00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Rwanda Day 2024 : Dr Utumatwishima révèle ses apprentissages clés pour le future du Rwanda

Redigé par Franck_Espoir Ndizeye
Le 4 février 2024 à 04:46

Le ministre de la Jeunesse et du Développement artistique, Dr Jean Nepo Abdallah Utumatwishima a partagé l’expérience de son premier voyage en Amérique avec les participants de la deuxième journée de Rwanda Day 2024, événement qui s’est tenu à Washington DC, aux États-Unis, le samedi 2 février 2024.

En 2016, alors qu’il participait à un programme de prédoctorat aux National Institutes of Health (NIH), Dr Utumatwishima a reçu des conseils précieux d’un leader rwandais avant son départ pour les États-Unis.

Cette personnalité influente lui a rappelé l’importance de son voyage : « Tu te rends en Amérique, une nation puissante et bien développée avec une forte puissance économique. Lorsque tu étudieras la médecine, n’oublie pas d’élargir tes connaissances dans d’autres domaines. Dès ton arrivée à l’aéroport, commence à apprendre. »

Il lui a conseillé d’acquérir un large éventail de connaissances aux États-Unis pour contribuer efficacement à la reconstruction de son pays.

Dr Utumatwishima a été impressionné par l’ampleur du développement américain, un pays reconnu comme un géant dans divers domaines depuis des siècles. Cette découverte l’a incité à se questionner, mais grâce au soutien de sa superviseure, il a pu surmonter sa confusion et tirer des enseignements enrichissants de cette expérience.

« J’ai demandé à ma superviseure comment un pays peut se développer autant, comment cela se fait-il. Lorsque je suis arrivé, c’était le 4 juillet, donc ils célébraient les 240 ans d’indépendance de l’Amérique, 240 ans de stabilité, 240 ans de paix. Et quand on voit toutes ces choses, elles ont été construites en 246 ans. Nous, au Rwanda, nous n’en sommes qu’à 30 ans, vous pouvez voir la différence. Je pense que lorsque nous atteindrons les 240 ans, à partir des 30 ans où nous sommes aujourd’hui, cela sera immense », a-t-il déclaré.

Dans son rôle d’apprenant désireux d’approfondir ses connaissances au-delà de sa spécialité, le ministre avait interrogé sa superviseure sur le développement remarquable des États-Unis. Au départ, elle a réagi de manière assez stricte, lui rappelant qu’ils n’étaient pas là pour discuter d’histoire ou de politique dans le laboratoire médical.

Néanmoins, elle lui a ensuite conseillé d’exploiter son temps libre, notamment les week-ends, pour visiter Washington DC et découvrir les 15 musées de la ville.

Ces musées abritent des statues de figures emblématiques américaines telles qu’Abraham Lincoln, Thomas Jefferson, Martin Luther King, ainsi que d’autres monuments importants comme le Washington Monument.

Le ministre a suivi ce conseil : « J’ai visité tous ces endroits », a-t-il déclaré, soulignant l’importance de ces expériences dans sa compréhension du développement des États-Unis.

Elle lui a demandé : « En tant que scientifique, que retires-tu des noms que je t’ai donnés ? » Puis elle a expliqué : « Pour arriver à ce niveau de développement, l’Amérique s’est appuyée sur des personnalités marquantes. Pour réussir de même au Rwanda, il vous faut un nom. Et vous avez déjà ce nom : Paul Kagame. »

« Vous avez déjà un nom : Paul Kagame. Depuis trente ans, ce nom a contribué à façonner le Rwanda tel qu’il est aujourd’hui et continuera d’inspirer et de soutenir son développement pour les générations futures. »

Dr Utumatwishima a poursuivi en s’interrogeant sur le développement des infrastructures aux États-Unis. Il était curieux de savoir comment l’infrastructure américaine avait atteint un tel niveau de développement. Sa superviseure lui a expliqué que l’Amérique bénéficie d’un secteur privé très dynamique.
Elle lui a conseillé que, pour que le Rwanda se développe à l’image de l’Amérique, il devrait s’inspirer de cet exemple en favorisant la création d’entreprises innovantes et en renforçant son propre secteur privé.

Insatisfait, le ministre a continué à questionner sa superviseure, cette fois sur la sécurité aux États-Unis. Elle lui a suggéré de visiter le cimetière d’Arlington, lieu de sépulture des soldats américains, pour comprendre l’importance du sacrifice pour le pays.

Elle lui a dit : « Pour qu’une nation reste paisible pendant 240 ans, il faut une armée forte. Une armée puissante qui protège votre pays de l’intérieur comme de l’extérieur. »

Le ministre Dr Utumatwishima a alors partagé avec sa superviseure une perspective rwandaise : lorsqu’on interroge la population rwandaise sur sa confiance, elle répond à 99 % qu’elle fait confiance avant tout au président, puis à son armée.

Le ministre Utumatwishima, intrigué par la position des États-Unis en tant que pays riche et puissant souvent en désaccord avec d’autres nations, a interrogé sa superviseure sur cette dynamique. Elle lui a expliqué que les relations avec les pays voisins sont souvent complexes : « Il faut s’attendre à cela tous les jours. »

Il a alors partagé sa perspective : « Il faut toujours gérer ce genre de relations avec les voisins. Quand ils ont faim, ils pensent que vous avez pris leur nourriture. Nous avons aussi des problèmes similaires avec les voisins au Rwanda. À 30 ans, le Rwanda a un nom, celui de Paul Kagame. Nous devons aimer notre nom, le chérir. Et en 2024, nous devons nous souvenir de notre nom. »

Le ministre a adressé un message aux jeunes, les encourageant à toujours chercher à apprendre des choses importantes et nécessaires, car l’avenir est incertain et en constante évolution.

« Personne ne sait si ses amis resteront tels quels. C’est quelque chose que tout le monde devrait savoir et retenir. Le monde change chaque jour. C’est pourquoi nous devons également changer notre façon de travailler, tant sur le plan diplomatique que dans d’autres domaines. Nous devons acquérir de nouvelles connaissances dans tous les domaines pour pouvoir les rapporter dans notre pays. »

Il a également rappelé aux Rwandais vivant à l’étranger de continuer à être des modèles, tout en gardant à l’esprit ceux qui sont restés au Rwanda et qui ont besoin de leur aide pour se développer et développer le pays, car le parcours pour reconstruire le Rwanda est en cours et se poursuivra à l’avenir.

Dr Utumatwishima a affirmé que, si les États-Unis sont un pays développé, sûr, libre et démocratique depuis 247 ans, voir où le Rwanda se trouve aujourd’hui, à 30 ans, est la garantie que tout sera possible.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité