Urgent

Tshisekedi convoque un sommet des pays de la région : sur les groupes armé de l’Est Congo et strategies prioritaires

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 7 septembre 2020 à 12:50

Décidément le citadin Président Antoine Félix Tshisekedi de la RDC veut imprimer une méthodologie personnelle de la façon de gouverner le Congo. Il a compris que, dialectiquement, cette RDC ne peut être bien gérée tant qu’à l’Est de son territoire, des mouvements armés étrangers luttant contre leurs pays respectifs (Rwanda, Burundi, Uganda), y ont unilatéralement élu leurs bases sans aucune communication ni complicité quelconque avec le Gouvernement de Kinshasa ou les gouvernements provinciaux du Nord et du Sud Kivus.

Et puis, le fier Président Fatshi ne comprend pas pourquoi cet Est de la RDC, autrefois grenier du Congo doit subir la punition de ces bandes armées qui empêchent ses citoyens de vaquer librement à leurs activités économiques et pouvoir ainsi gagner honorablement leurs vies.

Il est rapporté ce 5 septembre le fait qu’au cours du Conseil des Ministres qu’il a présidé ce jeudi 3 septembre, le Président de la RDC, Félix Antoine Tshisekedi dit Fatshi, a annoncé à son audience qu’il est « prévu prochainement à Goma, un mini sommet de la région rassemblant les pays RDC, Uganda, Rwanda, Burundi et Angola.

« Les questions de paix et de sécurité dans la région mais aussi des relations diplomatiques et politiques entre les dits Etats y seront débattues », rapporte Kivutimes de ce samedi 5 septembre 2020.

Un déficit sécuritaire généralisé
L’initiative de Fatshi vient à point nommé. Il doit avoir bel et bien remarqué que la Mission internationale de maintien de la paix au Congo, la Monusco, n’a jamais réglé quoi que ce soit sur son vaste territoire depuis plus de 20 qu’elle y stationne.
Des questions de sécurité régionale qu’il tentera de soulever sont énormes. Il aura facile à faire entendre son analyse et une description des groupes armés illégaux semant la pagaille dans l’Est de la RDC, au nord comme au Sud Kivu mais il lui sera difficile de proposer des pistes de solutions surtout que les Forces Armées Congolaises ont du mal à se discipliner car elles restent mal payées.

Pourquoi encore ?
Les mouvements armés originaires du Rwanda (FDLR, RUD Urunana, FLN, RNC…), de l’Uganda (ADF-NALU), du Burundi (RED Tabara,…) qui pullulent dans cet Est de la RDC, rendent plus compliquée la gouvernance déjà précaire de cet Est de la RDC qui a ses propres mouvements armés locaux y opérant illégalement (les différents Mai Mai, les M23 et les Banyamulenge TWIRWANEHO qui luttent contre les razzias de leurs bétails).

L’ingouvernabilité de cet Est de la RDC s’empire aussi quand les militaires perçoivent de façon désordonnée leur solde. Il s’entend qu’ils sont obligés de chercher une façon non professionnelle de leur survie.

« Quand les groupes Mai Mai font des razzias des vaches des Banyamulenge, ces dernières passent tout près des positions des militaires FARDC. Les Mai Mai qui les ont pillées sont en parfaite complicité avec les soldats FARDC stationnés sur les hauts plateaux de Mulenge », dit une source qui a requis l’anonymat disant que les troupes FARDC déployées à Mulenge sous le commandement du Général Muhima s’en prennent plutôt aux pasteurs Banyamulenge qui sont dépouillées de leur bétail.

La presse congolaise rapporte un policier de Mulenge veillant sur la sécurité des autochtones et de leur nombreux bétail qui tombe sous les balles des hommes de troupes du Gén. Muhima comme si ce dernier annonce sa couleur. Est-ce possible, et c’est malheureusement fort probable, que le bétail razzié des Banyamulenge par les Mai Mai soit repartagé avec les hommes de Muhima. Ce serait dommage si cette hypothèse s’avérait.

Des stratégies fermes : Epuration de toutes les poches d’insécurité dans l’Est
Quelles solutions possibles pour faire en sorte que l’Est de la RDC soit balayé de tous les groupes armés tant étrangers que locaux ? Comment les Présidents Kagame du Rwanda, Museveni de l’Uganda, Ndayishimiye du Burundi pourront-ils, lors de cette prochaine rencontre, être amenés à se faire confiance entre eux, à ne plus s’épier surtout que l’un accuse l’autre de plan de déstabilisation de son pays, lequel plan est toujours manigancé à partir du territoire non suffisamment contrôlé de l’Est de la RDC ?

Vers la formation d’une armée d’intervention des grands lacs sous le haut commandement congolais
Il est fait état que cette rencontre pourrait avoir lieu le 13 septembre prochain. « Le contenu de la rencontre n’est pas connu mais c’est sûrement à propos de la sécurité, des relations de bon voisinage, de la résolution des conflits et la neutralisation des mouvements d’opposition, etc », suggère un observateur politique qui requiert l’anonymat.

Un autre observateur politique, Dr Sébastien Gasana, enseignant et chercheur universitaire rwandais, interrogé, trouve que le fait que le Président Fatshi a promis un Congo entièrement sécurisé au cours de sa recente campagne electorale, « Si les prochaines échéances électorales surviennent au moment où l’insécurité persiste, il sera désavoué pour ne pas avoir tenu ses promesses ». Cette motivation est de taille pour Fatshi, ajoute-t-il tentant de percer l’agenda de cette probable rencontre au sommet des Chefs d’Etat de la Region des Grands Lacs africains.

Une léthargie, une prostration profonde des Casques Bleus de la Monusco
Delà à comprendre qu’au vu de l’inactivité patente de la MONUSCO, les Chefs d’Etat de la région pourront adhérer à l’idée de Fatshi de formation d’un contingent de troupes congolaises, rwandaises, ugandaises, angolaises et burundaises chargé de traquer tout mouvement armé illégal opérant dans l’Est de la RDC.

Certainement que le président Fatshi confierait le Commandement de ce contingent à un général congolais flanqué de commandants adjoints des pays contributeurs dont l’Angola. Le tout dans un délai fort limité dans le temps, 6 à 10 mois.

Cette idée serait-elle la bienvenue, surtout que sa suggestion n’est pas nouvelle ? Y aura-t-il encore une fois dans la rencontre, certaines parties qui seraient contre le projet comme la récente rencontre des experts militaires de la RDC, du Rwanda, du Burundi et de l’Uganda en 2019 à Goma, l’une ou l’autre partie qui décidera encore une fois de ne pas en faire partie ?

On se souviendra que lors de cette rencontre-la, le Burundi et l’Uganda avaient voté contre la constitution d’un tel contingent des pays des Grands Lacs.
Le Président congolais aura, cette fois-ci, à ses côtés son homologue angolais et probablement le Congolais Sassou pour faire adhérer les présidents ugandais Museveni et Ndayishimiye burundais à sa démarche stratégique.

Et comme pour les deux derniers, les mouvements armés rwandais qu’ils soutenaient dans leurs arrière-base de Mulenge croyant qu’ils allaient foudroyer le Rwanda de Kagame, ont été détruits sans grand espoir de les voir se réorganiser, l’adhésion au Plan Tshisekedi pour le ratissage de l’Est de la RDC pourra certainement se faire moyennant quelques exigences de la part des deux.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité