00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Certains écrits et des sermons religieux blessents les rescapés

Redigé par IGIHE
Le 20 avril 2013 à 11:22

Au cours de la semaine-commémoration de deuil national en hommage aux victimes du génocide des Tutsi du Rwanda de 1994, beaucoup de manifestations de mémoire ont lieu. Certaines sont appréciables par les rescapés, d’autres traumatisent ou deséquilibrent la conscience de ces derniers. IGIHE a tendu le micro aux rescapés du génocide des Tutsi du Rwanda de 1994. Ils confient qu’ils sont traumatisés par des écrits et débats de certains religieux durant la semaine de deuil du 7 au 13 avril.
« Celui qui (...)

Au cours de la semaine-commémoration de deuil national en hommage aux victimes du génocide des Tutsi du Rwanda de 1994, beaucoup de manifestations de mémoire ont lieu. Certaines sont appréciables par les rescapés, d’autres traumatisent ou deséquilibrent la conscience de ces derniers.
IGIHE a tendu le micro aux rescapés du génocide des Tutsi du Rwanda de 1994. Ils confient qu’ils sont traumatisés par des écrits et débats de certains religieux durant la semaine de deuil du 7 au 13 avril.

« Celui qui n’accorde pas le pardon à celui qui l’a offensé est un criminel », disent certains hommes d’église à leurs fidèles avec une intention affichée de propagande de ce message parmi les rescapés en se basant sur les précepts de la Bible.
Pire encore, « Ne pas accorder le pardon, c’est comme consommer du poison en croyant que celui qui doit mourir est ton ennemi », lancent-ils à leurs paroissiens.

Ces rescapés sont attristés par le fait que quand ils étaient poursuivis durant le génocide, la Bible existait y compris ses écrits qui appellent les gens aux actes d’amour du prochain. « Pourtant, ces religieux ne les ont pas invoqués en cette triste période de l’histoire du Rwanda pour tenter de rappeler la bonté et l’humanité des génocidaires à l’œuvre. C’est comme si Dieu avait autorisé de sa grâce le génocide », indique un survivant.

Certains survivants demandent aux hommes d’église de faire prévaloir les sermons en rapport avec la tolérance réciproque et de sensibiliser les criminels reconnus à approcher les parentés de leurs victimes, orphelins et veuves et leur demander pardon spécialement dans cette semaine nationale de deuil en mémoire aux victimes du génocide Tutsi.

Les rescapés trouvent également que certains journaux devraient publier des articles assez visités et revisités durant cette période de peur de tomber dans le négationnisme.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité