Urgent

Gén. Henry Tumukunde arrêté pour déclarations en rapport avec les relations difficiles rwando ugandaises

Redigé par IGIHE
Le 14 mars 2020 à 01:41

L’ancien Ministre de la Sécurité intérieure ugandaise, le Gén. Henry Tumukunde, a été arrêté ce jeudi 12 mars 2020 pour des propos séditieux en rapport avec la gestion des relations difficiles rwando ugandaises, propos qui n’ont pas plu aux autorités ugandaises.

Cet ancien puissant ministre qui se préparait à poser sa candidature à la présidentielle ugandaise de 2021 a eu maille à partir avec un autre général Kale Kayihura, ancien ministre de la Police ugandaise.Il accusait ce dernier de complicité et de trahison en faveur du Rwanda. Il a également massivement sévi contre les rwandais résidant ou en visite en Uganda qu’il soupçonnait d’espionnage. Peu après ces exactions, il a été déposé par le président Yoweri Museveni le 4 mars 2018.

Probables causes de son arrestation
En ce vendredi 13 mars 2020, cet ancien général-ministre a été objet d’une déclaration de police ugandaise qui justifie son arrestation pour trahison partant de son entretien à TBS Uganda où il a évalué au négatif les prestations des services de renseignement ugandais au vu de l’actuel contentieux rwando ugandais.

Le communiqué de la Police accuse également cette ancienne personnalité ugandaise de faire appel à un pays voisin (le Rwanda ?) pour un soutien afin qu’il dépose le régime en place à Kampala.

Foutaise tout cela, semble dire l’opinion publique ugandaise qui trouve que l’émission télévisée de la semaine écoulée de TBS aucours de laquelle Tumukunde a occupé tout l’espace d’une heure trente minutes a fâché les officiels gouvernementaux.

"Vous me demandez d’apprécier les actuelles froides relations rwando ugandaises ? Est-ce une question en rapport avec la sécurité. ça va bien audelà. (...) Pourtant elle est très simple. Si je me mets à la place du Rwanda, je comprendrais que ce pays-là appuie des personnalités ugandaises soucieuses d’apporter des changements en Uganda. Nos lois sont claires et précises. Nous avons eu souvent des problèmes de relations de voisinage avec le Kenya. Il est même arrivé une période où nous avons massé nos troupes à la frontière entre nos deux pays. Nous avons également eu des incopréhensions avec la Tanzanie. C’est une question de gouvernance", a-t-il confié au journaliste de TBS soucieux de savoir ce qu’il ferait dans le contentieux rwando ugandais si d’aventure il était à la présidence de l’Uganda.

Mais il a tenu à clarifier sa position
"Cher journaliste, je tiens à préciser que le fait que les service d’espionnage ne font pas suffisamment leur travail, c’est un problème. Ces services doivent été renforcés, et je crie cela à qui veut m’entendre des deux côtés qui sont concernés (...). Si tu ne renforces pas tes services d’espionnage comme il faut en leur donnant des outils nécessaires pour dissocier le faux du vrai, ça finit par le fait que tu baigne dans d’interminables conflits", a-t-il dit critiquant de façon constructive le modus operandi des services de sécurité de son pays comme si il appelait les officiels à se dépasser en la matière.

"Merci de me permettre de ne pas m’immiscer dans des problèmes qui ne me regardent pas. Je ne suis pas membre du gouvernement. Je ne veux pas me faire mandataire de ce gouvernement à ce sujet. Il y a un besoin d’un service d’apionnage. Et là où le bât blesse, c’est que tout le monde qui donne une information relative à l’espionage/contre espionnage dit que l’information qu’il donne est vérifiée", a-t-il ajouté.

A l’arrestation de cette personnalité publique, Mê Alex Luganda, son avocat, a déclaré à la presse que le Général n’a jamais tenté d’attiser davantage le feu dans les difficiles relations rwando ugandaises.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité