vieux politiciens français, les Juppé, Védrine, Lafourcade... pour décider de voir autrement les relations franco rwandaises mises à mal par des accusations réciproques des deux gouvernements. Le Rwanda accusant la France officielle de 1992-1994 d’avoir préparé techniquement, matériellement et sciemment les génocidaires rwandais pour éliminer les Tutsi de l’Intérieur ; la France accusant et émettant des mandats d’arrêt internationaux contre les hauts officiels rwandais pour soi-disant avoir participé à l’abbattage de l’avion du président d’alors Juvénal Habyarimana.

Le réexamen du dossier Bruguières incriminant la dizaine de hautes autorités politiques et militaires du pays et repris sous la présdence de Sarkozy par un juge Trévidic plus investigateur. Est-il autrement concluant au point que cela n’encourage pas le cercle des Juppé et consorts ? Toujours est-il que sous la Présidence de François Hollande, les conclusions de ce dossier ne sont pas rendues publiques.

La venue d’Emmanuel Macron se fait discrète sur ce dossier mais on décide uniquement du non lieu. Une façon de dire qu’il y a abandon de poursuite judiciaire contre les officiels rwandais et donc annulation des mandats d’arrêt lancés par le juge Bruguières.
Mais comment faire amende honorable au préjudice causé par la France au Gouvernement rwandais ? Quelle action d’éclat possible ?

La France officielle ne peut pas être plus éloquente que consacrer la candidature à l’OIF d’un cytoyen rwandais. Et le choix porte sur l’ex-ministre Louise Mushikiwabo, brillante et volubile aussi bien en français qu’en anglais, défendant bec et ongle son gouvernement du temps où elle servait comme porte parole et ministre des affaires étrangères.

Le président Paul Kagame invite Macron
A l’occasion du Forum Mondial pour la Paix de Paris du 11 au 13 novembre dernier, le président Rwandais Paul Kagame exprime sa gratitude dans une lettre d’invitation à son homologue français à venir visiter le Rwanda au début de l’an 2019.

Est-ce une façon définitive de mettre un sceau au réchauffement des relations bilatérales entre les deux pays.
Dans tous les cas, la France persévère dans sa thèse de l’erreur d’appréciation et de calcul politique mitterrandienne de la situation rwandais 1992-1994 qui culminé dans le génocide des Tutsi de 1994.

Du côté rwandais, tout faire pour dépasser la situation du sous développement pour tous les citoyens rwandais. Kagame est prêt à mettre tout le paquet pourvu que la France de son côté mette sous examen judiciaire et, avec une franche et active coopération judiciaire avec le Parquet général de la République rwandaise, puisse amener devant la justice les centaines d’anciennes personnalités politiques, militaires et de la société civile du temps de Habyarimana qui ont présumablement fortement trempé dans le génocide de 1994 et qui sont les porte-étendard du négationnisme de ce génocide des Tutsi de triste mémoire.

La visite de Macron à Kigali est une passe très stratégique dans la mesure où en discutant avec le pragmatique rwandais Paul Kagame, les questions économiques vont nécessairement être au centre de l’attention du Français, au moment où le Rwandais Kagame insistera sur les questions d’ordre légal dont le vote à l’Assemblée Nationale Française et Européenne d’une loi réprimant le négationnisme du génocide des Tutsi autant qu’il en existe celle réprimant les propos négationnistes du génocide des Juifs.

Une nouvelle ère caractérisée par des projets culturels français au Rwanda

Une autre donne attendue dans les pourparlers entre les deux délégations rwandaise et française, c’est que la partie française sera intéressée à monter des entreprises et autres institutions culturelles au Rwanda pour mieux appuyer les éffrots de repromotion du français. Cette tâche ne sera pas de tout repos surtout que l’ensemble de la jeunesse estudiantine rwandaise est très branchée sur un anglais facilement apprenable et en grand usage en Afrique de l’Est où est tournée l’économie rwandaise.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité