00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Quel est le sort des rwandais d’Ouganda ?

Redigé par Bazikarev
Le 5 mars 2024 à 04:20

Alors que l’attention est souvent portée sur les violences et les persécutions subies par les locuteurs du Kinyarwanda dans l’Est de la République Démocratique du Congo, les difficultés rencontrées par les Rwandais en Ouganda sont fréquemment négligées, au point que dire qu’ils sont laissés sans défense n’est pas loin de la réalité.

Chaque fois que cette question est soulevée, beaucoup, notamment ceux qui ne connaissent pas l’histoire de la région des Grands Lacs ou les plus jeunes, se demandent pourquoi il est fréquemment rapporté que des personnes parlant le Kinyarwanda ou considérées comme Rwandaises se trouvent dans d’autres pays.

L’origine de ce problème réside dans l’histoire complexe du Rwanda. Nombre de ces personnes se sont retrouvées dans ces pays lorsque les colonisateurs redéfinissent les frontières du Rwanda, certaines parties étant attribuées à l’Ouganda, à la Tanzanie et à la République Démocratique du Congo. Les Rwandais vivant dans ces régions du Rwanda sont alors devenus citoyens de ces pays.

En plus de ceux qui ont déménagé en raison de la redéfinition des frontières, il y a les Rwandais qui se sont retrouvés dans ces pays voisins à cause du phénomène de l’exil qui a commencé en 1959. Bien que de nombreuses familles aient retourné au Rwanda après le génocide contre les Tutsis en 1994, d’autres ont choisi de rester dans les pays d’accueil.

Outre ces groupes, il existe un petit nombre de Rwandais dans les pays voisins, notamment en Ouganda, parce que leurs ancêtres s’y sont installés il y a longtemps pour des raisons de pâturage. Ceux-ci ne sont pas considérés comme des réfugiés ou des personnes affectées par le redécoupage des frontières.

Si en Tanzanie, on pourrait dire que ces Rwandais vivent relativement en paix, la situation est différente en Ouganda et en République Démocratique du Congo, où ils sont constamment confrontés à des problèmes de discrimination et de persécution.

Depuis l’arrivée au pouvoir de Yoweri Kaguta Museveni en Ouganda, les Rwandais, y compris ceux appartenant aux différents groupes ethniques ougandais, ont eu une certaine tranquillité, bien que des problèmes demeurent non résolus.

Sous les présidences antérieures, comme celle de Milton Obote, la situation était plus difficile, le Rwandais étant chassé comme un ennemi. Cela rappelle pourquoi de nombreux Rwandais en Ouganda ont choisi de rejoindre Museveni dans la lutte pour libérer leur pays.

La persécution des Rwandais en Ouganda a même atteint le Président Museveni lui-même. Obote l’a souvent désigné comme un Rwandais qui devrait retourner dans son pays. Aujourd’hui, ces discours persistent en Ouganda, certains affirmant que si le Rwanda progresse alors que l’Ouganda stagne, c’est parce que Museveni utilise les ressources ougandaises pour développer son pays d’origine. Si même le Président du pays peut être attaqué de la sorte, imaginez la situation pour les citoyens ordinaires.

Le businessman Frank Gashumba, un Ougandais d’origine rwandaise, est un exemple. Ce personnage bien connu en Ouganda affirme que ses parents sont nés en Ouganda, se demandant pourquoi il est souvent associé au Rwanda.

"Il est devenu un crime d’être Rwandais en Ouganda, un crime grave. Je suis né à Masaka (en Ouganda), mes grands-parents ont quitté le Rwanda en 1922. Tous sont enterrés à Masaka. Je n’ai pas de liens directs avec le Rwanda, si ce n’est l’origine de mes grands-parents."

Gashumba mentionne que l’un des abus subis par les Rwandais en Ouganda est le refus de documents officiels tels que la carte d’identité et le passeport.

"Il y a beaucoup de Rwandais comme moi en Ouganda qui font face à ces problèmes. Un Rwandais né en Ouganda, sans aucun lien avec le Rwanda, rencontre désormais des difficultés pour obtenir une carte d’identité ougandaise ou un passeport, car les agents de l’immigration décident qui est Ougandais."

"L’absence de carte d’identité a des conséquences graves sur la vie de quelqu’un. Sans elle, vous ne pouvez pas ouvrir un compte bancaire, avoir une carte SIM à votre nom, acheter des terres à votre nom. C’est devenu un crime pour nous de demander des documents. Même si vous obtenez une carte d’identité et que vous cherchez un emploi en Europe, obtenir un passeport est impossible."

Durant les périodes de tensions entre le Rwanda et l’Ouganda, la persécution des Rwandais en Ouganda s’est intensifiée, certains étant emprisonnés et d’autres constamment harcelés.

"Quand les relations entre le Rwanda et l’Ouganda étaient tendues, nous, les Rwandais en Ouganda, avons commencé à être ciblés. Le Président Museveni pensait que nous étions des espions pour le Rwanda, et le Président Kagame pensait que nous étions des espions pour l’Ouganda. C’est la confusion dans laquelle nous vivons."

"En 2017, j’ai été convoqué par le Président Museveni à Entebbe, on lui avait dit que je travaillais pour le Rwanda. Je lui ai dit que quiconque lui avait donné ces informations devrait être licencié, car je n’ai jamais fait une telle chose. Pourquoi serais-je un espion ? Je n’ai jamais travaillé pour aucun service de sécurité, la seule fois où j’ai été proche de ce gouvernement, c’était quand j’ai commencé à soutenir le Gén. Muhoozi Kainerugaba. Je ne suis pas un espion."

Le fait que Museveni ait été informé à tort par ses services de renseignement à propos de ces Rwandais est très plausible. En 2022, il est apparu que le Colonel Frank Kaka Bagyenda, qui a dirigé le service de renseignement intérieur de l’Ouganda de janvier 2017 jusqu’à son licenciement en octobre 2020, avait fourni des informations erronées.

Frank Gashumba, né dans la communauté des Rwandais en Ouganda, affirme qu'ils se retrouvent dans une ignorance totale de leur identité ougandaise

Certains sont perdus dans les méandres de l’histoire entre l’Ouganda et le Rwanda

Frederick Golooba Mutebi, un expert ougandais en histoire et politique de la région des Grands Lacs, a récemment partagé son analyse dans une interview pour le podcast Long Foam, animé par Sanny Ntayombya. Il a souligné que les persécutions subies par les Rwandais en Ouganda sont liées à leur association continue avec le Rwanda et sont exacerbées par l’histoire complexe entre les deux pays.

"Il est inévitable de reconnaître les liens entre le RPF et le NRM au pouvoir en Ouganda, ou entre les dirigeants du NRM et ceux du RPF. La direction du RPF a collaboré avec celle du NRM en Ouganda pour que le NRM accède au pouvoir. Les Rwandais ont combattu dans la guerre qui a mené Museveni au pouvoir et ont longtemps servi dans l’armée ougandaise ainsi que dans l’administration du pays. La connexion entre ces deux partis ne peut être effacée ; elle reste ancrée dans l’esprit des gens. Certains vont même jusqu’à dire que ces personnes sont les mêmes, qu’elles ont d’abord pris le pouvoir ici, puis au Rwanda, ce qui n’est pas vrai, mais vous ne pouvez pas l’effacer de l’esprit des gens."

Il a ajouté que la présence continue de Rwandais dans différents secteurs en Ouganda alimente les affirmations selon lesquelles Museveni aurait des liens étroits avec le Rwanda, bien qu’il affirme que ces accusations sont infondées.

"On trouve parfois que cette connexion est exagérée. Les Ougandais ne comprennent pas que lorsque le RPF est entré au Rwanda, son intérêt en tant qu’organisation politique pour ce qui se passe en Ouganda est purement historique. Les Rwandais ne perdent pas leur temps à essayer de maintenir Museveni au pouvoir, tout comme Museveni ne perd pas son temps à penser à comment le RPF peut rester au pouvoir."

Frederick Golooba Mutebi a expliqué que certains Ougandais n’ont pas encore compris que leur pays abrite des citoyens d’origine rwandaise, ce qui est à l’origine des persécutions subies par ces derniers.

"Nous avons des Rwandais du Rwanda, et nous avons des Rwandais ougandais, souvent appelés Abafumbira. Mais même parmi les Rwandais du Rwanda, certains sont devenus des citoyens ougandais. Il y a toujours une confusion autour de cette histoire. Quand vous parlez des Rwandais, beaucoup pensent que vous parlez de ceux du Rwanda, ce qui explique pourquoi certains disent que les Rwandais ne sont pas Ougandais, car les gens pensent qu’un Rwandais est un citoyen du Rwanda."

Mutebi souligne que ceux qui subissent des persécutions et se voient refuser des documents sont souvent soupçonnés d’être des Rwandais venant du Rwanda, plutôt que des Rwandais en tant que groupe ethnique parmi les citoyens ougandais.

"Si vous êtes un citoyen d’origine rwandaise mais soupçonné d’être du Rwanda, lorsque vous demandez un passeport, on vous questionne sur vos grands-parents pour déterminer la vérité."

Il a indiqué que l’administration ougandaise est toujours confrontée au défi de résoudre ce problème, entraînant une situation où même des citoyens ougandais parlant le Kinyarwanda sont lésés.

Parfois, les Rwandais en Ouganda souhaitent être appelés "frères" afin que les gens cessent de les confondre aux citoyens du Rwanda.
Frederick Golooba Mutebi a déclaré que le gouvernement ougandais doit également prendre des mesures pour résoudre le problème des citoyens de l'ethnie rwandaise.

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité