Urgent

Colloque a l’Academie de Paix de Musanze sur "Les Defis actuels de Securite et Perspectives Africaines"

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 16 mai 2019 à 10:02

Nyakinama/Musanze : Un symposium international sur les defis actuels de Securite et leur solutionnement dans la perspective africaine vient de se tenir dans l’Academie Militaire de Nyakinama a Musanze. Il releve une imperieuse necessite pour les Africains de ne pas copier des stereotypes et recettes toutes faites de la democratie occidentale a faire consommer aux Africains.

Le Professeur Patrick Otieno Lumumba de la Kenyan School of Law est le principal orateur du jour. Selon lui, le salut du continent africain est entre les mains des dirigeants africains qui devraient redéfinir leur propre style démocratique pour les interets des Africains et ne plus s’en tenir aux recettes toutes faites de la democratie occidentale leur offertes.

Le symposium en question est organise par l’Academie militaire de Nyakinama en partenariat avec l’Universite du Rwanda. Il etait intitule : "Les defis de la securite contemporains : Perspective africaine"

Otieno Lumumba, Directeur de la Kenyan School of Law a fait ces declaration sur le mode de gouvernance democratique africain alors qu’il intervenait au debat sur : « e consensualisme politique vs la politique confrontatoire à la recherche d’une paix durable, de la stabilité et du développement en Afrique ». Pour ce professeur juriste, l’Afrique devrait se réveiller et sortir des schemas occidentaux traditionnels tout tracés.

 « Le salut de l’Afrique exige que nous définissions nous-mêmes ce que signifie la démocratie, ce que les gens veulent, c’est de participer, d’avoir un gouvernement responsable », a-t-il déclaré oubliant deliberement que les structures institutionnelles africaines dont les Constitutions sont extremement faibles au point qu’elles sont soumises a des chambardements intempestifs, ce qui ne permet pas leur longevite.

« Dans de nombreux pays africains, de nombreuses personnes veulent simplement de la nourriture, un accès aux soins de santé et une bonne éducation. Les jeunes hommes et femmes veulent simplement des possibilités d’innovation et d’invention et veulent un gouvernement qui puisse les aider à réaliser tout cela », a-t-il ajouté.

Patrick Lumumba Otieno se revolte uniquement contre le diktat occidental impose aux gouvernants africains. "L’Occident et les autres pays puissants de la planete Terre croient qu’ils ont le devoir divin de dicter quoi faire aux Africains", s’est-il ainsi revolte trouvant inconcevable le fait qu’a chaque rendez-vous electoral en Africain, des observateurs africains et occidentaux sont deployes, "mais l’opinion publique attend uniquement le verdict de l’’Union Européenne sur le truquage ou bourrage ou non des urnes et des circonstances passables ou pietres de cette election".

 « Jusqu’au moment où nous nous libérerons et décoloniserons notre esprit, nous pratiquerons une politique qui ne nous cause que des conflits », a déclaré Lumumba.

Il constate malheureusement des poches d’instabilite sociale et de conflits armes qui naissent ici et la en Afrique malgré la déclaration selon laquelle les armes à feu illegales seront réduites au silence sur le continent d’ici 2020. N’avoue-t-il pas l’echec de cette Afrique qui ne sait pas se prendre en charge tout en evitant ces causes de conflits ?

"Pour aller de l’avant, nous devons avoir la paix, mais la paix ne pleuvra pas tant que nous n’aurons pas introduit l’hygiène dans nos politiques, nous n’allons nulle part", a-t-il constaté.

Il a mis le monde universitaire au défi d’améliorer les moyens de transmission de l’éducation à la jeune génération en acceptant l’existence d’un problème et en commençant à le résoudre.

 « Nous vivons une crise dans nos universités et nous devons nous revoir, concevoir des cours qui répondent aux besoins de gestion et de gouvernance de nos pays et non des cours academiques qui sont concu par l’Occident pour resoudre des questions y ayant cours ou perpetuant une forme de stabilite occidentale », a-t-il déclaré.

Andrew Mitchell, membre de la Chambre des Communes britannique, a déclaré qu’il est nécessaire que le continent africain cherche des solutions endogenes aux problèmes de ce continent.

 « C’est un bon moment pour évaluer. Le système international est en panne. Il n’offre aucune protection de notre façon de vivre », a-t-il déclaré.

Selon le Professeur Anastase Shyaka, Ministre de la Gouvernance Locale, il est nécessaire que les dirigeants africains redéfinissent la démocratie qui sied aux preoccupations des peuples.

 « Tout système démocratique devrait concerner les personnes. Mais si les gens se battent, c’est que vous aurez déjà échoué a repondre a leur preoccupations et aspirations », a-t-il déclaré.

Le ministre a déclaré que le Rwanda a choisi de promouvoir le développement durable sur la base d’un bon leadership et s’est engagé à faire regner la paix.

"La politique est considérée comme l’art de gérer la société. Les sociétés doivent avoir une politique appropriée qui soit une politique consensuelle", a-t-il déclaré avec une note montrant que le consensualisme devrait etre decide a la base communautaire. Or au Rwanda, il se decide au niveau des hautes directions des partis politiques rassembles dans un conclave dit Forum de Concertation des Partis Politiques Agrees au Pays. Le mouvement de debat de bas en haut et de haut en bas est-il respecte pour ce qui est de ce type de gouvernance democratique ?

Dans un premier temps, il faudra que les partis politiques agrees dans le pays concoivent des documents montrant les ideologies politiques constructives qui ne peuvent qu’etre leurs identites politiques et qu’ils les assument pleinement. Ce n’est que la ou ils joueront un veritable consensualisme politique sur une decision donnee dans leurs differences variees.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité