Urgent

Andrew M. Mwenda de The Independant : Des circonstances autour de la détérioration des relations rwando ugandaises

Redigé par The Independant (Uganda)
Le 13 mars 2019 à 01:46

Permettez-moi (Andrew M. Mwenda) de faire ce que les politiciens font toujours : affirmer qu’ils se présentent aux élections en raison de la demande populaire. Beaucoup de gens m’ont demandé de commenter sur les tensions accrues entre l’Uganda et le Rwanda. En écrivant cet article, je cède à la pression populaire. Je pense que l’Uganda et le Rwanda vont très probablement dégénérer en guerre ; C’est quelque chose que j’ai partagé avec des amis depuis octobre dernier et c’est la raison pour laquelle il est essentiel que je partage mon point de vue.

La confrontation actuelle a lieu quelques semaines à peine après que le président Yoweri Museveni a prononcé un discours très applaudi devant les chefs d’État africains de l’Union africaine à Addis-Abeba pour défendre l’intégration régionale et que le président Paul Kagame ait assumé la présidence de la Communauté de l’Afrique de l’Est. Que les deux puissent être proches de la guerre montre la distance entre aspiration et action.

Les problèmes entre l’Uganda et le Rwanda peuvent facilement être résolus si Museveni maintient sa position idéologique fondamentale, c’est-à-dire que l’intégration régionale est essentielle pour l’avenir de l’Afrique et que les différences entre nos pays sont moins importantes que les besoins stratégiques et les avantages de la coopération. De ce point de vue, si deux nations ont des différences, elles devraient chercher à s’écouter et à les résoudre.

Le problème entre l’Uganda et le Rwanda - comme je le sais bien - est le refus de Kampala d’écouter les préoccupations de Kigali et / ou de verser ses propres griefs au débat.

Pour exemple, le Rwanda s’est plaint gravement auprès de l’Uganda, officiellement et officieusement, de la présence de personnes hostiles au gouvernement à Kigali. Il dit que ces personnes abusent de leur statut de réfugié en Uganda en se livrant à des actions politiquement hostiles contre le gouvernement à Kigali. Le Rwanda s’est en outre plaint du fait que ces personnes (dont beaucoup ont été nommément désignées) bénéficient d’une aide active des services de renseignement ugandais pour recruter des Rwandais dans des camps de réfugiés et les emmener en RDC pour y suivre une formation dans des camps de rebelles.

Kigali a toujours voulu et activement cherché à discuter de ces questions avec Kampala. Il a rencontré un silence de marbre. Au lieu de cela, Kigali a lu dans les médias traditionnels et sociaux ougandais qu’il s’agissait du gouvernement du Rwanda qui planifiait un changement de régime à Kampala.

Des sites Web alliés au Palais Présidentiel, la State House de Kampala, mènent cette accusation. Certains responsables de la sécurité en Uganda ont dit la même chose. Cependant, Kampala n’a jamais déposé de plainte officielle ou informelle auprès de Kigali sur ces allégations. Cela a mis le gouvernement rwandais dans une situation embarrassante quant à la manière de réagir aux rumeurs véhiculées par les médias alors que le gouvernement ugandais ne s’était pas approprié officiellement de ces informations.

Cette situation aurait pu être arrêtée il y a longtemps.

Cependant, tous les efforts pour engager un dialogue entre les deux pays ont été contrecarrés par l’Ouganda.

Le plus grave a été au milieu de l’année dernière lorsque j’ai collaboré avec le général Salim Saleh pour envoyer une délégation à Kigali ou inviter une délégation rwandaise à Kampala pour des discussions. Nous avons fébrilement composé l’équipe de responsables ougandais qui devait participer au dialogue. J’ai parlé à Kagame qui a facilement nommé une équipe d’officiels pour rencontrer la partie ougandaise.

À la dernière minute, Museveni a personnellement annulé le plan en déclarant qu’il « traiterait cette affaire lui-même directement avec Kagame » .
J’ai personnellement essayé à plusieurs reprises d’intéresser Museveni aux questions soulevées par le Rwanda, mais celui-ci a exprimé son indifférence. Pour toute déclaration il a dit qu’il en discuterait directement avec Kagame, ce que finalement il a rarement fait.

C’était particulièrement frustrant pour moi car, entre 2011, j’ai travaillé en étroite collaboration avec le président ugandais pour rétablir nos relations avec Kigali. Durant cette période, j’ai été impressionné par l’audace, le courage et la clairvoyance stratégique de Museveni. Sa perte d’intérêt subite, sans explication, était source de confusion.

Bien que Museveni ait promis de discuter de ces questions directement avec Kagame et ce qu’il a fait à l’occasion, Kampala n’a fait aucun suivi.

Je suis conscient que chaque fois que Museveni a rencontré Kagame, il n’a jamais soulevé la question du changement de régime de Kigali contre lui. Kagame a dit à Museveni que la Direction des services de renseignements militaires (CMI) en Uganda travaillent activement avec les dissidents rwandais. Museveni a promis de vérifier les revendications et de mettre fin au problème. La dernière fois que j’ai entendu dire cela, c’est que l’Uganda a envoyé une de ces personnes en Norvège.

Le CMI a arrêté et séquestré des ressortissants rwandais dans des locaux illégaux, les torturant et les expulsant vers le Rwanda. Le CMI accuse ces personnes d’espionnage mais ne les a jamais traduites devant les tribunaux. L’Uganda non plus ne s’est plaint au Rwanda à ce sujet.

Kigali a protesté contre ces détentions et déportations de manière formelle et informelle. Encore une fois il a été rencontré le silence de pierre.

Dans le même temps, l’Uganda accuse le Rwanda d’avoir enlevé et tué des Rwandais en Uganda et d’avoir demandé un changement de régime, mais il n’a jamais fourni de noms ni d’éléments de preuve et n’a jamais manifesté officiellement ou officieusement contre le Rwanda.

J’ai dit aux autorités ougandaises que même si ces allégations d’enlèvements et de meurtres sont vraies, le Rwanda est censé être notre allié. Quand un allié se comporte comme ça, vous n’arrêtez pas de lui parler. Israël est un allié de l’Amérique. À plusieurs reprises, ses services de renseignement ont été pris au piège d’ avoir kidnappé des Américains ou infiltré les services de renseignement américains et volé des informations hautement classifiées ’’Secret Défense’’. Ces actions d’Israël ont fortement irrité les États-Unis, mais elles n’ont jamais constitué une base pour la rupture des relations.

Récemment, les États-Unis ont été pris au piège des appels de dirigeants de pays parmi ses alliés de l’OTAN, mais cela n’a pas entraîné la rupture de leurs relations avec leurs alliés.

Museveni est l’une des personnes les plus stratégiques que j’ai lues et écoutées. Je ne pense pas qu’il présiderait à l’effondrement d’une relation stratégique avec un allié à cause de telles infractions. Ces infractions sont la raison pour dialoguer et non pour rompre. La seule conclusion que je puisse déduire de son attitude à l’égard de Kigali est qu’il ne considère pas le Rwanda comme un allié ou qu’il ne pense pas que notre relation avec elle est stratégique - ou les deux. J’ai de plus en plus tendance à croire que Museveni considère le Rwanda de Kagame comme une menace, un facteur que je vais décrire en détail dans mon prochain article.

Voici maintenant la pente glissante de la guerre : si le Rwanda est convaincu que Kampala demande un changement de régime contre Kagame, il ne restera pas inactif à regarder. L’Ouganda a aussi des ennemis. Il en résulte que Kigali sera amené à les aider. Compte tenu de l’interpénétration des deux sociétés et des systèmes gouvernementaux, Kampala obtiendra enfin les preuves tangibles de cette aide. Ainsi, ce qui a commencé comme prétendant à tort que Kigali demande un changement de régime contre Museveni sera désormais un fait avéré !

La confrontation actuelle a lieu quelques semaines à peine après que le président Yoweri Museveni a prononcé un discours très applaudi devant les chefs d’État africains de l’Union africaine à Addis-Abeba pour défendre l’intégration régionale et que le président Paul Kagame ait assumé la présidence de la Communauté de l’Afrique de l’Est. Que les deux puissent être proches de la guerre montre la distance entre aspiration et action.

Les problèmes entre l’Ouganda et le Rwanda peuvent facilement être résolus si Museveni maintient sa position idéologique fondamentale, c’est-à-dire que l’intégration régionale est essentielle pour l’avenir de l’Afrique et que les différences entre nos pays sont moins importantes que les besoins stratégiques et les avantages de la coopération. De ce point de vue, si deux nations ont des différences, elles devraient chercher à s’écouter et à les résoudre.

Le problème entre l’Ouganda et le Rwanda - comme je le sais bien - est le refus de Kampala d’écouter les préoccupations de Kigali et / ou de déposer ses propres griefs à la discussion.

Par exemple, le Rwanda s’est plaint gravement auprès de l’Ouganda, officiellement et officieusement, de la présence de personnes hostiles au gouvernement à Kigali. Il dit que ces personnes abusent de leur statut de réfugié en Ouganda en se livrant à des actions politiquement hostiles contre le gouvernement à Kigali. Le Rwanda s’est en outre plaint du fait que ces personnes (dont beaucoup ont été nommées) bénéficient d’une aide active des services de renseignement ougandais pour recruter des Rwandais dans des camps de réfugiés et les emmener en RDC pour y suivre une formation dans des camps de rebelles.

Kigali a toujours voulu et activement cherché à discuter de ces questions avec Kampala. Il a été rencontré avec le silence de pierre. Au lieu de cela, Kigali a lu dans les médias traditionnels et sociaux ougandais qu’il s’agissait du gouvernement du Rwanda qui planifiait un changement de régime à Kampala.

Des sites Web alliés à State House en Ouganda mènent cette accusation. Certains responsables de la sécurité en Ouganda ont dit la même chose. Cependant, Kampala n’a jamais déposé de plainte officielle ou informelle auprès de Kigali sur ces allégations. Cela a mis le gouvernement rwandais dans une situation difficile quant à la manière de réagir aux rumeurs véhiculées par les médias alors que le gouvernement ougandais ne les avait jamais possédées.
Cette situation aurait pu être arrêtée il y a longtemps.

Cependant, tous les efforts pour engager un dialogue entre les deux pays ont été contrecarrés par l’Ouganda.

Le plus grave a été au milieu de l’année dernière lorsque j’ai collaboré avec le général Salim Saleh pour envoyer une délégation à Kigali ou inviter une délégation rwandaise à Kampala pour des discussions. Nous sommes même friands de l’équipe de responsables ougandais. J’ai parlé à Kagame qui a facilement nommé une équipe d’officiels pour rencontrer la partie ougandaise. À la dernière minute, Museveni a personnellement annulé le plan en déclarant qu’il « traiterait cette affaire directement avec Kagame » .

J’ai personnellement essayé à plusieurs reprises d’intéresser Museveni aux questions soulevées par le Rwanda, mais celui-ci a exprimé son indifférence ou son service rémunéré ou a dit qu’il en discuterait directement avec Kagame, ce qu’il a rarement fait.

C’était particulièrement frustrant pour moi car, entre 2011, j’ai travaillé en étroite collaboration avec le président ougandais pour rétablir nos relations avec Kigali. Durant cette période, j’ai été impressionné par l’audace, le courage et la clairvoyance stratégique de Museveni. Sa perte d’intérêt subséquente, sans explication, était source de confusion.

Bien que Museveni ait promis de discuter de ces questions directement avec Kagame et ce qu’il a fait à l’occasion, Kampala n’a fait aucun suivi.

Je suis conscient que chaque fois que Museveni a rencontré Kagame, il n’a jamais soulevé la question du changement de régime de Kigali contre lui. Kagame a dit à Museveni que la Direction des services de renseignements militaires (CMI) en Ouganda travaillait activement avec les dissidents rwandais. Museveni a promis de vérifier les revendications et de mettre fin au problème. La dernière fois que j’ai entendu dire, c’est que l’Ouganda a envoyé une de ces personnes en Norvège.

Le CMI a arrêté des ressortissants rwandais dans des locaux illégaux, les torturant et les expulsant vers le Rwanda. Le CMI accuse ces personnes d’espionnage mais ne les a jamais produites devant les tribunaux. L’Ouganda non plus ne s’est plaint au Rwanda à ce sujet.

Kigali a protesté contre ces détentions et déportations de manière formelle et informelle. Encore une fois il a été rencontré le silence de pierre.

Dans le même temps, l’Ouganda accuse le Rwanda d’avoir enlevé et tué des Rwandais en Ouganda et d’avoir demandé un changement de régime, mais il n’a jamais fourni de noms ni d’éléments de preuve et n’a jamais manifesté officiellement ou officieusement contre le Rwanda.

J’ai dit aux autorités ougandaises que même si ces allégations d’enlèvements et de meurtres sont vraies, le Rwanda est censé être notre allié. Quand un allié se comporte comme ça, vous n’arrêtez pas de lui parler. Israël est un allié de l’Amérique. À plusieurs reprises, ses services de renseignement ont été pris au piège d’ avoir kidnappé des Américains ou infiltré les services de renseignement américains et volé des informations hautement classifiées. Ces actions d’Israël ont fortement irrité les États-Unis, mais elles n’ont jamais constitué une base pour la rupture des relations.
Récemment, les États-Unis ont été pris au piège des appels de dirigeants de pays parmi ses alliés de l’OTAN, mais cela n’a pas entraîné la rupture des relations.

Museveni est l’une des personnes les plus stratégiques que j’ai lues et écoutées. Je ne pense pas qu’il présiderait à l’effondrement d’une relation stratégique avec un allié à cause de telles infractions. Ces infractions sont la raison pour dialoguer et non pour rompre. La seule conclusion que je puisse déduire de son attitude à l’égard de Kigali est qu’il ne considère pas le Rwanda comme un allié ou qu’il ne pense pas que notre relation avec elle est stratégique - ou les deux. J’ai de plus en plus tendance à croire que Museveni considère le Rwanda de Kagame comme une menace, un facteur que je vais décrire en détail dans mon prochain article.

Voici maintenant la pente glissante de la guerre : si le Rwanda est convaincu que Kampala demande un changement de régime contre Kagame, il ne restera pas inactif à regarder. L’Ouganda a aussi des ennemis. Il en résulte que Kigali sera amené à les aider. Compte tenu de l’interpénétration des deux sociétés et des systèmes gouvernementaux, Kampala obtiendra enfin les preuves tangibles de cette aide. Ainsi, ce qui a commencé comme prétendant à tort que Kigali demande un changement de régime contre Museveni sera désormais un fait avéré !

La confrontation actuelle a lieu quelques semaines à peine après que le président Yoweri Museveni a prononcé un discours très applaudi devant les chefs d’État africains de l’Union africaine à Addis-Abeba pour défendre l’intégration régionale et que le président Paul Kagame ait assumé la présidence de la Communauté de l’Afrique de l’Est. Que les deux puissent être proches de la guerre montre la distance entre aspiration et action.

Les problèmes entre l’Ouganda et le Rwanda peuvent facilement être résolus si Museveni maintient sa position idéologique fondamentale, c’est-à-dire que l’intégration régionale est essentielle pour l’avenir de l’Afrique et que les différences entre nos pays sont moins importantes que les besoins stratégiques et les avantages de la coopération. De ce point de vue, si deux nations ont des différences, elles devraient chercher à s’écouter et à les résoudre.

Le problème entre l’Ouganda et le Rwanda - comme je le sais bien - est le refus de Kampala d’écouter les préoccupations de Kigali et / ou de déposer ses propres griefs à la discussion.

Par exemple, le Rwanda s’est plaint gravement auprès de l’Ouganda, officiellement et officieusement, de la présence de personnes hostiles au gouvernement à Kigali. Il dit que ces personnes abusent de leur statut de réfugié en Ouganda en se livrant à des actions politiquement hostiles contre le gouvernement à Kigali. Le Rwanda s’est en outre plaint du fait que ces personnes (dont beaucoup ont été nommées) bénéficient d’une aide active des services de renseignement ougandais pour recruter des Rwandais dans des camps de réfugiés et les emmener en RDC pour y suivre une formation dans des camps de rebelles.

Kigali a toujours voulu et activement cherché à discuter de ces questions avec Kampala. Il a été rencontré avec le silence de pierre. Au lieu de cela, Kigali a lu dans les médias traditionnels et sociaux ougandais qu’il s’agissait du gouvernement du Rwanda qui planifiait un changement de régime à Kampala.

Des sites Web alliés à State House en Ouganda mènent cette accusation. Certains responsables de la sécurité en Ouganda ont dit la même chose. Cependant, Kampala n’a jamais déposé de plainte officielle ou informelle auprès de Kigali sur ces allégations. Cela a mis le gouvernement rwandais dans une situation difficile quant à la manière de réagir aux rumeurs véhiculées par les médias alors que le gouvernement ougandais ne les avait jamais possédées.

Cette situation aurait pu être arrêtée il y a longtemps.

Cependant, tous les efforts pour engager un dialogue entre les deux pays ont été contrecarrés par l’Ouganda.

Le plus grave a été au milieu de l’année dernière lorsque j’ai collaboré avec le général Salim Saleh pour envoyer une délégation à Kigali ou inviter une délégation rwandaise à Kampala pour des discussions. Nous sommes même friands de l’équipe de responsables ougandais. J’ai parlé à Kagame qui a facilement nommé une équipe d’officiels pour rencontrer la partie ougandaise. À la dernière minute, Museveni a personnellement annulé le plan en déclarant qu’il « traiterait cette affaire directement avec Kagame » .
J’ai personnellement essayé à plusieurs reprises d’intéresser Museveni aux questions soulevées par le Rwanda, mais celui-ci a exprimé son indifférence ou son service rémunéré ou a dit qu’il en discuterait directement avec Kagame, ce qu’il a rarement fait.
C’était particulièrement frustrant pour moi car, entre 2011, j’ai travaillé en étroite collaboration avec le président ougandais pour rétablir nos relations avec Kigali. Durant cette période, j’ai été impressionné par l’audace, le courage et la clairvoyance stratégique de Museveni. Sa perte d’intérêt subséquente, sans explication, était source de confusion.

Bien que Museveni ait promis de discuter de ces questions directement avec Kagame et ce qu’il a fait à l’occasion, Kampala n’a fait aucun suivi.

Je suis conscient que chaque fois que Museveni a rencontré Kagame, il n’a jamais soulevé la question du changement de régime de Kigali contre lui. Kagame a dit à Museveni que la Direction des services de renseignements militaires (CMI) en Ouganda travaillait activement avec les dissidents rwandais. Museveni a promis de vérifier les revendications et de mettre fin au problème. La dernière fois que j’ai entendu dire, c’est que l’Ouganda a envoyé une de ces personnes en Norvège.

Le CMI a arrêté des ressortissants rwandais dans des locaux illégaux, les torturant et les expulsant vers le Rwanda. Le CMI accuse ces personnes d’espionnage mais ne les a jamais produites devant les tribunaux. L’Ouganda non plus ne s’est plaint au Rwanda à ce sujet.

Kigali a protesté contre ces détentions et déportations de manière formelle et informelle. Encore une fois il a été rencontré le silence de pierre.

Dans le même temps, l’Ouganda accuse le Rwanda d’avoir enlevé et tué des Rwandais en Ouganda et d’avoir demandé un changement de régime, mais il n’a jamais fourni de noms ni d’éléments de preuve et n’a jamais manifesté officiellement ou officieusement contre le Rwanda.

J’ai dit aux autorités ougandaises que même si ces allégations d’enlèvements et de meurtres sont vraies, le Rwanda est censé être notre allié. Quand un allié se comporte comme ça, vous n’arrêtez pas de lui parler. Israël est un allié de l’Amérique. À plusieurs reprises, ses services de renseignement ont été pris au piège d’ avoir kidnappé des Américains ou infiltré les services de renseignement américains et volé des informations hautement classifiées. Ces actions d’Israël ont fortement irrité les États-Unis, mais elles n’ont jamais constitué une base pour la rupture des relations.
Récemment, les États-Unis ont été pris au piège des appels de dirigeants de pays parmi ses alliés de l’OTAN, mais cela n’a pas entraîné la rupture des relations.

Museveni est l’une des personnes les plus stratégiques que j’ai lues et écoutées. Je ne pense pas qu’il présiderait à l’effondrement d’une relation stratégique avec un allié à cause de telles infractions. Ces infractions sont la raison pour dialoguer et non pour rompre. La seule conclusion que je puisse déduire de son attitude à l’égard de Kigali est qu’il ne considère pas le Rwanda comme un allié ou qu’il ne pense pas que notre relation avec elle est stratégique - ou les deux. J’ai de plus en plus tendance à croire que Museveni considère le Rwanda de Kagame comme une menace, un facteur que je vais décrire en détail dans mon prochain article.

Voici maintenant la pente glissante de la guerre : si le Rwanda est convaincu que Kampala demande un changement de régime contre Kagame, il ne restera pas inactif à regarder. L’Ouganda a aussi des ennemis. Il en résulte que Kigali sera amené à les aider. Compte tenu de l’interpénétration des deux sociétés et des systèmes gouvernementaux, Kampala obtiendra enfin les preuves tangibles de cette aide. Ainsi, ce qui a commencé comme prétendant à tort que Kigali demande un changement de régime contre Museveni sera désormais un fait avéré !

Traduit de l’Anglais par Bérénice Le texte original est de Andrew Mwenda de The Independant}


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité