Urgent

Harerimana subit malgré lui une formation militaire dans un camp d’entraînement du RNC

Redigé par IGIHE
Le 17 septembre 2019 à 11:24

Un jeune homme, Jean Paul Harerimana, 31 ans, originaire de Gasovu en District de Nyamasheke (Province de l’Ouest) raconte comment, lui et d’autres Rwandais, se sont retrouvés séparément dans un camp de formation militaire du mouvement RNC/Rwanda National Congress pour y subir un entrainement militaire de deux semaines.

Il raconte qu’il a fait le voyage d’Uganda le 28 janvier dernier pour rendre visite à ses cousines habitant le quartier Muwembe de Kampala.

"Au moment de dire adieu à mes cousines, un mois après, il a été annoncé la fermeture des frontières. Un voisin à mes cousines m’a alors proposé un travail dans une mine en attendant que la situation se décante. Nous sommes partis pour me retrouver dans un camp de formation militaire dans le lieudit Kabindi en Territoire de Rutschuru en RDC-Est.

Harerimana Jean Baptiste qui a subit malgré lui l'entrainement militaire des RNC puis détenus dans les cachots de CMI pendant plusieurs mois pour tentative de fuite-retour au Rwanda

Le camp était supervisé par un certain Colonel Kayumba Rugema, neveu du Général dissident rwandais Kayumba Nyamwasa. Il est rapporté que ce colonel a quitté les rangs de RDF/ Rwanda Defence Forces avec un grade de caporal.

"J’ai commencé à subir une formation militaire forcée avec 75 autres jeunes rwandais, ugandais et congolais à partir du mois de mars qui a suivi. Elle a duré deux mois pour, à la fin, être déployé", a dit le jeune homme ajoutant qu’il leur été dit qu’ils font désormais partie de RUD-Urunana (Rassemblement pour l’Unité et la Démocratie au Rwanda). "L’objectif est de libérer le Rwanda", leur était-il dit.

"D’autres qui nous faisaient des causeries, c’était des gens qui nous enseignaient le droit militaire. Ils disaient avoir appartenu à l’Armée rwandaise", a confié à la presse ce jeune homme qui, à l’encroire, a dû s’échapper aussitôt qu’il a été déployé à la frontière ugando congolaise.

"Je me suis introduit dans un camp de réfugiés congolais situé à la frontière ugandaise. Mais aussitôt les services de sécurité ont été alertés alors que je me préparais à chercher un déplacement pour la ville de Kisoro puis le Rwanda", confie ce jeune homme qui a été aussitôt arrêté pour être détenu dans la garnison militaire de Bwindi et ailleurs pour atterrir à Kampala dans les QG de CMI/Chieftency of Uganda Military Intelligence.

Ils sont en tout 32 ressortissants rwandais déportés d'Uganda ce jeudi 11 septembre. Ils ont subi des sévices corporels de la part des services de renseignement militaire ugandais

"L’objet de mon arrestation n’existe pas. J’ai fait tout ce temps sans dossier. Et pourtant j’avais une ration quotidienne de coups de baton pour être, comme mes camarades d’infortune que j’y ai trouvé, Rwandais", a dit le jeune homme qui se plaint de son ouie abimée à cause de ces coups qui tombaient sur lui au quotidien.

En ce jeudi 11 septembre 2019, lui et ses 31 camarades ont été ordonnés de monter dans un véhicule qui les a convoyés de Kampala vers la frontière rwando ugandaise de Kagitumba, à plus de 600 Km. Il leur a été montré la direction de la douane rwandaise de Kagitumba. Leur calvaire prenait ainsi fin. Est-ce aux pourparlers de paix entre Kagame et Museveni qu’ils doivent ce salut ?

Harerimana dit avoir des preuves montrant que le service militaire ugandais force des Rwandais résidant en Uganda à adhérer au RNC/Rwanda National Congress, que celui qui s’y oppose est harcelé puis torturé sans avoir commis un quelconque crime.

Quelques Rwandais déportés d'Uganda ce jeudi 11 septembre et redirigés sur le poste frontière de Kagitumba

Peut-on espérer que les autorités militaires ugandaises vont se désoridariser de ce projet belliqueux maintenant qu’un processus de dégel des relations entre les deux pays est déclenché ce 17 septembre avec la visite de travail d’une délégation dirigée par le Ministre des Affaires Etrangères ugandais à Kigali dans le cadre du suivi de la Signature des accords de paix de Luanda entre Kagame et Museveni en juillet dernier ?

Cela se saura au moment où la liste de 208 rwandais détenus en Uganda et remise par la partie rwandaise ӑ l’ugandaise sera prise en considération.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité