00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Rwanda 2024 : Une conférence de l’ONU pour l’avenir des pays enclavés

Redigé par Franck_Espoir Ndizeye
Le 3 juin 2023 à 05:24

Le Rwanda s’active pour être le théâtre de la troisième Conférence des Nations Unies dédiée aux Pays en Développement Enclavés (LLDCs), qui se tiendra dans la capitale, Kigali, en juin 2024.

La présidente de la Chambre des députés, Donatille Mukabalisa, a confirmé, vendredi 2 juin 2023, lors de son échange avec Rabab Fatima, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies et Haute représentante, que cette conférence se concentrera sur des problématiques propres à ces nations.

Cette rencontre préparatoire s’est déroulée dans le bureau de Mukabalisa à Kigali.

Fatima a souligné que c’était la première fois que la Conférence se tiendrait en Afrique, et serait accueillie par le Rwanda.

"C’est aussi une situation unique car l’actuel président du groupe des LLDCs est également originaire d’Afrique, du Botswana. Je pense donc qu’entre les directions du Botswana et du Rwanda, ce sera une excellente occasion de mettre en lumière les priorités et défis particuliers que rencontrent les LLDCs africains", a-t-elle déclaré.

Elle a expliqué que ces réunions des groupes de PDEE ont lieu tous les dix ans et rassemblent entre 5 000 personnes et plus. Parmi les participants, on compte des dirigeants des 193 États membres de l’ONU, ainsi que des leaders et entités de l’ONU, et d’autres organisations internationales.

"Nous attendons également une rencontre multipartite avec la participation du secteur privé, de la société civile, des jeunes et des parlementaires. Je pense que ce sera une réunion assez importante", a-t-elle ajouté.

S’agissant de la capacité du Rwanda à accueillir un tel événement, elle a souligné que le pays dispose d’excellentes installations et a également été l’hôte de très importants événements internationaux, comme la réunion des Chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM 2022).

Mukabalisa a détaillé le rôle du Parlement dans la conférence des LLDCs à Kigali.

Elle a déclaré : "Nous collaborerons avec toutes les institutions publiques concernées dans les préparatifs, et en tant que représentants du peuple, nous attendons de la conférence qu’elle traite des questions des pays enclavés".

Elle a souligné que les pays enclavés ont de nombreux problèmes communs et que c’est une occasion pour eux de se rencontrer et de trouver des solutions pertinentes.

Rabab Fatima, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies a présenté à l'équipe les attentes concernant la prochaine 3e Conférence des Nations Unies sur les LLDCs.

Pourquoi cette conférence ? Selon la Commission économique pour l’Afrique des Nations Unies (UNECA) et l’Assemblée générale des Nations Unies (UNGA), la conférence vise à effectuer un examen complet de la mise en œuvre du Programme d’action de Vienne pour les LLDCs pour la décennie 2014-2024.

Ce programme est le résultat de la deuxième Conférence des Nations Unies sur les pays en développement enclavés qui s’est tenue à Vienne du 3 au 5 novembre 2014.

Il vise à formuler et adopter un cadre renouvelé de soutien international pour répondre aux besoins spéciaux des LLDCs et pour renforcer les partenariats entre eux, les pays de transit et leurs partenaires de développement.

Le Programme d’action de Vienne a convenu que les politiques nationales des pays en développement enclavés et les mesures de soutien international pendant la décennie 2014-2024 se concentreraient sur des objectifs spécifiques.

Ces objectifs comprennent la promotion d’un accès sans entrave, efficace et économique à la mer par tous les moyens de transport, sur la base de la liberté de transit, et d’autres mesures connexes, conformément aux règles applicables du droit international.

D’autres objectifs consistent à réduire les coûts des transactions commerciales et les coûts de transport, et à améliorer les services commerciaux internationaux par la simplification et la normalisation des règles et réglementations, contribuant ainsi à la promotion d’un développement économique rapide et inclusif.

Ils visent également à développer des réseaux d’infrastructure de transport de transit adéquats et à compléter les liens manquants connectant les pays en développement enclavés.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité