00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Un projet de loi utilisé comme moyen pour attaquer le gouvernement britannique

Redigé par Alain Mukuralinda
Le 30 janvier 2024 à 03:36

Depuis l’annonce du partenariat de migration et de développement économique entre le Royaume-Uni et le Rwanda, une alliance troublante s’est formée. Des progressistes autoproclamés se sont involontairement associés aux partisans du mouvement extrémiste Hutu Power, ces mêmes personnes qui ont perpétré le génocide contre les Tutsi, pour lancer des attaques coordonnées contre le Rwanda.

Les critiques du partenariat ont remis en question nos motivations, exprimant des doutes quant à notre capacité à prendre soin de ceux qui viendraient ici dans le cadre du partenariat, ignorant apparemment que nous soutenons actuellement plus de 130 000 réfugiés au Rwanda, avec de nouveaux arrivants chaque jour. Ils ont instrumentalisé le partenariat, l’utilisant comme justification pour ces attaques. Pour les progressistes, nous sommes devenus un prétexte de choix pour attaquer le gouvernement britannique, et pour les extrémistes, un moyen d’affaiblir la stabilité et l’unité de notre pays, en profitant des critiques injustifiées dirigées contre le Rwanda par les politiciens britanniques.

Bien que, de nos jours, l’information soit à la portée de tous, nous ne blâmons pas les progressistes de ne pas comprendre avec qui ils s’alignent. Ils ne connaissent tout simplement pas notre histoire, ou sont légitimement préoccupés par leurs propres agendas. Mais s’ils faisaient une pause pour examiner la situation, je suis sûr qu’ils ne valoriseraient pas, en répétant leurs arguments, le profil et le statut d’individus qui sont, au mieux, des négationnistes du génocide des Tutsi, ou des dangereux idéologues ethniques.

Dans un récent article, un auteur a plaidé pour la raison pour laquelle, selon lui, le Rwanda n’était pas sûr pour les migrants et les demandeurs d’asile. Rédigé par quelqu’un qui promeut régulièrement le négationnisme du génocide, l’article a soulevé certaines des préoccupations, qui ont été exprimées par des députés et lords. Mais celles-ci étaient accompagnées de revendications extravagantes sur l’histoire du Rwanda et sur nos efforts de réconciliation. Ils affirment également que le développement économique du Rwanda n’est pas réel. Pire encore, ils tordent l’histoire de notre pays.

Ainsi, l’ONG que cet auteur représente promeut une théorie du double génocide, tactique de fausse équivalence qui vise à obscurcir la responsabilité des planificateurs et des perpétrateurs du massacre d’au moins un million d’enfants, de femmes et d’hommes Tutsi, ainsi que de ceux qui ont fait obstacle à un génocide minutieusement planifié.

Cette ONG a offert une couverture politique et des plateformes aux dirigeants de la milice génocidaire des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), composée des restes des tueurs qui ont fui le Rwanda en 1994. Ces génocidaires se sont regroupés et ont lancé des attaques meurtrières contre le Rwanda, dans le but de renverser le gouvernement qui a transformé le Rwanda et qui apporte au pays un changement profond.

Imaginez cela dans un autre contexte.

Un génocide est perpétré en Europe. La plupart des responsables s’enfuient dans les pays voisins. Certains forment des groupes armés et menacent la réconciliation et la sécurité des citoyens du pays reconstruit, y compris celle des survivants du génocide. D’autres demandent l’asile politique, puis établissent des profils médiatiques pour eux-mêmes et leurs familles et mènent des campagnes en apparence inoffensives pour jeter le doute sur la véritable histoire de ce qui s’est passé.

En Europe, cela ne serait pas toléré. Mais non seulement les Rwandais sont censés accepter cela, mais ils doivent aussi accepter que des politiciens et des médias donnent une voix et une crédibilité à ces personnes. C’est tout simplement de la manipulation.

Aucun pays n’est parfait, mais le Rwanda met en pratique des valeurs et des choix qui correspondent à notre contexte et qui donnent des résultats.

Notre économie croît de manière constante et durable, améliorant les conditions de vie de millions de Rwandais.

L’espérance de vie a presque doublé, les Rwandais vivent maintenant en moyenne jusqu’à 70 ans. Nous avons fait d’énormes progrès en matière d’égalité des sexes ; les femmes représentent 65 % de notre parlement, des femmes PDG dirigent certaines de nos entreprises les plus prospères, et les femmes occupent des postes de décision à tous les niveaux de la société.En fait, l’autonomisation des femmes a été un facteur majeur dans le renouveau et le développement de notre pays.

Le Rwanda restera ouvert au monde, cherchant à travailler avec des partenaires partageant les mêmes idées pour résoudre des défis mondiaux, tels que les futures pandémies : la première installation de fabrication de vaccins en Afrique, réalisée en partenariat avec BioNTech, a récemment ouvert ses portes au Rwanda.

Nous accueillons également toute personne qui vient dans notre pays, qu’il s’agisse de migrants économiques, de réfugiés, d’étudiants, de touristes ou des centaines de journalistes qui ont trouvé un nouvel intérêt pour notre pays. Nous accueillons les gens parce que de nombreux Rwandais connaissent l’insécurité de l’exil hors de leur pays. Mais nous avons depuis lors travaillé ensemble pour construire un pays dont nous sommes fiers.

Lorsque les politiciens progressistes voudront critiquer le partenariat de migration et économique, je les exhorte d’abord à examiner les personnes avec lesquelles ils s’associent - des négationnistes du génocide et des personnes qui veulent utiliser la violence et la haine pour ramener notre pays jours sombres, ceux du chaos et du conflit.

J’espère également qu’ils prendront une minute pour réfléchir à la pertinence de leurs critiques à l’égard d’un pays qui a réussi à transformer son économie et à améliorer sa société, simplement parce qu’ils ne sont pas d’accord avec la politique migratoire du gouvernement britannique.

Alain Mukuralinda est un porte-parole officiel du Gouvernement du Rwanda.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité