00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Une attaque de milice à la périphérie de Kinshasa fait 5 morts

Redigé par Jean Jill Mazuru
Le 13 mai 2023 à 11:13

Une attaque perpétrée par des miliciens aux abords de Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo, a causé la mort d’un soldat de l’armée congolaise et de quatre membres de la milice jeudi, selon des sources militaires.

L’attaque a été menée par des miliciens Yaka, communément appelés Mobondo, dans la localité de Nguma, située à 75 kilomètres de Kinshasa, a déclaré le général Sylvain Ekenge, porte-parole de l’armée, lors d’un entretien avec la presse.

Le bilan provisoire de cette attaque est de quatre miliciens neutralisés (tués) et un soldat des FARDC grièvement blessé à la machette qui a succombé à ses blessures", a- t-il précisé.

La milice "Mobondo", composée de membres de la communauté Yaka, est accusée de participer activement aux violences communautaires qui secouent le territoire de Kwamouth dans la province occidentale de Maï-Ndombe.

Depuis juin, un conflit foncier oppose les Teke, qui se considèrent comme les originaires et propriétaires de villages situés le long du fleuve Congo sur une distance d’environ 200 kilomètres, aux Yaka qui sont venus s’installer après eux.

Après une accalmie, la violence a repris en mars dernier et depuis lors, des dizaines de personnes ont été tuées dans des attaques contre des villages Teke. La violence s’est ensuite propagée à la province du Kwilu.

De nombreuses personnes ont fui la zone de conflit, notamment vers la commune périphérique de Maluku, à une centaine de kilomètres de Kinshasa.

Dimanche dernier, une autre attaque attribuée à la milice Mobondo a fait neuf morts à Yosso, dans la même région.

S’il faut en croire un récent rapport de l’ONG américaine Human Rights Watch, le conflit a fait au moins 300 morts en moins d’un an.

Le conflit latent dans l’ouest de la RDC a été largement ignoré, l’attention étant concentrée sur la région orientale du pays où la rébellion M23 a conquis de vastes territoires dans la province du Nord-Kivu, tandis que le groupe armé Codeco (Coopérative pour le Développement du Congo) sème la terreur dans la province de l’Ituri.

Un militaire FARDC patrouille dans la forêt de Wagu

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité