Urgent

Application mobile pour fermiers de la pomme de terre : accès au crédit agricole bancaire

Redigé par Olivier Mukwaya
Le 5 mars 2019 à 12:31

Une plate-forme de téléphonie mobile conçue pour relier les producteurs de pommes de terre irlandais aux banques et aux institutions financières a été testée pour son efficacité.

Surnommée « Mpuzanunguke Kirayi », la plate-forme fournit également aux cultivateurs de pommes de terre des informations actualisées sur divers aspects, notamment des données sur les conditions météorologiques, la disponibilité des semences ainsi que des informations de marché sur les produits.

La plate-forme est destinée à aider les producteurs de pommes de terre à surmonter les problèmes qui les empêchent généralement d’accéder aux services financiers, car elle relie entre eux les agriculteurs, le centre de collecte de pommes de terre et les banques ou institutions financières qui travaillent avec les agriculteurs, selon les développeurs.

La technologie "Mpuzanunguke Kirayi" partie du projet « Financement de la chaîne de valeur de la pomme de terre (IPVF) » qui est mis en œuvre à Musanze, Burera, Nyabihu et Rubavu - districts connaissant une culture intensive de la pomme de terre.

Le responsable du projet IPVF, Jean de Dieu Ndacyayisenga, a révélé qu’il avait lancé la technologie après avoir entendu des plaintes d’agriculteurs liées à leur non accès aux services financiers, en particulier aux crédits bancaires .

« Nous avons discuté avec différentes banques et institutions financières. En fait, elles sont intéressées par une collaboration avec des producteurs de la pomme de terre, mais elles affirment qu’elles manquent d’informations sur les activités quotidiennes des agriculteurs et que, dans la plupart des cas, l’accès à des prêts leur est refusé", a-t-il dit

Ndacyayisenga a toutefois souligné que sa technologie aide un agriculteur à enregistrer les produits de façon saisonnière ou quotidienne, ce qui permet aux banques ou aux institutions financières de déterminer la capacité financière d’un agriculteur qui demande un prêt.

« Les informations recueillies via cette plate-forme sont cruciales, car les banques ou les institutions financières les prennent en compte lors de l’évaluation de la demande de prêt d’un agriculteur tout au long du processus de scoring », a-t-il déclaré.

"Ce qui est intéressant avec la plate-forme, c’est qu’un agriculteur est désormais en mesure de faire des économies juste après avoir vendu les produits au centre de collecte de la pomme de terre sans aller nécessairement avec de l’argent à la banque, ce qui stimulera évidemment le développement des agriculteurs", a ajouté Ndacyayisenga.

Les agriculteurs optimistes

Les producteurs de pommes de terre qui se sont entretenus avec www.igihe.com ont bien accueilli la technologie, affirmant que cela stimulera leur développement, étant donné que cela les aide à rassembler par voie électronique les conditions requises par les banques en matière de demande de prêt.

« Nous aimons beaucoup cette technologie, car elle n’exige jamais grand chose de la part d’un agriculteur, comme l’achat d’un smartphone, elle ne demande pas non plus de temps d’antenne et fonctionne sur tous les téléphones utilisés », a déclaré Hilary Kanyange, présidente de la coopérative Twizamure du secteur Cyuve, district de Musanze.

« Cette technologie arrive au bon moment. Elle nous aide (agriculteurs) à enregistrer de manière professionnelle et durable les produits que nous vendons dans nos centres de collecte de pommes de terre et qui devraient nous permettre d’obtenir un prêt bancaire contenant des faits concrets », a ajouté Kanyange.

Jean Pierre Mpatswenumugabo, agronome du secteur de Jenda dans le district de Nyabihu, a déclaré que les responsables locaux considéraient la plateforme Mpuzanunguke Kirayi comme un moyen de remédier aux obstacles entravant les progrès des producteurs de pommes de terre irlandais.

Jusqu’à présent, plus de 7 000 producteurs de pommes de terre des districts de Musanze, Burera, Nyabihu et Rubavu se sont inscrits à la plate-forme, mais l’IPVF envisage de toucher 50 000 producteurs de pommes de terre dans lesdits districts.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité