Urgent

Aucun négationnisme de génocide ne peut changer les faits -Ba Tambadou, ministre de la justice de Gambie.

Redigé par Igihe
Le 8 avril 2019 à 12:16

Le Ministre gambien de la justice, Ba Tambadou, a déclaré qu’il est incontestable que le génocide de 1994 contre les Tutsi a eu lieu au Rwanda en 1994, qu’il fait désormais partie intégrante de l’histoire de l’Humanité.

Tambadou, également mandataire principal de son Gouvernement, est un ancien Procureur du Tribunal Pénal International pour le Rwanda d’Arusha (TPIR), un Tribunal qui a jugé certains des architectes du génocide.

Tambadou s’est adressé vendredi 5 avril 2019 à plus de 500 délégués participant à la Conférence Internationale sur le Génocide qui se tient à Kigali.« Aucun négationnisme ne peut changer ce fait », a-t-il noté.

Tambadou, qui travaillait pour le TPIR depuis 14 ans, a fait observer que le Rwanda n’avait aucune raison de faire appel à ceux qui nient le génocide contre les Tutsi, affirmant qu’ils ne méritaient pas l’attention du Rwanda.

Il a visité le Rwanda pour la première fois il y a 15 ans en tant que Procureur auprès du TPIR.

Tambadou était Procureur dans le procès contre l’ancien Chef d’Etat-Major de l’Armée rwandaise responsable du génocide, ex FAR, le Général Augustin Bizimungu, et l’ancien Chef de la Gendarmerie Nationale Rwandaise, le Général Augustin Ndindiliyimana.

Le Ministre gambien a été actif dans 12 affaires d’accusés devant le TPIR. Il a notamment presté dans la condamnation en appel de l’architecte du génocide, le Colonel Théoneste Bagosora, la condamnation du Général Augustin Bizimungu.

« J’ai effectivement fait appel de la peine infligée au Général Augustin Bizimungu. En fait, lors de l’audience d’appel, il en a profité pour me dire : "Pourquoi me suivez-vous partout ?" Et j’ai répondu sarcastiquement, bien sûr, que je ne faisais que suivre les ordres ", a-t-il raconté.

Le Ministre a rappelé que son travail au Tribunal l’avait conduit dans la plupart des régions du Rwanda - à l’exception des régions de Cyangugu (actuel Rusizi) et de Byumba (actuel Gicumbi) - et avait rappelé quelques-uns des moments drammatiques majeurs du génocide, tels que le cas de Tutsis tués à l’ETO à Nyanza et la résistance du peuple de Bisesero.

« Cela m’a montré comment le génocide a été préparé, prémédité et commis de sang-froid. Les événements de Bisesero, au contraire, m’ont montré un autre aspect de notre humanité : la volonté de survivre », a-t-il déclaré aux participants, dont des universitaires, des chercheurs, des leaders d’opinion et des journalistes chevronnés.
Tambadou a déclaré que le Rwanda incarnait la ligne de démarcation nette entre l’ancienne et la nouvelle Afrique.

Certains dirigeants africains ont exploité les divisions naturelles des citoyens, les différences religieuses, les différences ethniques, les différences communautaires et les ont utilisées pour se perpétuer au pouvoir.
Au contraire, a-t-il dit, le Rwanda montre qu’il « n’est pas nécessaire de diviser les personnes pour rester au pouvoir ».

"Vous pouvez unir les peuples, vous pouvez réconcilier vos peuples car l’unité est la force et c’est ce que le Rwanda montre au monde aujourd’hui", a-t-il déclaré.
Le Ministre gambien a déclaré que son pays venait de sortir de 22 ans de dictature brutale et qu’il se bâtissait avec l’inspiration du Rwanda.

Si le Rwanda peut rassembler son peuple autour de l’unité nationale, aucun autre pays ne peut prétendre à l’impossible”, a-t-il noté.

Source : New Times


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité