00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Désarmement des Fdlr retardé : tricheries énormes Sud Africaines et Axe Sud

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 4 janvier 2015 à 01:31

Le Président sud africain, en sa qualité de Présent en exercice de SADC (Southern African Development Community) vient de déclarer unilatéralement que les opérations militaires contre les Fdlr devront attendre un sommet qu’il entend organiser pour les pays de la région des grands Lacs, rapporte la RFI de ce dimanche 4 janvier 2015.
Cette Radio France Internationale rapporte également que cette décision sud africaine tombe au moment où les envoyés spéciaux du Secrétaire Général des Nations Unies, des (...)



Le Président sud africain, en sa qualité de Présent en exercice de SADC (Southern African Development Community) vient de déclarer unilatéralement que les opérations militaires contre les Fdlr devront attendre un sommet qu’il entend organiser pour les pays de la région des grands Lacs, rapporte la RFI de ce dimanche 4 janvier 2015.

Cette Radio France Internationale rapporte également que cette décision sud africaine tombe au moment où les envoyés spéciaux du Secrétaire Général des Nations Unies, des USA et de l’Union Européenne pour l’Afrique des Grands Lacs autant que les représentants de la Belgique avaient approuvé la traque des Fdlr avec le 2 janvier 2015, date de l’expiration de l’ultimatum leur lancé pour avoir complètement désarmé eux-mêmes de leur propre gré.

Les communiqués des parties concernées, celui des Fdlr et celui du Gouvernement rwandais montraient que cette déviation des événements était prévisible.

Le Gouvernement rwandais lançait ce samedi un communiqué accusant certains acteurs de mauvaise foi et doutant sérieusement du passage aux opérations militaires contre les Fdlr par la Monusco et les Fardc.

Le Communiqué montre également que d’autres démarches insidieuses, des politiques de coulisses ont été menées par certains intervenants de la Communauté internationale pour couvrir les exactions des Fdlr. Le Rwanda, pour ce faire, demande à la Communauté internationale de bien voir s’il n’y a pas de projets louches ourdis pour couvrir les Fdlr.

Il rappelle que cette situation ne se tolérera pas dans le cadre du rétablissement de la paix durable, du développement et de la sécurité des pays de la Région des Grands Lacs.

Le Rwanda a montré également que les manoeuvres dilatoires et de petites faveurs accordées aux Fdlr ont permis à ces dernières d’exaucer leurs crimes et de continuer leur propagande idéologique du génocide. Pour le Rwanda, trop c’est trop.
Un autre communiqué, cette fois-ci émanant de la direction des Fdlr le 28 decembre 2014, montre clairement qu’il n’est pas question de déposer les armes, que les Fdlr ont la protection des pays de la SADC :

« Demandons à la Communauté internationale de bien comprendre notre problème et de montrer une bonne démarche dans la solution de la question des réfugiés rwandais en RDC parce que ces derniers ont les mêmes problèmes que les citoyens congolais. Nous espérons que la SADC ne montrera pas qu’a réceptionnant nos armes ne le prendra pas pour une occasion de décimer les réfugiés rwandais survivants. Nous sommes confiants que la SADC ne tombera pas dans le piège que Kagame a tendu à l’ONU, qu’au contraire elle l’aidera à s’en sortir… Sommes confiants que les pays membres de la SADC ne craindront pas les actions de Kagame… qu’ils viendront au secours de nous qui subissons les injustices depuis 24 ans. Espérons qu’à la fin, le monde verra que la voie des armes n’est pas la meilleure dans la résolution de ce conflit », lit-on dans ce communiqué signé Gén. Victor Byiringiro pour qui, le FPR en déclenchant la guerre de Libération en Octobre 1990, il a commis un crime.

Le communiqué le dit clairement et montre que les anciens réfugiés qui venaient de passer plus de 40 ans en exil, n’avaient pas droit à leur pays.

Tout en voulant s’attirer les sympathies de la communauté internationale, se montrant un agneau tristement écartelé depuis l’époque 1990-1994 où il régnait en maître sur le Rwanda, le pauvre se fait la victime de tueries de masse commises par son régime d’alors.

Voilà les vélléités d’une idéologie ethnocentriste hutu qui échappe bel et bien aux Occidentaux qui semblent soutenir ce mouvement comme quoi il ramenerait sur la table des négociations une réplique des Accords d’Arusha de 1993 foulés aux pieds par le génocide des Tutsi survenu quelques mois après en 1994.

Enfin, il peut réclamer un dialogue politique et il sait que les pays de la SADC, l’Afrique du Sud en tête, feront l’affaire. Son mouvement n’a-t-il pas suffisamment commercé or, coltan, diamant avec ces pays suffisamment pour récolter bon an mal an plus de 80 millions de dollars autant que l’atteste le rapport des Experts Onusiens ?

La demande du président sud africain de surseoir aux opérations militaires jusqu’à la rencontre des Chefs d’Etat de la Région prouve pratiquement que l’existence des Fdlr en Rdc revêt un caractère principal dans les intérêts géostratégiques tanzano-sud africains dans la région. Et ceci semblerait ne pas déplaire certaines puissances occidentales qui ne respirent pas très bien le régime actuel rwandais.

Pourtant, ces Sud africains tout en soutenant des dissidents rwandais de RNC (Rwanda National Congress) qui se sont coalisés avec ces Fdlr de triste mémoire difficiles à se faire laver les mains des crimes commis au Rwanda et en RDC, ces Sud Africains mettent à mal les petites éclaircies de paix et de stabilité qui allaient poindre à l’horizon de la Région des Grands Lacs.

Il pourra se faire que la prochaine guerre, au cas où le Rwanda en fasse une grande médiatisation pour montrer comment les forces génocidaires veulent revenir tout détruire sur leur passage, cette guerre déferlera sur toute la région. Les Congolais ont longtemps souffert autant que les incursions des Fdlr au Rwanda où elles ont tué indistinctement.

Les puissances de la Communauté internationale veulent redessiner une autre carte de la région des Grands Lacs. A quoi cela ressemblera-t-elle ? Les gouvernements de la région, (le Rwanda n’a-t-il un pacte de défense avec l’Ouganda et le Kenya ) accepteront-ils un statu quo pareil ? Et si un troisième larron s’improvisait aux côtés de cet Axe Nord-Est contre l’Axe Sud ? Nous voilà repartis dans de longues années d’instabilité.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité