00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Sécurité précaire en RD Congo : le jeu de pouvoir entre le M23 et l’armée locale

Redigé par Henriette Akimana
Le 22 juillet 2023 à 10:13

Dans un climat sécuritaire instable, la République démocratique du Congo (RDC) continue de faire face à d’importantes tensions. Selon le général de division Alphaxard Kiugu, chef de la Force régionale d’Afrique de l’Est (EACRF), la situation demeure complexe malgré les efforts déployés pour stabiliser la région.

La semaine dernière, l’EACRF a intensifié ses patrouilles afin de protéger les civils circulant le long des voies d’approvisionnement reliant Goma, Kibumba, Rutshuru, Kiwanja, Bunagana, Sake, Kilolirwe et Kitchanga dans la région orientale du pays, une zone marquée par des troubles persistants.

Ces axes routiers sont également utilisés par les personnes déplacées internes (PDI) qui cherchent à regagner progressivement leurs foyers après l’annonce d’un cessez-le-feu entre le groupe rebelle M23 et les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC).

Toutefois, des violences sporadiques éclatent encore, et chacune des parties au conflit attribue la responsabilité de ces affrontements à l’autre.

Une récente réunion menée par le général Kiugu et les commandants des contingents déployés sous l’égide de l’EACRF avait pour objectif d’évaluer la situation sécuritaire ainsi que l’avancement de la mise en œuvre du mandat de la force dans la zone d’opération conjointe du Nord-Kivu, selon The East African.

"La situation est complexe et nécessite une approche multidimensionnelle à plusieurs niveaux", a souligné le général Kiugu.

L’intensification des patrouilles vise non seulement à sécuriser le déplacement des personnes et des biens, mais aussi à fournir une assistance médicale aux populations locales et à faciliter l’intervention des agences humanitaires.

Cependant, la situation reste tendue en raison des affrontements occasionnels entre différents groupes armés, tension exacerbée par les relations conflictuelles persistantes entre le M23 et les FARDC.

Dans une récente déclaration, le M23 a accusé les FARDC d’inciter à la guerre, tout en réitérant son engagement pour la paix et le dialogue direct avec le gouvernement de la RDC.

"Nous nous défendrons contre toute agression du gouvernement de la RDC et nous continuerons de garantir la protection des populations dans les zones sous notre contrôle", a affirmé Lawrence Kanyuka, porte-parole politique du M23.

Cette déclaration survient alors que les médiateurs de la Communauté d’Afrique de l’Est cherchent à instaurer un nouveau cycle de dialogue pour la paix entre le gouvernement et les groupes armés, dans le but de les inciter à déposer les armes et à rejoindre un site de cantonnement désigné.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité