Urgent

Eglise catholique et autres priées de se désolidariser publiquement de leuirs ministres présumés criminels

Redigé par IGIHE
Le 3 octobre 2019 à 02:16

Le Secrétaire Exécutif de la Commission Nationale Unité et Réconciliation, Ndayisaba a lancé ce mercredi 3 octobre 2019, les travaux de restitution d’un groupe de chercheurs sur l’état actuel du négationnisme au Rwanda. Prenant la parole solennellement, il a demandé aux églises dont l’église catholique et autres confessions religieuses de montrer leur position sur la question. Soit les officiels de l’église catholique décideront de continuer à couvrir leurs ministres présumés génocidaires ou ils se désolidariseront d’eux publiquement, at-il lancé au cours des travaux de restitution des chercheurs et experts rwandais en la matière.

conclusion provisoire de cette recherche commandée par la Commission Sénatoriale rwandaise dégage qu’en général, les négationnistes du génocide des Tutsi sont des individus pour leur propre compte, des organisations, des religieux, des ONGs internationales et des politiciens.

La recherche a rangé ces négationnistes en différentes catégories. Certains sont révisionnistes qui jettent le trouble dans la conscience des gens qui ne comprennent pas la lourdeur de ce génocide.

Il y a Ceux qui ne se prononcent pas sur ce génocide des Tutsi de 1994, préfèrant se taire sur l’achat des armes utilisées dans le génocide. Il y a d’autres qui préfèrent lutter pour cacher à la justice ces crimes. Ils essaient de se faire des amis dans la justice internationale pour qu’elle les couvre.

Cette recherche montre que pour lutter efficacement contre les présumés génocidaires, il faut beaucoup d’actions conjuguées de différentes sections des Rwandais et de la Communauté internationale y compris les religieux, être particulièrement actif dans des réactions authorisées de textes publiés par des milieux négationnistes et révisionnistes.

Le Dr Ndayisaba a cité des négationnistes de grand renom comme l’Abbé Munyeshyaka, Curé de la Paroisse Sainte Famille au moment de ce Génocide de triste mémoire, domicilié en France et nullement inquiété par la justice fraçaise, les écrits négationnistes du Franco camerounais , Feu Pierre Péan, l’écrivain.

"Il faut franchir un pas dans la répression de ce crime de génocide. Il y a certins anciens politiciens sous le régime rwandais qui a commis le génocide des Tutsi de 1994 et qui le nient. Ceux-là ne sont plus des fonctionnaires de l’Etat rwandais. Pourtant certains parmi eux restent dans les instances de l’église catholique rwandaise. Il y sont actifs. Je pense, pour ma part, qu’en tant agents actifs du gouvernement actuel rwandais, nous devons nous asseoir et discuter avec l’Eglise (catholique ?) à ce sujet", a dit Dr Ndayisaba plaidant pour une nouvelle attitude de l’Eglise catholique consistant à se désolidariser de ces présumés génocidaires.

Malgré des déclarations engageantes du très Saint Père François en 2017présentant ses excuses au nom des paroissiens qui se sont trempés dans le génocide des Tutsi de 1994 et ont commis des crimes innommables en ces moments là et qui ont plongés dans les enseignements contre leurs responsaabilités d’âmes et de l’évangile, le Secrétaire Exécutif de la NURC trouve qu’un autre pas doit être franchi dans la reconnaissance de participation aux crimes de génocide de ces ministres du culte.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité