00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Réquisitoire lourd contre Bamporiki

Redigé par
Le 21 septembre 2022 à 03:31

Le parquet requiert 20 ans de prison et 200 million d’amende contre Edouard Bamporiki.

Le parquet a requis dans l’affaire Bamporiki auprѐs du tribunal de grande instance de Nyarugenge la peine de 20 ans de prison ferme pour des faits de corruption active, ainsi que le paiement d’une amende de 200 millions Frw.

L’ancien secrétaire d’état à la culture, 39 ans, comparaissait en costume noir foncé, chemise blanche immaculée, des souliers d’un noir de jais, et chaussé de ses éternelles lunettes de vue, sa montre à bracelet mauve bien en place sur son bras gauche.

La barbiche bien taillée.

C’est en effet ce mercredi 21 Septembre2022, que les débats au fond ont eu lieu dans ce procès qui tient le public en haleine.

En présence d’un nombre considérable de journalistes, le procureur est revenu sur les faits de corruption et trafic d’influence avérés et avoués sur Twitter par l’accusé.

Le procureur a mis en exergue le fait que Monsieur Edouard Bamporiki a été pris en flagrant délit.

Revenant sur les faits, il a rappelé les tenants et les aboutissants de l’affaire à l’origine de laquelle se trouve le courrier transmis à l’Agence Rwandaise en charge des investigations, RIB, d’un certain Norbert Gatera, propriétaire de l’Entreprise “ Norbert Business Group.”

Dans sa correspondance, le liquoriste, se sentant menacé par Bamporiki, revêtu de son autorité de Secrétaire d’état à l’époque des faits, ce dernier lui faisant un chantage relatif à la fermeture de ses affaires, à savoir l’entreprise ci-haut cité, et un jardin sis à Gisozi “Romantic Garden”.

Lequel est réservé aux réceptions de mariages.

Le menaçant s’il ne lui versait pas une somme assez considérable tout de même.

Raison pour laquelle il a sollicité la protection auprès de RIB, faisant état de l’injustice dont il était victime.

Huit jours aprѐs avoir expédié sa lettre, Gatera a transmis une copie pour information à la ville de Kigali, leur annonçant que son entreprise était bouclée pour non-conformité aux normes exigées.

Il a résolu finalement de négocier avec son persécuteur, Edouard Bamporiki en l’occurrence, pour la réouverture de son affaire.

Les deux parties se sont convenues de se retrouver dans un des grands hôtels de Kigali, Bamporiki lui assurant de le mettre en contact avec quelqu’un ayant les pleins pouvoirs pour rouvrir son entreprise.

Il s’agissait dans le cas d’espѐce du Vice-Maire en charge des infrastructures, Dr Mérard Mpabwanamaguru.

Rendez-vous fut fixé dans la soirée à l’endroit convenu au 4 Mai 2022.

Pour avoir averti les instances habilitées, les corrompus furent attrapés la main dans le sac, encore en possession de l’argent que leur avait donné Norbert Gatera.

Ils s’étaient en effet départagés la bagatelle de 10 million Frw.

A ce stade des faits, le procureur a souligné que Bamporiki avait reconnu les faits et passer aux aveux lors de son interrogatoire.

Dans sa plaidoirie de défense, la défense l’ancien secrétaire d’Etat à la culture avance que Bamporiki a agi sans se douter qu’il contrevenait à la loi. Sans blague.

Et de solliciter, sans coup férir, l’indulgence de la cour. Edouard Bamporiki était assisté de deux avocats : Me Evode Kayitana et Me Jean Baptiste Habyarimana.

Le prononcé de verdict au premier degré dans l’affaire “Bamporiki” est prévu au 30 courant à 14h.

Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de la cour vous rendront blanc ou noir, écrivait La Fontaine dans les animaux malade de la peste.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité