00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Sénégal : Macky Sall fait volte-face, pas de troisième mandat

Redigé par Jean Jill Mazuru
Le 4 juillet 2023 à 12:02

Le président sénégalais, Macky Sall, a pris tout le monde par surprise en annonçant qu’il ne se présenterait pas pour un troisième mandat lors des élections de Février 2024. Cette décision met fin à des mois de spéculations sur sa candidature, qui aurait potentiellement violé la constitution du pays.

Dans son allocution diffusée le lundi 03 Juillet 2023 sur la Radiotélévision sénégalaise (RTS), Macky Sall a souligné qu’il aurait eu le droit de se représenter, mais qu’il avait estimé que son devoir était de préserver les réalisations accomplies pour le pays. Il a affirmé que le Sénégal était plus grand que lui et qu’il regorgeait de personnes capables de le faire progresser.

L’opposant politique Ousmane Sonko, qui a longtemps exhorté le président en exercice à renoncer à un troisième mandat et l’accuse de corruption, avait appelé ses partisans à manifester en anticipant une déclaration inverse du président.

Le mois précédent, des manifestations violentes avaient éclaté après la condamnation de Sonko à deux ans de prison pour "corruption de mineurs", causant la mort d’au moins seize personnes lors des affrontements avec les forces de l’ordre.

La condamnation complique la candidature de Sonko, car la loi électorale interdit aux personnes condamnées pénalement de se présenter à des fonctions politiques. Ses partisans affirment que ces accusations sont infondées et visent à le marginaliser.

Cette annonce de Sall est susceptible d’apaiser les craintes de recul démocratique au Sénégal.

Certains craignaient qu’il n’emboîte le pas à d’autres dirigeants régionaux qui ont modifié les constitutions pour prolonger leur pouvoir, notamment en Côte d’Ivoire (Alassane Ouattara), en Guinée (Alpha Condé) ou au Togo (Faure Gnassingbé), qui ont utilisé les modifications de la constitution comme excuse pour “réinitialiser leur mandat et étendre leur emprise sur le pouvoir”.

Des dirigeants régionaux, tels que les présidents du Niger, Mohamed Bazoum, de la Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embalo, ainsi que le président de la Commission de l’Union africaine, ont salué la décision de Sall.

Le président sénégalais a appelé le gouvernement à garantir des élections transparentes en février et a souligné l’importance de l’unité au sein de son parti, la Benno Bokk Yaakar (BBY) en langue Wolof pour “Unis pour le même espoir” en français, pour remporter la victoire et poursuivre la politique économique bénéfique pour la population.

Les détails sur le candidat de la BBY n’ont pas été précisés.

Le président sénégalais Macky Sall a pris tout le monde de court dans son adresse à la nation du 03 Juillet 2023, en renoncant à briguer à un troisième mandat

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité