00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Pertes et changements de commandement au sein de l’armée burundaise en RDC

Redigé par Bazikarev
Le 20 février 2024 à 01:08

L’armée burundaise, en alliance avec les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), a subi des pertes significatives lors d’affrontements avec le mouvement M23. Le vendredi dernier, dans la localité de Nyenyeri, plus de 30 militaires du neuvième bataillon TAFOC ont été tués et plus de 50 capturés par les forces du M23, accompagnés de saisies importantes d’armes et de munitions selon des sources au sein de l’armée burundaise.

Selon des sources au sein de l’armée burundaise, cet incident meurtrier est la conséquence directe de l’insubordination du lieutenant-colonel Aron Ndayishimiye à ses supérieurs. Il est rapporté que l’ordre de déployer les troupes à Nyenyeri avait été donné contre l’avis du commandant du groupement TAFOC nord, le colonel Pontien Hakizimana, surnommé "Mingi".

Cette désobéissance a non seulement exposé les troupes à un danger mortel mais a également précipité le renvoi discret de Ndayishimiye vers Bujumbura. Le lieutenant-colonel Marcien Ngabonziza le remplace désormais à la tête du neuvième bataillon TAFOC.

Le lieutenant-colonel Aaron Ndayishimiye, connu pour son zèle et sa détermination à éradiquer le M23, a été décrit comme étant consumé par la haine et refusant d’obéir aux ordres de sa hiérarchie.

Moins de deux semaines après son déploiement en RDC, son rapatriement a été ordonné en raison de son insubordination et des conséquences désastreuses de ses décisions sur le terrain, qui ont entraîné de lourdes pertes pour les Forces de Défense Nationale du Burundi (FDNB).

Des informations préoccupantes émanant toujours des sources au sein de l’armée burundaise concernent l’utilisation potentielle de mines antipersonnel par l’armée burundaise dans la défense du secteur de Goma.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité