Urgent

Gitwe : Les boursiers du FARG et le même FARG s’accusent mutuellement

Redigé par IGIHE
Le 27 mai 2019 à 11:13

Les responsables du FARG ?Fonds d’Assistance aux Rescapes du Genocide jurent n’avoir aucun arriéré dans le versement des bourses pour etudiants eligibles a ce fonds. Les concernés affirment n’avoir rien reçu depuis juillet 2018.

Certains des étudiants bénéficiaires des bourses du Fonds d’assistance aux Rescapés du Génocide, FARG, une soixantaine, frequentant l’Université de Gitwe dans le District de Ruhango en Province du Sud, disent qu’ils vivent dans de mauvaises conditions suite au non versement de leurs bourses d’étude.

Ceux de la 4ème année des Sciences Infirmières ont confie au journal en ligne UMUSEKE n’avoir rien perçu depuis le début de l’année académique en Janvier 2019. Ils sont 68 à connaitre ce problème.

Le FARG, qui verse les bourses en deux tranches de cinq mois chacune, affirme n’avoir aucun arriéré et promet par contre que la seconde va être bientôt versée.

Les boursiers, de leur part, disent avoir perçu seulement la tranche de juillet-décembre 2018, où chacun a percu 35.000frw, comme l’atteste une copie de la Banque de Kigali en possession de UMUSEKE. Ces étudiants ne comprennent pas pourquoi ils ne perçoivent pas leurs bourses quand les dirigeants du FARG assurent, à chaque fois qu’ils reçoivent les délégués de ces étudiants, que le problème va bientôt être résolu.

Certains de ces étudiants, qui ont requis l’anonymat, témoignent. “La vie n’est pas facile. Tu erres pour trouver quelqu’un qui puisse t’héberger, conscient que tu lui fais porter un lourd fardeau”, dit le premier.

“Le Secrétaire nous a dit que le Directeur Général ne sera pas disponible. A sa sortie, et parce nous lui avions envoyé un message l’informant que nous ne partirons pas sans le voir, il nous a affirmé avoir signé et qu’il avait donc fini ce qui le concerne”, témoigne le second.

Aux étudiants qui lui ont demandé combien de temps ils doivent attendre, le DG a assuré que ça ne peut pas aller au-delà du 10 mai courant. Deux semaines viennent de s’écouler depuis la date limite promise.
Une autre délégation est retournée au bureau du FARG. Il leur a été dit, cyniquement, qu’ils ne savent pas patienter, et il leur a été demandé, au contraire, de se trouver eux-mêmes des solutions.

L’inquiétude est totale chez ces étudiants qui voient s’approcher la fin de l’année budgétaire pendant qu’ils fréquentent la dernière année de leurs études.
Le DG du FARG ne s’accorde pas avec les étudiants qui affirment n’avoir rien perçu depuis le début de l’année académique. “Ils ont reçu la première tranche. Ce n’est pas vrai ce qu’ils disent. Je l’affirme”, s’exclame le DG Ruberangeyo Théophile.

Qui croire ? Qui ne pas croire ?

Le fait est qu’une copie de la Banque de Kigali, BK, dont dispose UMUSEKE, fait état d’un versement de la bourse des étudiants datant de juillet 2018. Une copie du versement postérieur devrait être en disposition des services du FARG et constituer du coup une pièce convaincante en sa faveur.

“Les informations à ma disposition sont celles-ci. Nous n’aurions même pas de paix avec eux si nous avions un arriéré si énorme. D’ailleurs ils ne seraient plus là, ils se seraient rendus et partis”, a ajouté le DG.

Comme si la patience et l’endurance des étudiants devenaient une défaillance !

Alors que certains agents du personnel du FARG ont expliqué aux étudiants que l’origine de leur problème réside dans le disfonctionnement du système électronique, le DG a dit que le retard du versement de la 2ème tranche a été dû à la fermeture de certains Départements à l’Université de Gitwe, et qu’il a donc fallu vérifier d’abord la liste des bénéficiaires.

Il saute aux yeux du lecteur que ceci n’explique pas cela et qu’il est encore long le chemin vers la prestation de bons services !


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité