Urgent

Kagame exhorte les dirigeants Africains à s’unir pour faire face au Monde

Redigé par Bérénice
Le 11 février 2019 à 01:19

Dans son allocution d’ouverture de la 32ème session de la Conférence de l’Union Africaine (UA) à Addis-Abeba, le Président Paul Kagame a appelé à la cohérence du processus de réforme de l’Union africaine, incitant ainsi les dirigeants à ne pas craindre le changement.

Lors du sommet, qui s’est tenu hier le 10 février 19, le président Kagame a passé les emblèmes de l’UA à Abdul Fattah Al-Sisi, Président de la République Arabe d’Égypte.

Kagame continuera toutefois de diriger le processus de réformes de l’Union africaine telles qu’elles lui ont été confiés par les chefs d’État et de gouvernement africains lors du sommet de l’UA à Kigali en 2016.

Le président a déclaré qu’au cours de la dernière année, l’UA a réalisé des progrès considérables dans de nombreux domaines, tels que les partenariats avec d’autres organisations internationales, la signature de l’Accord de zone de libre-échange continentale africaine et le lancement du Fonds pour la paix en Afrique, entre autres.

Ceci, a-t-il dit, était la preuve de l’impact de la détermination et des capacités collectives.

« Notre objectif est de continuer à bâtir une Union africaine plus forte et capable de respecter les piliers de l’Agenda 2063 et de mieux représenter les intérêts de l’Afrique sur la scène mondiale. Les progrès accomplis reflètent l’engagement et les aspirations de longue date des dirigeants et des citoyens africains. L’accord African Continental Free Trade Area (CFTA) a été signé et, moins d’un an plus tard, il sera entré en vigueur dans quelques semaines », a-t-il déclaré faisant le bilan de ses activités tout au long de son mandat d’une année à la présidence de l’UA.

Le sommet, entre autres sujets, a examiné les orientations pour une approche africaine commune de la gestion de l’identité numérique dans le but d’accroître l’inclusivité économique et la confiance des citoyens, en particulier dans le contexte d’une intégration régionale croissante.

« Nous ne devons pas craindre ces changements ni tenter de les retarder. Ce serait futile et contre-productif. Ils sont les moteurs de la productivité et de la prospérité de nos jeunes. Toutefois, pour garantir notre place, nous devons faire face au monde en tant que bloc unifié et travailler en étroite collaboration avec d’autres organisations régionales et le secteur privé afin de garantir la garantie des droits et des intérêts des Africains », a déclaré le président sortant de l’AU.

Le sommet a également examiné les spécifications du passport africain qui vise à permettre la libre circulation des personnes à travers le continent.

Lors du sommet, Kagame, qui dirige les réformes institutionnelles de l’UA, a présenté une mise à jour du processus.

Il a noté que le processus était dans les délais mais qu’il restait encore beaucoup à faire, car certaines des décisions les plus difficiles restaient à prendre.

« Ce qui est essentiel à ce stade, c’est de maintenir ce bel élan et de rester beaucoup plus concentré et axé sur les résultats », a-t-il déclaré.

Jusqu’à présent, il a déclaré que 50 pays avaient effectué leurs paiements au Fonds pour la paix, qui s’élève actuellement à 89 millions de dollars.

S’agissant de l’approbation du Groupe d’éminents Africains, composé d’un membre de chaque région, il a déclaré que les consultations entre les différentes régions étaient toujours en cours.

Les personnalités éminentes sont, entre autres tâches, chargées de superviser la présélection des candidats à la haute direction de la Commission.

« Le processus consultatif sur la réforme des organes de l’Union africaine se poursuit. Plusieurs organes ont déjà fourni des recommandations détaillées à la Commission, ce dont nous sommes reconnaissants », a-t-il ajouté.

Il a exprimé sa gratitude pour le soutien et la confiance dont il avait fait preuve pour diriger le continent pendant son mandat de président.

Pendant le mandat du Président Kagame, le continent a progressé dans des domaines tels que le lancement du Fonds pour la paix, la signature de la zone de libre-échange continentale africaine, un partenariat renforcé avec des organisations internationales telles que l’ONU et l’Union européenne, ainsi que la contribution financière accrue des États membres.

Plus tard dans la journée, M. Kagame a présidé une réunion de haut niveau sur le tableau de bord de la transformation de l’agriculture en Afrique, en tant qu’outil permettant de partager les connaissances et de faire progresser la transformation de l’agriculture sur le continent.

Source : The Newtimes


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité