00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

"Pas de leçon à nous donner ! : Yolande Makolo réagit face aux propos de HRF

Redigé par Franck_Espoir Ndizeye
Le 3 février 2024 à 11:20

La porte-parole du gouvernement, Yolande Makolo, a vivement réagi aux critiques formulées par la Fondation des Droits de l’Homme ‘HRF’ à l’encontre du Rwanda. Selon elle, cette organisation internationale n’a pas à donner de leçons au pays, surtout après les progrès accomplis depuis la fin du génocide perpétré contre les tutsi, il y a 30 ans.

Dans une déclaration faite samedi 3 février, Makolo a répondu aux commentaires de la Fondation, qui avait critiqué, sur X, le discours du président Kagame lors du National Prayer Breakfast, un événement tenu jeudi 1er février aux États-Unis.

Dans son allocution, le président Kagame avait souligné l’importance de l’unité, de la réconciliation et du pardon dans le processus de guérison des plaies rwandaises et comme fondements du progrès national post-génocide.

La Fondation des Droits de l’Homme, connue pour avoir défendu Paul Rusesabagina, condamné pour des actes terroristes en lien avec le groupe MRCD/FLN, ( un groupe terroriste accusé d’avoir commis des attaques au Sud et à l’ Est du Rwanda), a contesté la présence du président Kagame à l’événement, le considérant indigne d’une telle invitation.

En réponse, Yolande Makolo a accusé la Fondation de déformer la vérité historique et de minimiser les avancées du Rwanda.

Elle a déclaré : « Que croyez-vous, vous de la Human Rights Foundation ? Votre distorsion de notre histoire et des progrès réalisés ces 30 dernières années vous fait ressembler à des enfants gâtés. Vous n’avez rien à nous enseigner. Écoutez le discours du président Kagame et essayez d’en tirer quelque chose. »

Outre son soutien à Rusesabagina, la Human Rights Foundation a aussi invité ce dernier, récemment gracié par le président Kagame. Rusesabagina a lui-même rejeté la grâce présidentielle, prétendant que sa libération était due à l’intervention de la Fondation, basée aux États-Unis. Il affirme poursuivre ses "plans maléfiques", menaçant la sécurité du Rwanda.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité