Urgent

Des Experts recommandent plus d’encouragement pour les femmes entrepreneures

Redigé par igihe.com
Le 8 mars 2020 à 10:12

A l’approche de la Journée internationale de la Femme, les Experts conseillent d’élaborer des stratégies durables pour inclure plus de femmes dans les secteurs des affaires et des finances.

Cette remarque a été faite, mercredi 4 mars à Kigali, lors d’une conférence qui a réuni le Ministère de l’Egalité des Sexes et de la Promotion de la Famille, l’Institut National des Statistiques du Rwanda et des Experts.

Sous le thème « Production et utilisation de statistiques de genre raffinées », les données présentées montrent qu’en dépit des efforts et des améliorations réalisés au fil des ans, les femmes sont toujours exclues des secteurs commercial et financier.
L’enquête sur les entreprises intégrées en 2018 a indiqué qu’au Rwanda, 70% des employés du secteur formel étaient des hommes et 29% des femmes.

L’une des solutions suggérées lors de la conférence a été d’encourager le secteur privé et la société civile à jouer un rôle plus actif en aidant les femmes à s’engager dans des entreprises.

Ivan Murenzi, Directeur Général adjoint de l’Institut Rwandais des Statistiques, a reconnu cette lacune.
« L’écart est visible et c’est pourquoi nous avons conçu de tels ateliers visant à impliquer en particulier le secteur privé et d’autres institutions pour participer à la recherche de solutions », a-t-il avoué.

Dr Jeannette Bayisenge, Ministre de l’Egalité des Sexes et de la Promotion de la Famille, a déclaré que, malgré des politiques et des stratégies spécifiques, la participation insuffisante des femmes dans l’économie reste une question épineuse.

« Le Rwanda célèbre la Journée de la Femme pour la 45ème fois et il est vrai que les progrès sont évidents. Cependant, l’inclusion économique inadéquate des femmes reste l’un des défis majeurs qui entrave gravement l’autonomisation des femmes », a-t-elle déclaré.

La Stratégie Nationale de Transformation du Rwanda (NST1) 2017-2024 stipule que l’un des domaines transversaux à soutenir par le biais d’un certain nombre d’interventions comprend la poursuite de la facilitation de l’accès des femmes aux financements.

Alors que l’Institut National de Statistiques (NISR) appelle le Secteur privé à encourager l’entreprenariat feminin, la Fédération du Secteur privé a annonce que des solutions durables sont en préparation.

Theoneste Ntagengerwa, son porte-parole, a reconnu qu’il existe un écart inquiétant entre les femmes et les hommes gerants d’entreprises. Il a assuré que des strategies idoines sont prises a cet effet.

« Nous avons remarqué le défi. Le nombre de femmes occupant des postes de direction dans des entreprises privées est faible et celui des entreprises appartenant aux femmes, encore plus bas”, a reconnu Ntagengerwa, ajoutant qu’un plan stratégique de 5 ans en collaboration avec le Bureau de Surveillance du Genre et l’ONU allait être lancé au mois de mars 2020.

Interrogé pour savoir si les efforts correspondent à l’écart qui doit être comblé, il a répondu que pousser les acteurs politiques à prendre part à la stratégie fera partie de la campagne.

Aujourd’hui, le Rwanda peut se targuer d’être l’un des rares pays où l’intégration de la femme dans la vie politique a fait un bon bout de chemin car, en effet, le Parlement en compte 62% et l’Exécutif plus de 50%.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité