Urgent

Une hausse de grossesses des adolescentes à la veille de la rentreé scolaire retardée par la covid-19

Redigé par Didiane umutoni
Le 20 août 2020 à 02:29

Plus les écoles tardent à rouvrir, plus les jeunes élèves s’engagent profondément dans des activités et des comportements et attitudes compromettant leur avenir.
A l’heure actuelle, les filles autant que les garçons sont confrontés à différents défis dans leurs familles. La pauvreté, la faim, les violences familiales... sont des facteurs qui impactent sur l’éducation des jeunes adolescents qui sont dans des vacances excessivement prolongées pour cause de prévention de la pandémie du Coronavirus.

Il est observé dans les familles qui éprouvent des difficultés pécuniaires, des parents qui vont jusqu’à encourager leurs enfants à chercher par leurs moyens des sources de revenus pour contribuer à la subsistance de la famille. D’aucuns croient que cette nouvelle attitude de l’adolescent pourrait impacter négativement sur son rendement scolaire au moment où les activités scolaires reprendront.

Les statistiques réalisées par l’ONG Save the children Rwanda montrent que les adolescentes sont plus susceptibles que les garçons d’être touchées par cette suspension des activités scolaires. Cette ONG a remarqué une hausse de mariages forcés, de grossesses précoces suite à la pauvreté recurente des parents , qui , la plupart d’entre eux, ont perdu leurs sources de revenus dans la periode du confinement due à la covid-19.

Les responsables de Save The Children Rwanda prévoient que cette crise aura un impact sur les enfants issus de familles pauvres.

La situation sera particulièrement difficile pour les adolescentes qui passent du cycle primaire au secondaire et des enfants qui sont obligés de participer à la recherche de petits emplois pour subvenir aux besoins de leurs familles.

"Les parents sont actuellement appelés à fournir beaucoup d’efforts dans l’éducation de leurs enfants en cette période où il se prépare la rentrée scolaire. Il faut qu’ils remettent leurs enfants dans un environnement scolaire qu’ils ont oublié", a déclaré Maggie Korde Directrice de Save the Children Rwanda qui dit avoir "des preuves d’ augmentation des cas de mariages forcés et de viols sexuels faits aux jeunes adolescentes durant ces 5 mois de confinement".

Maggie Korde dit qu’en outre certains parents et tuteurs d’enfants ne parviendront pas à remettre leurs enfants à l’école faute de moyens pour matériel scolaire nécessaire y compris les frais d’achat d’uniformes.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité