Urgent

Rwanda : Cent Vingt milliards pour les indigents ; une politique qui fait la différence

Redigé par IGIHE
Le 24 septembre 2020 à 09:04

Ça y est ! Le Gouvernement rwandais vient de mettre sur pied une politique sectorielle d’assistance aux indigents afin qu’ils aient une vie décente, qu’ils soient assistés pécuniairement pour qu’ils pensent à améliorer leurs conditions de vie par le travail créateur de biens et services économiques. 121 milliards de francs dans le panier chaque année quatre ans durant.

Il s’entend que ce programme répond au souci de faire du Rwanda un pays à revenu intermédiaire d’ici 2035 et à économie développée en 2050. Tout doit être prêt. Y compris repêcher les citoyens qui croupissent en deçà du seuil de la pauvreté.
Cette politique d’assistance aux indigents n’est pas nouvelle. C’est plutôt t une révision de celle qui existait, sa mise en application avait des écueils. Certains indigents se plaignaient du fait qu’ils ne bénéficiaient pas de ce programme. D’autres, ceux qui en bénéficiaient confiaient que cette assistance était si minime qu’elle ne leur permettait pas d’émerger du seuil de la pauvreté.

Des critiques avaient été émises sur le mode d’exécution de ce programme. Celles-ci désapprouvaient le fait que distribuer des montants d’argent aux indigents, comme cela se fait actuellement, revient à cultiver dans la conscience du bénéficiaire le sentiment d’immobilisme, de se sentir confortable avec le package régulièrement lui donné pour se prostrer dans la paresse et de la non libération de ses énergies de travail.

Une étude faite pour réviser ledit Programme d’assistance aux indigents a constaté que la catégorie de personnes devant bénéficier de cette assistance, seule la moitié y accède et seulement en bénéficient 25% de familles ayant des enfants affichant la malnutrition.
La politique nationale d’assistance aux indigents vient donc relever ces lacunes et le désordre constaté dans la distribution de ces aides au point que le suivi était pratiquement difficile.

La revue des catégories sociales
Le document de cette Politique indique que pour mieux repartir, les catégories sociales A, B, C, D, E doivent être précises. Celles-ci ressemblent à des classes sociales de citoyens rwandais. La classe A étant celle des citoyens visiblement suffisamment riches tandis que la B étant celle où se retrouvent des classes sociales moyennes.
Le document suggère que ces deux classes pourront participer au renforcement de capacité des classes inférieures soit en leur proposant de l’emploi ou par toute autre contribution intellectuelle montrant une quelconque opportunité d’escouade des ces classes.
Les Catégories C et D sont des classes sociales de citoyens pauvres mais qui peuvent profiter d’une quelconque opportunité leur offerte pour se développer et évoluer.
La Catégorie E est celle des indigents qui affichent une faiblesse patente de la force physique. Ils ont besoin d’une attention et de traitement particuliers. Elle est faite de familles de vieilles personnes, d’handicapés et autres.

Modalités et période d’assistance
Le bénéficiaire du Programme d’assistance devra en bénéficier pour deux ans et montrer une évolution positive de dépassement du cap de la pauvreté. Cette période peut être reconduite pour des circonstances qui sortent de l’ordinaire, lit-on dans le document.
Les partenaires du Gouvernement dans ce programme ne contribueront plus pour une partie du programme d’assistance aux indigents. Il leur sera demandé de prendre tout un projet donné pour que cela soit ressenti dans le contrat de performance et dans les programmes nationaux y relatifs, précise le document.

Eradication de la délinquance et de consommation de la drogue

Le Document précise que la lutte pour l’éradication de la délinquance juvénile et consommation de substances psychotropes sont prioritisées pour mieux réussir l’éradication de la pauvreté. Il précise qu’un programme spécial pour les personnes accro à la drogue sera mis en place pour que celles-ci reviennent à la vie normale et soient économiquement actives.

Les programmes de répression de viols seront renforcés, lit-on dans le document qui précisent que les familles rwandaises seront sensibilisées à une prise en charge honorable de vieilles personnes. Mais au-delà de ceci, dit le document, la prise en charge des personnes en âge avancé sera gérée en partenariat avec le secteur privé, la société civile et les confessions religieuses en mettant sur pied des pensionnats pour vieilles personnes.

Le Ministère de la Bonne Gouvernance déclare que cette politique d’Assistance aux personnes indigente est effective depuis cette année 2020 avec une enveloppe de 121 milliards de francs, que cet argent sera prévu pour quatre durant dans le budget national mais qu’il sera aussi agrandi des contributions du patronat rwandais, des partenaires en développement.

Il est attendu, du moins c’est l’un des objectifs de cette politique, que des effets positifs ne vont pas tarder de se manifester dont la réduction de la pauvreté et la diminution des écarts criants de distribution des revenus. Un vœu pieux ou une possible réalité ?


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité