Urgent

Kagame au forum ’Santé pour Tous’ d’ Addis : "Beaucoup reste à faire"

Redigé par IGIHE
Le 12 février 2019 à 11:52

Le Président rwandais Paul Kagame a dirigé à Addis Abeba en Ethiopie, le 9 février 2019, une réunion visant le lancement d’un nouveau programme de renforcement de capacité pour l’objectif africain ’Santé pour tous’. Selon lui, cette initiative a permis la réalisation de beaucoup de choses. "cependant le chemin reste long", a-t-il ajouté.

Ce colloque étudiait les stratégies à mettre en place pour que chaque Africain puisse accéder aux services de santé . Il a réuni les Chefs d’Etat et de Gouvernement, les Directeurs des Etablissements de commerce et des Organisations oeuvrant dans le domaine sanitaire.

Dans son allocution, Paul Kagame a remercié les Chefs d’Etat et de Gouvernement qui ont répondu à l’invitation y compris les invitésErna Solberg,Premier Ministre de la Norvège et Antonio Gutierres, le Secrétaire Général de l’ONU.

”Depuis Bill Gates, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les dirigeants de Gavi, du Global Fund, de la BAD et bien d’autres, la valeur que nous donnons à votre collaboration n’est pas prise à la légère, aussi bien pour l’UA que pour mon propre pays”, a dit le Président Kagame à l’adresse de Erna Solberg et d’Antonio Gutierres.

A ses pairs Africains, il a recommandé le renforcement de capacité et une volonté politique ferme en matière de Santé pour Tous. Il a aussi insisté sur la nécessité de renflouer les caisses du Peace Fund (Fonds pour la Paix et la Sécurité en Afrique).

“Nous aurons de bons résultats si nous travaillons unis comme un seul continent. Nous avons beaucoup à apprendre des autres plus avancés que nous, comme le programme de la santé pour tous et l’assurance sanitaire. Nous devons appuyer ce qui a été déjà réalisé tout en y ajoutant les capacités nécessaires pour atteindre la vision de la santé relative au programme 2063 et le dévéloppement durable, raison pour laquelle le programme établi par la Commission de l’UA est nécessaire”, a-t-il dit dans une sorte de voir son successeur à la tête de l’Union Africain, l’Egyptien Al Sisi, adhérer à cet engagement pour une Afrique saine et sécurisée.

Paul Kagame a, dans son discours, dévoilé crument son penchant capitaliste orthodoxe prononcé. Pour lui, que ce soit l’éducation ou la santé pour tous, rien ne peut se faire sans y associer le secteur privé.

“Le Secteur privé est la solution idéale. Son utilité va au delà du paiement des impôts. Nous avons besoin qu’il investisse suffisamment dans le domaine sanitaire sur le continent, qu’il offre des services impeccables”, a-t-il conclu.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité