Urgent

Ils voient leur habitation démolie et passent la nuit à la belle étoile

Redigé par IGIHE
Le 31 juillet 2019 à 10:14

Deux jeunes gens Kiberinka Soleil, 19 ans, et Chance Kiberinka, 23 ans, sont frère et soeur originaire de Nyarugunga en District urnbain de Kicukiro. Ils ont vu des agents de secteurs venir ordonner la destruction de leur habitation leur construite par leur oncle mort en France. Ils ont décidé de rester dans leur propriété et dorment à la belle étoile.

Ils disent que l’ordre de détruire leur habitation a été donné le 16 juillet dernier, par le Secrétaire Exécutif de Secteur Nyarugunga, Mme Génoviève Uwamahoro ; que celle-ci a du payer 35.000 Frw à des ouvriers de la place pour exécuter cette sale besogne.

Umuseke qui rapporte la nouvelle dit que tout part de l’ordre donné par la femme de leur oncle, parisienne, qui a décidé de reprendre tous les biens de son défunt mari, que les deux enfants et un nourrissons de deux ans ne comprennent pas ce qui leur arrive. Ils disent que l’oncle a construit la maison pour leur mère actuellement en prison, que cela vaut titre de propriété. Ils pensent être victimes d’un complot ourdi par la femme de leur oncle en complicité avec les autorités de secteur Nyarugunga.

"Nous avions un titre de propriété de notre parcelle. Mais à la mort de notre oncle en 2012, sa femme Mme Marguerite Barutwanayo NKWAKUZI a débarqué à Kigali pour tromper notre mère qui lui a donné le titre en question prétextant qu’il sera on ne peut plus en sécurité dans ses mains", confient les jeunes gens au journal Umuseke et montrant comment ils sont victimes d’une escroquerie de la part de cette femme qui est allée devant l’officier du Titre foncier pour faire une mutation devenant ainsi propriétaire de la parcelle et faisant ainsi effacer sur ledit titre le nom de Ancilla Mukayisenga, leur mère.

Un complot ourdi contre les deux enfants et la mère
Ces jeunes gens se plaignent du fait que leurs droits ont été violés par les agents de Secteur Nyarugunga, qu’aucun tribunal n’a ordonné la destruction de leur habitation pour un contentieux vieux de sept ans déjà.

Des voisins crient révoltés
"Les gens de notre village n’ont pas voulu accepter l’argent de démolition. Le Secrétaire Exécutif qui l’a ordonné a dû aller demander les services des démolisseurs du village d’à côté. Il s’est même permis de gifler l’enfant qui avait refusé de lui donner des clés de la porte de la maison. Pourquoi a-t-on démoli la maison de ces enfants ? Rien que la cupidité de nos dirigeants. Moi j’exige que l’on reconstruise leur maison. Les voir passer la nuit à la belle étoile, cela nous rend insécurisés", a confié au journal Josiane Kayitesi, une voisine de la propriété démolie.

D’autres voisines dont Claudine Mushimyimana accusent la Secrétaire Exécutive et la chargée d’Affaires sociales de Secteur Nyarugunga de complicité dans cette affaire. Cette dernière exploite la propriété de ces deux jeunes gens sur autorisation de la femme de leur oncle.

"La mère de ces jeunes gens est tout le temps sous les verrous. On l’emprisonne tout le temps pour la relacher. Il ay a peu, le jeune homme Chance a été copieusement tabassé. tout concourrait à cet acte de démilition de leur maison qui a suivi. Bref, ces gens-là subissent de l’injustice notoire", a dit Claudine révoltée.

Interrogée, Géneviève Uwamahoro, Secrétaire Exécutive de Nyarugunga dit que la mère des deux enfants, Mukayisenga, a bel et bien remis le droit de propriété à la femme de son défunt frère. "Quand elle débarque de la France, Mukayisenga lui reconnaît le droit sur la propriété. Aussitôt partie, elle déclare reprendre ses droits", a dit la Secrétaire ne voulant pas être sage pour comprendre que cette famille doit avoir été arnaquée par cette dame franco-rwandaise pour avoir aidé avec offre de petit argent d’éducation des enfants de Mukayisenga dépourvue de tout pour être à même de payer leurs frais de scolarité et autres.

La Secrétaire Exécutive dit avoir tranché et avoir reconnu la franco rwandaise Marguerite Nkwakuzi comme propriétaire de droit le 16 juillet dernier, que cette dernière a pris la décision de démolir la maison construite en 1989 par son mari au profit de sa soeur Mukayisenga et de ses neveux Chance et Soleil.

Ce que la Secrétaire Exécutive ne dit pas, et c’est bien là sa cupidité et son manque de professionnalisme humaniste, c’est qu’elle n’aurait pas ordonné cette démolition sans que la grande dame reloge les jeunes gens dépourvus de tout.

Atteinte de cécité
Pour elle, il sera question de faire en sorte que les jeunes gens et leur mère auront droit à deux mois de location de maison d’habitation gratuite aux frais du secteur pour ensuite voler de leurs propres ailes.

Pourquoi n’a-t-elle pas associé d’autres instances administratives pour connaître ce problème ? A-t-elle été allée vérifier au bureau du titre foncier pour constater si la mère des enfants a apposé sa vraie signature pour le transfert de droits sur la propriété en question à la Franco rwandaise ?

Un secrétaire exécutif a-t-il le droit de procéder à cet exercice de démolition sans qu’il soit autorisé par un juge au bout d’un procès en bonne et due forme ? Au cas où la chose se serait passée sans le jugement du tribunal, ce serait de l’arbitraire impardonnable.

Images malheureuses

Avec Umuseke.rw


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité