Conférence Japon-Afrique : Kagame, chantre du secteur privé africain à Yokohama

Redigé par IGIHE
Le 28 août 2019 à 10:14

Ce mercredi, 28 août 2019, au cours de la 7ème rencontre Japon-Afrique sur le développement du Secteur privé africain, le Président du Rwanda Paul Kagame a fait l’éloge de ce secteur qui ne cesse de faire des avancées sur le continent africain.

participe actuellement à la 7ème Tokyo International Conference on African Development, TICAD. Initiée en 1993, cette Conférence se penche sur les débats centrés un dynamisme soutenu du développement de l’Afrique par le biais du renforcement de capacité des citoyens, des TICs et de la promotion de la créativité et de l’initiative privée.

Au cours du lancement des travaux de la Conférence, le Président du Rwanda, Paul Kagame a prononcé un discours appréciant le bilan de la coopération japonaise avec l’Afrique.
Il est rapporté que cette note a fait que le Japon s’est décidé de continuer à être un partenaire privilégié de l’Afrique.

Le discours de circonstance de Kagame a insisté sur le fait que la première conférenceTICAD s’est tenue dans "des circonstances d’une vision encore floue de l’Afrique".

Où le Président Kagame voulait-il en venir ? Au choix du gouvernement rwandais d’alors (2013) qui a décidé de promouvoir particulièrement le Secteur Privé.

Avanti le capitalisme orthodoxe international

"Le Rwanda a invité le secteur privé dans un partenariat privilégié pour le développement général du pays centré sur trois axes dont la bonne gouvernance", a dit Paul Kagame disant que le Gouvernement s’est ressourcé sur les annuels rapports Doing Business de la Banque Mondiale pour faire du Rwanda un hub des affaires.

Ici le Président rwandais ne cache pas ses préférences pour l’éclosion d’un système capitaliste universel adulé comme mode de gouvernance de son pays qui, avec une population de plus de 80% de petits et pauvres fermiers agricoles vivant d’une économie de semi-subsistance.

Comme pour insister sur l’engagement de l’Afrique pour un environnement sain des affaires, Kagame a montré, au cours de son allocution, que l’espace EAC (Communauté de l’Afrique de l’Est) dont le Rwanda est un membre actif a mis sur pied des juridictions traitant de contentieux et litigs commerciaux dans un effort de maintenir haut le dynamisme des affaires et foisonnement des investissements dans la région.
La conférence n’était pas indiquée pour soulever des malentendus qui naissent de temps à autre entre les régimes de l’espace EAC en question comme celui qui oppose le Rwanda à l’Uganda ou le Rwanda au Burundi. Il s’entend que le Président les prend comme des questions d’infantilisme minant le développement et l’éclosion des affaires.

Plus loin, le discours de Paul Kagame du Rwanda a pris des allures d’un bilan d’une économie rwandaise roulant sur les principes sacro saints du capitalisme orthodoxe.

"Le Rwanda a beaucoup investi dans les infrastructures socio économiques en partenariat avec le secteur privé. Nous avons aussi construit des infrastructures nécessaires pour une économie basée sur le numérique. Nous voulons construire une économie roulant sur les TICs (Technologies de l’Information et de la Communication)", a dit Kagame qui n’a pas oublié de relever que toutes ces stratégies devront promouvoir la créativité et l’industrie typiquement rwandaise avec la consommation et commercialisation de produits fabriqués au Rwanda.

Pour rappel, la coopération nippo rwandaise a évolué depuis 2008 au point que, par le truchement de la JICA, l’agence japonaise de coopération internationale, le Japon a, à ce jour, accordé au Rwanda plus de 350 millions de dollars d’aide au développement.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité