Urgent

Kagame confiant dans la numérisation des activites economique comme moteur de progrès pour l’Afrique

Redigé par igihe
Le 20 mai 2019 à 11:48

Le progrès et la croissance économique de l’Afrique se réalisent en partie grâce au rôle que jouent les technologies de l’information et de la communication, a déclaré le Président rwandais Paul Kagame au cours de son discours a la Conference de Viva Tech de Paris en France ce vendredi 17 mai, invitant les investisseurs francais a envahir le marche rwandais.

« Lorsque vous examinez la croissance des économies africaines, tous les pays font vraiment de leur mieux pour investir dans les nouvelles technologies », a-t-il ajouté.

Le Chef de l’État a partagé aux 27.000 participants le parcours de transformation du Rwanda et a souligné que le pays a vite compris que la technologie allait améliorer la façon de faire les choses.

« Dans le même temps, pendant ce processus de transformation, nous avons passé d’un niveau à l’autre : de l’éducation à la santé, à la justice, à l’agriculture, aux infrastructures, vers la numérisation de notre économie, ce que certains considéraient alors comme prématuré” a-t-il dit.

« Les gens nous traitaient de fous. Comment vous, Rwandais, parlez de la numérisation et des TICs lorsque votre pays est déchiré, que l’éducation ne fonctionne pas, que la santé doit être construite, etc. Nous leur avons dit que nous n’y voyions aucune contradiction », a-t-il avoué.

Le Président a indiqué qu’il était très clair dès le début que les nouvelles technologies allaient constituer un pont entre les pratiques traditionnelles de la croissance du Rwanda et son avenir.

Kagame, qui s’est rendu à Paris après avoir accueilli le Sommet
Transform Africa à Kigali, a déclaré aux participants que de nombreux éléments dans le domaine des technologies montraient que l’Afrique va dans la bonne direction.

« Nous avons créé l’Alliance Smart Africa. Cela signifie que nous devons numériser et examiner la croissance des économies numériques et ce que cela représente pour le dévéloppement de nos pays », a-t-il ajouté.

L’Alliance regroupe 26 pays représentant une population totale de 600 milions d’habitants, ce qui, selon le Président, constitue un grand pas en avant vers l’intégration.

Par exemple, a-t-il dit, si l’Afrique créait un réseau unique, elle réunirait les Africains et leur permettrait également de communiquer plus facilement et à un moindre coût.

Kagame a évoqué les plateformes électroniques du Gouvernement rwandais grâce auxquelles les services sont fournis aux populations plus facilement et plus rapidement, et permis du coup d’économiser de l’argent et d’accroître les revenus.

Kagame a ajouté qu’il était nécessaire d’investir dans une infrastructure numérique que les gens utiliseraient, dans des institutions susceptibles d’identifier et développer des talents.

Le Rwanda a établi des partenariats qui ont abouti à la création d’institutions universitaires telles que l’Université Carnegie Mellon, l’Institut africain des sciences mathématiques et l’African Leadership University.

« C’est pour nous assurer que les talents identifiés ne se perdent pas, mais qu’ils sont plutôt attirés par ces institutions pour continuer à dévélopper davantage leurs capacités », a-t-il déclaré.

Il a affirmé que l’Afrique comptait plus de personnes talentueuses que le reste du monde, la plupart d’entre elles desservant déjà le reste du monde.
"Nous réalisons que si nous créons l’environnement nécessaire, nous ne devons pas seulement continuer à dévélopper les talents que nous avons potentiellement, mais nous constatons également que les talents déjà dévéloppés seront au service de l’Afrique", a-t-il déclaré.

Le Président Kagame a rendu visite à l’Organisation Internationale de la Francophonie avant de rencontrer des Chefs d’entreprise et des membres de l’organisation des jeunes Présidents.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité