00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Les démagogues au service du terrorisme

Redigé par Tite Gatabazi
Le 12 octobre 2021 à 02:04

En 2017, Rusesabagina fonde le MRCD dont le FLN est le bras armé avec pour siège la Belgique. Et ses réunions se tiennent sur place au vue et au su de tout le monde, les autorités Belges en tête ! Il en est le Président et principal financier.

Le 15 décembre 2018, une attaque meurtrière du FLN a eu lieu à Nyaruguru et Nyamagabe dans le sud du Rwanda. Un bâtiment d’une coopérative locale, la voiture d’un particulier, des taxi-motos sont détruits par l’attaque.

Le 22 mars 2019 c’est au tour de Bweyeye dans le district de Rusizi à la lisière du parc de Nyungwe de connaitre les affres des actes terroristes du FLN. Une embuscade contre trois bus de transport en commun avec passagers brûlés et lancement des grenades sur des civils désarmés.

Dans une vidéo visible sur youtube, Rusesabagina en personne félicite le FLN et encourage les jeunes à les rejoindre. Tout ceci est documenté. Il alimentait la haine et l’intolérance.

Nsabimana Callixte alias Sankara son porte-parole, était alors le chouchou des médias étrangers et paradait sur plusieurs radios internationales. Il revendiqua solennellement les attaques terroristes du FLN. Et il est passé aux aveux devant la justice rwandaise.

La justice rwandaise a reconnu Rusesabagina et consorts comme responsables et coupables d’actes de terrorisme.

Qu’une prestigieuse institution comme le Parlement Européen présente cet homme convaincu de terrorisme d’« activiste des droits de l’homme » jette un froid dans l’opinion.

En effet, cette présentation biaisée et fallacieuse vient rejoindre une convergence soutenue par des opérations de propagande contre le Rwanda post génocide contre les tutsis au mépris d’analyse factuelle.

Ce qui est constitutif d’une menace sérieuse sur la gouvernance et les droits de l’homme. De par sa nature et son contenu, cette offensive est inquiétante car elle n’est pas la première en son genre. Elle prête le flanc aux démagogues en tout genre et fait le lit du terrorisme.

Plus grave, le parlement européen joue la désunion dans la lutte contre le terrorisme. Aussi, il est à contre-courant de l’universalisme et l’indivisibilité des droits de l’homme. Circonstance aggravante, il n’a eu aucun mot de compassion pour les victimes innocentes. Ce qui n’est pas anodin !

Dans une lettre ouverte adressée à Sophie Wilmes, Ministre Belge des Affaires Etrangères, Alain Billen, citoyen belge, ne fait pas dans la dentelle : « les attaques internationales à l’encontre du Rwanda n’ont jamais cessées…alors même que ces agressions étaient comme toujours, injustes et non fondées ».

Sa sortie maladroite avec une communiqué provocateur et délibéré est à la base de l’incident diplomatique ayant entrainé le report sine die de la rencontre ministérielle en marge de l’assemblée générale des nations unies à New York.

Pendant que l’Europe vit désormais avec la menace et les actes terroristes et que la lutte contre ce phénomène planétaire devrait être globale, voilà que le Parlement Européen fait de la démagogie, une arme de la honte.

Le terrorisme est une terrible épreuve difficile à surmonter pour les droits de l’homme.

Le parlement européen affirme que « Rusesabagina est l’exemple même des violations des droits de l’homme au Rwanda » et les euros députés ont perdu de vue les accusations étayées et les éléments de preuve dont une bonne partie ont été fournis par les autorités Belges.

Et pendant ce temps, beaucoup de fugitifs européens sont ramenés au pays suite à des subterfuges sans que cela ne choque personne, y compris la justice, en l’occurrence la cour européenne des droits de l’homme.

Tour le monde le sait, le parlement européen en premier, les actes terroristes sont une violation du droit à la vie, de la liberté et de la sécurité. Que les terroristes obligent les citoyens à vivre dans la peur.

Les députés ont-ils conscience d’importants progrès dans la transformation socio-économique du Rwanda, l’un des rares pays d’Afrique a joué son rôle correctement dans la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement.

De la forte croissance économique accompagnée d’améliorations très significatives du niveau de la vie de la population, y compris le système judiciaire.

Du haut de ses connaissances profondes de la société belge, l’historien et Professeur à l’université Libre de Bruxelles, Philippe Schreiber a écrit : « En Flandre, le récit dominant sur les événements de 1994 distord le sens de l’histoire. Parce que les forces idéologiques qui avaient ardemment soutenu le régime Habyarimana ont maintenu leur soutien aux génocidaires après 1994. Parce que des supposés experts de l’Afrique des grands-lacs, universitaires et journalistes, y sont des propagandistes de la pernicieuse « thèse du double génocide ». Ceci explique probablement cela.

Les députés Européens dans la démagogie

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité