Urgent

Des crédits bancaires importants et Partenariat Public-Privé pour la qualité de l’enseignement

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 12 décembre 2019 à 11:15

La fédération de l’Enseignement au sein du PSF/Fédération du Secteur Privé annonce que les secteurs public et privé rwandais vont entreprendre une collaboration rapprochée dans le secteur de l’éducation pour relever le niveau de la qualité de l’enseignement et permettre au jeune rwandais d’accroître ses connaissances et savoir-faire complets.

Le Président de la fédération de l’Enseignement au sein du PSF, le docteur Callixte Kabera, fait une déclaration à ce propos.

"Nous nous engageons à collaborer avec le Gouvernement en matière d’enseignement à tous les niveaux de la crèche/ école gardienne à l’enseignement supérieur universitaire. Cette collaboration est faisable et elle a toujours existé. Tout ce qui est à faire c’est d’apporter de nécessaires perfections", a dit le Dr Kabera qui n’a pas précisé de quelles améliorations il s’agit.

Il a néanmoins soulevé la question de l’enseignement des métiers et des TICs trop coûteux en matière d’équipement qui est contourné par le secteur privé.

Le Docteur JMV Usengumuremyi, président de la Fédération des écoles secondaires privées près le PSF trouve que la recommendation du Gouvernement pour ce qui est d’adjoindre les crèches et écoles gardiennes aux infrastructures des établissements scolaires privés est faisable.

"Cette question de création des écoles gardiennes, nous sommes très répondants. Dans tous les cas cela rentre dans nos intérêts encore que ce sont nos enfants que nous devons encadrer dès leur bas äge", a-t-il dit.

Des banquiers au secours du monde de l’enseignement
Cet empressement ne sent-il pas le superficiel ? Va-t-on avoir des établissements scolaires sérieusement techniques privés dispensant la centaine de métiers nécessaires à la pléthorique jeunesse rwandaise ? Où trouveront-ils les milliards de francs d’équipements didactiques nécessaires pour former des jeunes gens qui voudraient devenir des ouvriers qualifiés en traitement des minerais, en constructions navales, en différentes transformations agroalimentaires, en constructions automobiles et autres machines-outils ?

Quand on parle de renforcer la qualité de l’enseignement, les Rwandais font une erreur de comparer l’état des jeunes gens qui terminaient leur cycle secondaire ou universitaire qui avaient appris tout de façon assembliste. Ils oublient délibérément que les exigences des économies actuelles non assistées par l’Occident appellent à poser des pas graduels dans l’industrialisation nécessaire.

Pour ce faire, l’état de l’enseignement doit aussi être diversifié. Des établissements privés d’enseignement professionnel devraient être encouragés par l’Etat rwandais qui, à travers sa Banque de Développement, devrait leur fournir des fonds importants afin de s’équiper comme il faut et, en conséquence, former la dextérité physique et morale du jeune rwandais qui pourrait aller à l’assaut du marché du travail local et à l’étranger.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité