00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Président Tshisekedi dénonce la trahison et l’ingérence étrangère dans son discours d’investiture

Redigé par Bazikarev
Le 21 janvier 2024 à 12:09

Lors de son discours d’investiture marquant le début de son deuxième mandat, le président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi Tshilombo, s’en est pris à la fois à certains pays voisins et à des citoyens congolais, les accusant de trahison envers leurs compatriotes de l’est du pays.

Le président Tshisekedi, qui a remporté les élections de décembre 2023 a commencé son discours le 20 janvier 2024 en demandant une minute de silence en mémoire des victimes du conflit dans l’est de la RDC. Il a exprimé sa détermination à éradiquer les groupes armés de la région, un problème persistant depuis l’époque de Mobutu Sese Seko.

Cependant, le président n’a pas nommément mentionné le Rwanda, un pays qu’il accuse fréquemment dans ses discours, d’ingérence dans les affaires congolaises. Il a évoqué des "voisins" et "des étrangers" ainsi que "certains acteurs internationaux", impliqués dans les troubles de l’est du Congo.

Tshisekedi a également accusé certains Congolais, de trahir leurs frères dans l’est du pays. Il a appelé à une solidarité nationale, déclarant que "la trahison du Congo" n’était pas une option.

L’investiture coïncide avec une période de tension accrue dans la région, où le groupe rebelle M23 contrôle de vastes territoires dans la province du Nord-Kivu. Les forces armées de la RDC, soutenues par des troupes du Burundi et d’autres membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), engagées dans des opérations visant à reprendre ces zones.

Dans son discours, Tshisekedi a également abordé des questions de politique intérieure, promettant de renforcer la monnaie nationale, de créer des emplois pour les jeunes, d’améliorer les capacités des institutions nationales et de poursuivre la lutte contre l’insécurité. Il a évoqué l’aube d’une "nouvelle ère" pour la RDC, insistant sur le fait que le pays avait "grandi" et était prêt pour des changements positifs.

La période précédente du mandat de Tshisekedi a été marquée par des tentatives infructueuses de résolution des conflits dans l’est, y compris des négociations échouées avec les anciens combattants du M23. Le soutien présumé du Rwanda à ce groupe rebelle a été un sujet de discorde, bien que le Rwanda ait réfuté ces allégations.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité