00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Rwanda : la consommation d’alcool inquiète, 56,6% au Nord contre 42% à Kigali

Redigé par Henriette Akimana
Le 30 juin 2023 à 05:58

L’enquête nationale récente, réalisée par le Centre Biomédical du Rwanda (RBC), met en relief des chiffres inquiétants sur la consommation d’alcool au Rwanda, ainsi que plusieurs autres facteurs de risque liés à la santé publique dans un contexte marqué par une forte préoccupation face aux maladies non transmissibles.

L’étude, menée dans le but de prévenir et d’analyser les causes des maladies non transmissibles telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète et l’hypertension artérielle, révèle que près de la moitié de la population rwandaise (48,1%) consomme de l’alcool. La gent masculine domine cette proportion avec 61,9%.

La Province du Nord se distingue par le taux de consommation d’alcool le plus élevé du pays (56,6%), talonnée par les provinces du Sud (51,6%), de l’Ouest (46,5%), de l’Est (43,9%) et la Ville de Kigali (42%).

Parmi les consommateurs d’alcool, 3,4% ont consommé de l’alcool au cours des 30 derniers jours, une tendance plus prononcée chez les hommes (4,5% contre 2,2% chez les femmes).

L’analyse du RBC souligne également un taux d’abstention totale de 22,8%, chiffre particulièrement élevé chez les femmes, dont le taux d’abstinence est double de celui des hommes. Parallèlement, un cinquième de la population n’a pas consommé d’alcool au cours des douze derniers mois.

Malgré ces chiffres, l’étude pointe une lueur d’espoir. La consommation globale d’alcool a diminué de 8% au cours des huit dernières années au Rwanda.

En parallèle, la consommation de boissons à forte teneur en alcool a connu une baisse notable, passant de 23,5% à 15,2% en 2022. La province de l’Ouest est la région consommant le plus d’alcool fort (19,1%), suivie du Nord (15,8%), du Sud (15,1%), de l’Est (13,8%) et de la Ville de Kigali (10,5%).

L’enquête ne s’arrête pas à l’alcoolisme. Elle se penche également sur d’autres aspects du mode de vie des Rwandais. Ainsi, 7% de la population fume du tabac, une habitude plus marquée chez les hommes (10,4% contre 3,7% chez les femmes). De plus, 5,7% des Rwandais fument quotidiennement, avec une moyenne de deux cigarettes par jour.

L’étude s’attarde également sur l’alimentation, une autre facette importante de la prévention des maladies non transmissibles.

Les Rwandais consomment des fruits en moyenne 1,8 jour par semaine et des légumes 4,2 jours par semaine. Ce chiffre est alarmant sachant que l’Organisation Mondiale de la Santé recommande une consommation quotidienne d’au moins 400 grammes de fruits et légumes pour prévenir les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et les cancers. Or, 89,4% des Rwandais ne parviennent pas à atteindre cet objectif.

En termes de comorbidités, l’étude souligne que 52,1% des Rwandais n’ont pas été diagnostiqués hypertension. Parmi ceux qui ont été diagnostiqués, 26,2% sont actuellement sous traitement médical. En outre, 88,7% des Rwandais n’ont pas d’hyperglycémie. Cependant, parmi ceux qui étaient diabétiques avant l’étude, 43,1% prennent des médicaments contre cette maladie.

Malgré que 97,6% des Rwandais n’ont pas un taux de graisse élevé, 11,9% de la population présentant un taux de graisse élevé prenaient des médicaments prescrits par les médecins. Etonnamment, 15,4% de ceux qui présentaient un taux de graisse élevé ont recours aux guérisseurs traditionnels, et 3,3% prennent des médicaments traditionnels prescrits.

L’étude du RBC expose un paysage préoccupant de la santé publique au Rwanda, soulignant l’urgence d’actions de prévention ciblées pour limiter la consommation d’alcool, encourager une alimentation saine, promouvoir l’activité physique et assurer une meilleure prise en charge des maladies non transmissibles.

L’étude du RBC révèle que près de la moitié de la population rwandaise (48,1%) consomme de l’alcool.

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité