Urgent

Justice : Gratitude pour l’action des USA dans l’arrestation des fugitifs du génocide des Tutsi

Redigé par Igihe
Le 3 mai 2019 à 09:43

Ce mercredi 1er Mai 2019, le Ministre rwandais de la Justice et Principal Mandataire de l’Etat en visite aux USA, s’est adresse aux aux Sénateurs et Diplomates américains à Washington DC lors d’une cérémonie organisee autour de la 25è commémoration du génocide contre les Tutsis.

« Le Rwanda est reconnaissant aux États de la Communaute internationale qui arrêtent, extradent ou jugent les fugitifs du génocide trouvés sur leur territoire », a-t-il déclaré, ajoutant que « les États-Unis d’Amérique sont l’un d’entre eux. Je tiens à remercier les États-Unis. "

Depuis 2007, le Rwanda a émis 1 012 inculpations et mandats d’arrêt contre des fugitifs responsables du génocide dans 32 pays du monde entier.
Par la suite, quelque 22 fugitifs du génocide, dont huit arrêtés en Belgique, deux au Canada et trois en Suède, ont été jugés dans différents pays.

Environ 19 personnes en cavale ont été extradées au Rwanda. Les États-Unis en ont extradé quatre, le Danemark deux, la Norvège un, le Malawi un, l’Ouganda trois, le Canada deux et trois pour les Pays-Bas.

Le Ministre Busingye a déclaré que la négation du génocide nécessite une attention et une action internationales.

« Le génocide et la négation du génocide sont frère et soeur, nous ne pouvons pas prétendre en avoir vaincu un si le second n’est pas vaincu également. Le négationnisme se manifeste par des expressions verbales ou écrites qui nient la réalité des faits, l’ampleur du génocide, la complicité d’un État et les groupes qui ont commis le génocide au nom de l’État. "

« Le négationnisme cherche à effacer la mémoire du génocide et à déformer l’histoire du génocide. Il est utilisé pour protéger les auteurs du génocide, leurs complices et leurs héritiers idéologiques”, a-t-il précisé.

La semaine dernière, le Parlement belge a adopté une nouvelle loi contre le négationnisme du génocide des Tutsis. Le Rwanda, la France, l’Italie et la Suisse ont aussi adopté des lois criminalisant la négation du génocide contre les Tutsis, et Kigali invite tous les États à faire de même.

L’idée est que toute action politique ou législative visant à prévenir, dissuader ou punir l’idéologie du génocide, le négationnisme du génocide ou le fanatisme ethnique constitue, en définitive, un acte de prévention du génocide.

La prévention et la répression du crime de génocide et de sa négation constituent une obligation pour tous les États membres des Nations Unies.
Busingye a noté que les États-Unis ont attribué 5 milions $ de récompense pour quiconque fournira des informations menant à l’ arrestation des cerveaux du génocide qui échappent encore à la capture et à la justice, et a souhaité que cette action puisse inspirer les autres.

« Le génocide est un crime indescriptible. Les fugitifs seront arrêtés et traduits en justice un à un. Ils courront, ils ne se cacheront pas indéfiniment, et cela devrait être un engagement de toute l’humanité."
“Le Rwanda est guéri, a déclaré Busingye. Bien que le chemin à parcourir soit encore long, a-t-il noté, les 25 années écoulées depuis 1994 ont enregistré des progrès considérables au Rwanda.

"Le Rwanda aujourd’hui est un pays en paix avec elle-même, réconcilié et uni comme jamais auparavant", a-t-il déclaré. « La division ethnique est presque éteinte, en particulier pour les 70% de la population née après le génocide ».

« Le nombre de prisonniers condamnés pour génocide est environ un quart du total des 65 000 prisonniers et diminue chaque jour. »
Aujourd’hui, le système judiciaire rwandais est presque entièrement automatisé « et est transparent, impartial et efficace ».

Le Ministre a déclaré que l’on pouvait désormais suivre une affaire dans l’un des 65 Tribunaux du pays depuis Washington D.C., “et ne comparaître que si le Tribunal avait besoin de votre présence".

avec The New Times


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité