Procès Rusesabagina et complices : le Ministère Public à la charge

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 22 avril 2021 à 02:39

Ce mercredi 21 avril 2021, a repris le Procès groupé de Rusesabagina Paul, chef incontesté de la Coalition de partis politiques non agréés au Rwanda regroupés au sein de MRCD/Mouvement Rwandais pour le changement Démocratique et de leur branche armée, le FLN/Front de Libération Nationale.

On a encore une fois observé que le détenu Paul Rusesabagina ne s’est pas présenté à la Cour Suprême, Chambre pénale pour crimes internationaux et transfrontaliers. Paul Rusesabagina a pris cette décision de ne plus reconnaître la justice rwandaise depuis le 12 février dernier date à laquelle il s’est vu refuser les six mois de report de procès qu’il avait demandé pour mieux maîtriser son volumineux dossier. Ce jour-là , il s’était aussi plaint de voir la Cour lui refuser l’assistance d’avocats étrangers. La Cour avait expliqué que tout dépend des accords de réciprocité que le Barreau de Kigali qui approuve les avocats devant plaider pour leurs clients et les barreaux des pays la Belgique et les USA d’où ses avocats sont originaires.

La charge : Un réquisitoire sévère du Procureur Ruberwa contre le Détenu Paul Rusesabagina
Les crimes d’incendie prémédité de véhicules, de maisons servant d’habitation commis par les combattants du MRCD/FLN sont imputables à leur Chef Paul Rusesabagina. Il décrira un à un ces crimes commis par les combattants du FLN à Nyabimata dans le District Nyaruguru et à Kitabi contre les bus de transport en commun et la mise à feu des biens des civils de Nyabimata, Kitabi et Rusizi y compris le bus, un véhicule du Secrétaire Exécutif de Nyabimata et deux motocyclettes.

Le Procureur attaque un autre niveau de crimes commis par ces "terroristes" : des coups de baton et blessures sur des civils non armés. Il a évoqué des attaques à la grenade de ces combattants FLN toujours sur des civils non armés dans le District de Rusizi entre mai et octobre 2019. Pour lui, Rusesabagina qui finançait et dirigeait ce mouvement terroriste est redevable devant la justice.

On a assisté à un défilé de témoins vivants. Un certain Antoine Karerangabo confie à la cour qu’un engin a explosé à côté de lui alors qu’il accourait pour porter secours à ses voisins. Il a alors perdu connaissance. Juma Pili, un voyageur qui se rendait de Kigali à Rusizi a, avec ses camarades de voyages, été forcé de sortir du Bus immobilisé et roué de coups. Félix Rutayisire et Joseph Nsabimana ont été attaqués à la grenade. Les expertises médicales attestent que des éclats de grenade explosés en eux ne sont pas tous retirés. Les tirs sur les véhicules de transport en commun ont atteint mortellement quelques passagers.

Des arguments vérifiables et attestés par des expertises médicales, a-t-il dit. "Sans contredit, les crimes dont est responsable Paul Rusesabagina relèvent du terrorisme", a-t-il ajouté accablant l’homme qui a décidé de se retirer du procès tout en espérant que la cour allait réfléchir deux fois sur sa révolte.

Comparution du Col. Marc Nizeyimana
Après les charges retenues contre Paul Rusesabagina, le Ministère Public en est venu au Colonel Marc Nizeyimana, élève officier à l’ESM/Ecole Supérieure Militaire en exil 1997, Sous lieutenant en 2000, major en 2006, lieutenant colonel en 2016 et colonel en 2017.
Les crimes dont il est accusé ?
Appartenir à un groupe illégal, terroriste, armé ; complicité avec des agents de pays étrangers pour solliciter un appui, meurtre comme crime de terrorisme, prise d’otage, vol à main armée, incendie délibéré d’habitation, de véhicules et de biens des passagers, récidive de meurtre, coups et blessures ; tous ces crimes étant commis dans un cadre terroriste.

La Procureure Claudine Dushimimana qui accable le détenu Colonel dit que dans sa déposition, ce colonel qui a appartenu tour à tour à FDLR-FOCA/Forces Démocratiques de Libération du Rwanda-Forces Combattantes Abacunguzi, puis au CNRD/ Conseil National pour le Renouveau Démocratique et enfin au FLN/Front de Libération Nationale, lui et son groupe, ont traversé à la nage la rivière Rusizi en aval, séparant la RDC et le Burundi ; que tout le groupe sauf lui et un autre rescapé ont atteint la rive burundaise.

Ils y allaient pour rencontrer des officiels burundais pour solliciter un appui à leur projet d’attaquer le Rwanda. La procureure dit que son arrestation a été opérée dans la forêt naturelle de la Kibira burundaise, un prolongement de la Nyungwe rwandaise. Elle assurait le relais pour les combattants FLN qui venaient rejoindre le gros de la troupe stationnée dans cette forêt et préparant une invasion du Rwanda, a dit la procureure.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité