Urgent

VUP-Rwanda : Plus de rythme soutenu d’un programme d’Assistance sociale couplé de stratégies de développement rural

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 14 janvier 2021 à 10:23

Le Gouvernement rwandais a conçu depuis 2008 le VUP/Vision 2020 Umurenge Programme ; un programme de remorquage du secteur rural pour l’insérer dans le vaste programme national de redécollage économique. Au fil des ans, ce programme a bénéficié d’une enveloppe budgétaire nationale récurrente sans cesse grandissante. Il s’est multiplié par 20 dans le Budget nationbal Annuel 2020.

Au départ, le Programme en question partait de la constatation de l’état de délabrement des classes sociales pauvres de la société rwandaise et de la création de beaucoup d’emplois si temporaires soient-ils mais avec objectif de participer à la reconstruction d’infrastructures socio économiques détruites en 1994 avec le Génocide des Tutsi mais aussi de refonder d’autres infrastructures de base jusque-là inexistantes dans le secteur rural. Il a, pour ce faire, fallu catégoriser les citoyens rwandais selon leurs revenus pour mieux assister efficacement certaines couches en leur proposant une couverture d’assistance adéquate.

Le VUP a doc tenu compte des catégories 1, 2 et3. La 1ère catégorie faite d’indigents, essentiellement des personnes d’âge avancé démunies, des handicapés, reçoit une aide financière directe. La 2ème catégorie faite de gens encore capables de travailler mais pauvres au point qu’ils n’ont pas de sources de revenus ; il a été créé pour elle les Travaux Publics. Les projets publics initiés dans leurs Secteurs Administratifs de voirie, les travaux de terrassement radical des collines pour lutter contre l’érosion, ceux de reboisement ou d’autres ; ce sont les gens de cette deuxième catégorie qui en sont privilégiés pour avoir des recettes familiales.
Enfin la 3ème catégorie est faite de gens qui manifestent des initiatives dans les affaires mais n’ont pas de fonds de démarrage. Leurs projets rentables se voient financés par le Département Financial Services de VUP quitte à rembourser graduellement les montants leur avancés.

A ses tout débuts, VUP a ciblé un Secteur administratif jugé le plus pauvre par District avec dans ses plans parvenir à toucher 18.304 bénéficiaires, toutes les trois catégories confondues. Le budget alloué était de 1.5 milliards de francs pour 2008-2009.

Une évaluation faite après cette période a pu constater l’étendue plus importante des habitants devant bénéficier de cette assistance sociale qui devait être un verrou pour le foisonnement des activités économiques. Le budget y alloué en 2009-2010 a ciblé deux Secteurs administratifs par District. Il visait 124.437 habitants pour 14.8 milliards de francs. En 2019-2020, tous les 416 Secteurs administratifs du pays sont couverts par ce programme. Les emplois proposés par ce programme sont allés à 210.617 familles et 119.025 familles indigentes ont reçu l’aide directe.

Le programme Direct Support s’est étendu sur tous les 416 Secteurs administratifs du pays tandis que le Programme Aides financières remboursables fonctionne à ce jour sur 300 Secters administratifs seulement, atteignant 220.674 bénéficiaires jusqu’à 2015 pour un montant de 11,18 milliards de francs distribués dans leurs projets lucratifs essentiellement ruraux.

Les statistiques de l’Institut National de Statistiques montrent qu’au cours de cette période allant de 2008 à 2015, 452.610 familles ont fait des rentrées de 22,73 milliards de francs dans leurs familles.

Vu sous cet angle, on peut féliciter les experts économistes et décideurs politiques pour cette redirection des flux monétaires vers le secteur rural dans un effort de redistribution des revenus rendus possibles par les services disicplinés de l’Office Rwandais des Recettes (RRA).

Tout récemment, le Ministre de l’Economie et Finance, alors qu’il présentait et défendait au Parlement rwandais son projet de Budget 2020-2021, il a annoncé que le projet VUP a fait ses preuves comme un tremplin de décollage économique des familles paysannes pauvres. Pour cela, a-t-il dit, il a été prévu un budget annuel y relatif de 129.2 milliards de francs.

Quoique son apport est apprécié, les experts économistes et sociologues près le LODA/ LocalAdministrative Entities Development Agency recommandent encore plus de budget annuel aux bénéficiaires réparties dans leurs catégories respectives. Pour eux, il faut que ces flux monétaires soient redirigés en même temps aux bénéficiaires pour mieux constater un impact heureux sur l’évolution des conditions de vie sociale des citoyens rwandais.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité