Urgent

Paul Rusesabagina décide de ne plus comparaître dans prochaines séances de son procès

Redigé par IGIHE
Le 12 mars 2021 à 12:04

Ce vendredi 12 mars 2021, le Procès Rusesabagina&Vingt coaccusés vs le Gouvernement rwandais a repris tôt ce matin. La séance d’aujourd’hui suit celle d’hier où les avocats de l’Accusé Paul Rusesabagina et quelques autres étaient absents. Les débats d’aujourd’hui ont été centrés sur le fait que l’Accusé Paul Rusesabagina et son avocat, Me Rudakemwa, ont plaidé pour un temps "raisonable de six mois" pour mieux étudier et maîtriser le volumineux dossier. L’Accusé a demandé et s’est vu accorder un matériel informatique lui permettant de travailler sa défense.

Le Ministère Public a, dans son intervention, trouvé que ce que demande Rusesabagina et son avocat demande tend vers les manoeuvres dilatoires.
"L’accusé fait traîner le procès en longueur. Pourquoi la défense de dix-sept coaccusés ne font aucune protestation en ce sens ? Au contraire, ils veulent que le procès se poursuive", a dit le Ministère public recommandant à la Cour de proposer un RoadMap (une feuille de route) qui aurait le consensus de toutes les parties au procès.
Me Rudakemwa de la défense de Rusesabagina s’est désolidarisé de l’accusation du Ministère Public.

"Non mon client n’a pas intérêt à adopter des manoeuvres dilatoires surtout qu’il est en détention. Il veut avoir tous les outils nécessaires pour prendre suffisamment connaissance de son volumineux dossier et construire sa défense. Pour ma part, J’ai eu connaissance de son dossier au 23 février dernier. Il y a à peine 17 jours. C’est trop court pour maîtriser le dossier.

Me Gatera Gashabana,avec qui nous défendons Rusesabagina, lui aussi a montré des problèmes de difficile accès au dossier dans la prison où se trouve mon client pour des raisons diverses y compris la situation de Covid19.

Et puis ce dossier est complexe et très volumineux. De par son caractère d’ indivisibilité, on doit l’étudier en entier et non en partie. C’est un dossier groupé. Pour ce qui est du délai raisonnable pour son étude, cela est laissé à l’appréciation souveraine de la Cour.

Pour l’immédiat, je peux dire que je maîtrise le dossier à un dixième près. Nous voulons l’analyser sérieusement et le maîtriser. Et puis il a certains faits que nous n’avons pas reçus", a dit dans sa plaidoirie Me Rudakemwa, insistant pour un report de six mois du procès.

Intervenant à ce sujet, très poliment, Rusesabagina a déconstruit la démarche du Ministère Public qui l’accuse de tentative de faire traîner en longueur le procès.
"Mon dossier, même s’il fait partie des autres dans ce procès groupé, est autrement plus important que ceux des autres. Il y a le fait de MRCD/Mouvement Rwandais pour le Changement Démocratique, de FLN/Front de libération Nationale, de Niyomwungere (Evêque qui l’a emmené à Kigali). Il demande une étude sérieuse. Pour ce qui est de mes avocats, Me Rudakemwa, vous savez qu’il a peu de temps avec moi. Me Gatera Gashabana, c’est ma famille qui l’a recommandé. Mais il est très pris avec d’autres procès dont ceux d’Arusha et le Covid19 n’est pas pour faciliter la tâche", a dit Rusesabagina.

Les délibérations décident que le procès devra continuer normalement
Le juge président annonce la reprise des travaux. Il est question de lire les délibérations faites à huis clos sur les requêtes de Rusesabagina et son conseil.
Un portable où se trouve tout le dossier de son procès a été accordé, lit le juge.
A la question des avocats étrangers qu’il a souhaité voir assurer sa défense, seul le barreau de Kigali est habilité et indépendant à ce sujet. Le juge dit que le bâtonnier de Kigali a bien expliqué que pour qu’un accusé soit défendu par un avocat étranger, il faut qu’il y ait un protocole de réciprocité des barreaux de ces deux pays. Or les pays d’où sont originaires les avocats du choix de Rusesabagina ne remplissent pas le principe de réciprocité selon lequel un avocat rwandais peut défendre un accusé devant les Cours de ces pays-là.

Le report du procès de six mois non permis par la Cour
Le report du procès n’est pas opportun, a lu le juge, surtout que l’accusé Paul Rusesabagina affirme qu’à tout moment la prison lui donne tout le temps de voir ses avocats pour préparer les séances de son procès. En fois de quoi, a dit le juge, Paul Rusesabagina pourra continuer à étudier son dossier pendant que les séances de procès en cours se succéderont comme cela a été décidé au cours des débats du 5 mars dernier.

A la lecture des délibérations, alors que la séance continuait ses travaux en attaquant le dossier de Nsabimana alias Sankara, l’Accusé Paul Rusesabagina demande et prend la parole pour dire : "Comme je n’ai pas été satisfait à ma requête, je n’attends pas de justice dans cette cour et je n’y reviendrai pas". Aussitôt Me Rudakemwa trouve que : "je n’ai rien à ajouter à ce que mon client vient de déclarer. Par contre, je demande la permission de me retirer de la cour", a dit visiblement désagréablement surpris par la sortie publique de son client.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité