00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Les raisons derrière la décision du Rwanda de fermer les centrales électriques au diesel

Redigé par Franck_Espoir Ndizeye
Le 25 mai 2024 à 02:04

Le ministre des Infrastructures, le Dr Jimmy Gasore, a détaillé, ce jeudi 23 mai, les raisons de l’arrêt de la production d’électricité à partir des dérivés du pétrole.

Le ministère des Infrastructures avait annoncé en juin 2023 l’arrêt de la production d’électricité à partir de dérivés du pétrole, principalement du diesel, invoquant des coûts élevés et des dommages environnementaux.

Lors du Symposium National sur la Sécurité tenu à Kigali, Dr. Jimmy Gasore a expliqué en détail cette décision.

Il a abordé le contexte plus large des préoccupations énergétiques en Afrique, en mettant l’accent sur les solutions durables et sur les potentiels et obstacles du continent en matière de développement énergétique.

Dr. Gasore a souligné l’importance de l’énergie dans la réalisation des objectifs de la Vision 2050 du Rwanda, visant à hisser le pays au rang des nations à revenu élevé d’ici 2050, avec une infrastructure énergétique jouant un rôle crucial.

Abordant la manière dont les stratégies énergétiques du Rwanda s’alignent sur ses engagements environnementaux, Dr. Gasore a noté que ce défi est gérable au Rwanda, étant abordé par la priorité et l’exécution de buts critiques.

"Nos politiques énergétiques répondent d’abord aux besoins urgents," a-t-il expliqué.

"Fournir une énergie adéquate pour le développement national est notre priorité. Assurer l’accessibilité financière est la suivante, car cela soutient nos objectifs de renforcer la compétitivité industrielle et l’attractivité des investissements à plusieurs niveaux. Des coûts bas sont essentiels pour une concurrence efficace."

Il a ajouté que la troisième priorité est la durabilité environnementale des ressources énergétiques.

"Notre objectif est également l’utilisation durable de l’énergie, la gestion des impacts du changement climatique et le respect de nos obligations nationales. Bien que le diesel reste une option en raison de sa capacité à répondre aux besoins énergétiques immédiats, son coût élevé motive notre transition vers des sources renouvelables."

Dr. Gasore a également précisé que bien que les centrales électriques au diesel aient été mises hors service, elles restent disponibles en cas d’urgence.

En mars 2024, suite à un déficit énergétique en 2023, le ministère a rapporté qu’aucune alternative rentable n’était disponible, ce qui a poussé REG à dépenser 5 milliards de francs rwandais pour le diesel.

Le ministre Gasore, lors de son intervention à la conférence dédiée aux enjeux énergétiques en Afrique, a exploré des solutions pour encourager l'adoption de sources d'énergie durables

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité