Urgent

Deux Hauts Officiers des FDLR comparaissent devant le juge

Redigé par IGIHE
Le 10 avril 2019 à 03:45

Deux anciens commandants supérieurs de la milice FDLR/Forces Democratiques de Liberation du Rwanda, le Col Ignace Nkaka alias La Forge Fils Bazey et le Lt-Col Jean Pierre Nsekanabo alias qui ont comparu lundi 8 avril 2019 devant le Juge du Tribunal de Première Instance de Gasabo à Kigali ont déclaré qu’ils étaient désireux de rompre leurs liens avec les FDLR et ont demandé à être pardonnés et réintégrés.

Les deux agents - le porte-parole des FDLR, Ignace Nkaka, plus connu sous le nom de La Forge Fils Bazeye, et le Lt Col Jean-Pierre Nsekanabo, responsable des services de renseignement de l’organisation - ont été arrêtés l’an dernier par les autorités congolaises.

Ils ont ensuite été extradés vers le Rwanda par les autorités de la RDC afin de répondre des atrocités commises par le groupe dont ils étaient les commandants.
Les deux, vêtus de t-shirts, avaient l’air calme et étaient représentés par les Avocats Beata Dukeshinema (pour Nsekanabo), tandis que Nkaka était représenté par Milton Nkuba.

Bien rasés, ils semblaient plutot préoccupés par le fait que la salle d’audience à moitié vide attendait l’arrivée du juge. Nsekanabo étendit ses bras sur le dos d’un long banc en bois pour prendre une pose décontractée.

Tandis que Nkaka se penchait occasionnellement, écoutait et répondait, sa main gauche frottait de temps en temps la nuque. Mais Nsekanabo semblait calme et recueilli.

Leurs deux assistants - des officiers du RIB - prirent position derrière eux et restèrent assis, attentifs.

Vers 10 h 05, lorsque trois journalistes dans la salle d’audience se sont penchés vers l’avant pour les prendre en photo, le duo s’est ému. Ils changèrent rapidement de position, observant maladroitement le déclic des caméras.

Le Procureur Janvier Munyaneza a lu l’acte d’accusation d’appartenance à un groupe terroriste (FDLR), se livrant à des activités terroristes visant à faire la guerre au Rwanda, entre autres.

Les FDLR comprennent les vestiges des cerveaux du génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda.

Les deux hommes ont rejoint le groupe alors qu’il s’appelait encore ALIR, qui a fusionné en 2000 avec d’autres groupes pour former les FDLR.

Nkaka et Nsekanabo ont déclaré à la Cour qu’après avoir assisté à l’évolution de la situation dans le pays, ils ne souhaitaient plus être associés aux FDLR.

Ils ont également prié le Juge ne pas les envoyer au cours de la détention provisoire de 30 jours demandée par le Parquet, dans l’attente d’un complément d’enquête.
Nsekanabo a déclaré à la Cour : « Je ne peux pas m’échapper. Je suis chez moi maintenant et j’ai vu mon pays. Je ne suis plus la personne que j’étais. La détention d’un mois de plus n’est vraiment pas nécessaire. Je demande seulement à être réintégré, comme l’ont fait d’autres Rwandais, et que ma famille puisse me rejoindre. »

Le Chef des Services de Renseignement de la milice a déclaré à la Cour qu’il plaidait pour sa réintégration, une opportunité qu’il ne pouvait pas laisser passer pour retourner dans la jungle congolaise.

Nkaka a déclaré : « Si besoin est, des enquêtes peuvent être menées pendant que je suis libre. Je ne peux pas fuir. "

Nkuba, l’Avocat de Nkaka, a expliqué que, tout au long de sa détention de près de trois mois, son client avait coopéré avec le Bureau d’enquête du Rwanda et fourni toutes les informations nécessaires.

« Peut-il s’échapper et regagner les FDLR ? C’est impossible étant donné les informations qu’il a fournies. Et son état d’esprit a maintenant changé. Il est prêt à travailler avec d’autres Rwandais pour l’édification de la Nation », a plaidé Nkaka.
Après avoir entendu les Procureurs et les Avocats de la défense, le Juge a ajourné le jugement dans l’après-midi du mardi 9 avril 2019.

Le duo avait été arrêté à la frontière de Bunagana, qui relie l’Ouganda à la RD Congo, en décembre dernier. Nsekanabo a déclaré à la Cour que, lors de son arrestation, il venait de son troisième voyage en Ouganda.

Au Tribunal, ils ont confirmé avoir été arrêtés alors qu’ils revenaient de la capitale ougandaise, Kampala, où leurs supérieurs les avaient envoyés pour rencontrer des membres du Congrès National du Rwanda (RNC).

La Cour a également appris que lors de leur voyage en Ouganda, les suspects avaient été reçus par le Ministre d’État ougandais de la Coopération régionale, Philemon Mateke.

Selon un rapport de l’ONU sur la cartographie, les deux groupes ont créé une organisation appelée P5, qui gérerait des bases d’entraînement situées en RD Congo. Leur comparution fait suite à leur extradition vers le Rwanda, en 2018, par les autorités de la RDC.

Le Col. Ignace Nkaka alias La Forge Fils Bazey et le Lt-Col Jean Pierre Nsekanabo alias, ont comparu lundi, devant le Juge du Tribunal de Première Instance de Gasabo à Kigali

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité