Urgent

Des entrepreneurs de la RDC dans le projet pour l’assainissement de Kinshasa.

Redigé par igihe
Le 21 avril 2019 à 09:13

Des représentants de plus de 100 entreprises et coopératives à Kinshasa, Capitale de la RDC, en visite au Rwanda, ont rencontré vendredi 19 avril 2019 l’homme d’affaires Jean Malic Kalima, pour lui demander sa contribution dans la planification et la mise en oeuvre d’un projet d’assainissemnt de la ville Kinshasa.

Kalima, qui travaille dans les domaines des mines, de la santé, entre autres, a mis en œuvre un projet réussi à Lomé, au Togo. Les Congolais - en particulier ceux qui sont allés à Kigali- ont été frappés par sa beauté et sa propreté et veulent qu’il les aide dans ce domaine.

Le projet, semble-t-il, pourrait être la toute première opportunité commerciale issue de la décision prise par la Compagnie nationale de transport aérien, RwandAir, d’ouvrir sa nouvelle liaison à Kinshasa.

Josée Rashidi, Directrice de la nouvelle Agence nationale pour l’assainissement et la santé publique (ANASAP) à Kinshasa, a déclaré au New Times qu’elle savait que Kalima avait aidé les Togolais à assainir Lomé.

« Nous, membres de l’ANASAP, lui avons demandé de nous donner une chance également. Et notre Président l’a soutenu. Nous souhaitons maintenant que Kalima vienne ici en tant que consultant pour ce projet.”, a-t-elle dit.

« Nous sommes prêts à l’accueillir, et tous les autres experts au Rwanda sont les bienvenus. Nous voulons voir le Congo changer dans deux ou trois ans. "
Mais alors que ses nombreux habitants se bousculent pour joindre les deux bouts de la ville, celle-ci paraît comme noyée dans les déchets. Les tas de déchets, y compris les sacs en plastique, interdits au Rwanda il y a près de dix ans, sont monnaie courante.

Les habitants de la ville, ou Kinois, comme on les appelle, ont déclaré au New Times que le Gouvernement était déterminé à changer la situation. Ils savent que ce sera une tâche gigantesque, mais ils veulent que quelque chose soit fait.

Angélique Ngandu, une femme de la Municipalité de Ngaliema, dans le District de Lukunga, a déclaré : « La situation est tellement mauvaise, surtout quand il pleut. Nettoyer cette ville demandera beaucoup d’efforts mais nous sommes optimistes. Notre défi consistera à mener efficacement un grand projet de nettoyage. Nous avons besoin que les gens comprennent le danger afin de soutenir les efforts visant à rendre propre notre ville.”

C’est une ville de près de 10 000 kilomètres carrés avec une population de près de 17 milions d’habitants, selon New Times.
Au cours de la réunion, Kalima a répondu aux questions des entrepreneurs congolais sur la manière dont le Rwanda, entre autres, avait interdit les sacs en plastique nocifs il y a plus de 10 ans.

Il a expliqué qu’il y avait une résistance de la part du public lorsque les gens ne comprenaient pas l’essence de l’interdiction.
Les sacs en plastique sont un problème mondial majeur. Ils prennent des centaines d’années à se dégrader et affectent donc aussi l’agriculture car ils contribuent à augmenter les inondations.

Kalima a déclaré à ses hôtes : « Vous aussi, vous devrez sensibiliser les gens à ce sujet afin que le public comprenne et s’approprie le projet.”
« Ce sera un processus. Commencez par la sensibilisation. Éduquez les gens sur la façon dont les choses sont faites et montrez-leur des alternatives à l’usage du plastique.”

Kalima faisait partie d’une délégation du secteur privé qui avait participé au vol inaugural à destination de Kinshasa. Du mercredi 17 au vendredi 19 avril 2019, il a, avec d’autres, tenu plusieurs réunions dans le but d’examiner et de saisir les opportunités d’affaires dans les deux pays voisins.

Source : New Times


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité