00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Les créateurs de contenu kenyans peuvent désormais gagner de l’argent sur Facebook et Instagram

Redigé par Ange Carolle Kouassi
Le 13 décembre 2023 à 05:30

Meta, la société mère de Facebook, a récemment dévoilé son engagement à monétiser le contenu au Kenya, une décision résultant de négociations fructueuses. Cette annonce a été faite par le président William Ruto lors des célébrations du Jamhuri Day, qui se sont tenues dans les majestueux jardins d’Uhuru à Nairobi.

Lors de cet événement, le président Ruto a partagé les fruits de ses entretiens avec Meta, soulignant que la société avait consenti à permettre aux créateurs de contenu kenyans de monétiser leurs productions originales sur Facebook et Instagram.

Dans un élan de générosité envers la communauté des créateurs de contenu, le président Ruto a levé le voile sur la mise en place d’un programme pilote par Meta, spécifiquement conçu pour les créateurs kenyans éligibles. Il a annoncé ces nouvelles perspectives avec enthousiasme : "J’ai de bonnes nouvelles pour nos créatifs et ceux qui imaginent et produisent du contenu via Facebook et Instagram. Hier encore, Meta s’est engagé à aider les créateurs kenyans à gagner de l’argent en créant des contenus originaux. À la suite d’un programme pilote avec des créateurs éligibles dans le pays, Meta élargira les possibilités de monétisation et permettra à davantage de créateurs de gagner leur vie en faisant ce qu’ils aiment."

Facebook, une plateforme de médias sociaux incontournable, offre aux utilisateurs la possibilité de se connecter avec leurs proches via des discussions privées, le partage de photos et de vidéos, ainsi que la publication de mises à jour sur leurs profils. Dans l’ère numérique actuelle, elle représente un outil essentiel pour redéfinir les relations humaines, où les individus s’appuient sur des applications sociales pour maintenir leurs liens.

Le Kenya se joint ainsi à l’Égypte et à l’Afrique du Sud, les seuls pays du continent qui bénéficiaient déjà du programme Facebook Creator. Dans ces deux nations africaines, il était déjà possible de monétiser l’audience et le contenu sur Facebook. L’Égypte occupe la 10e place mondiale en termes d’utilisation de Facebook, avec 42 millions d’utilisateurs en 2023, tandis que l’Afrique du Sud se classe à la 20e place, comptant plus de 20 millions d’utilisateurs.

Selon les experts du secteur, Facebook rémunère les créateurs de contenu en fonction du nombre de vues, offrant des sommes variant entre 1 200 shillings (8 dollars) et 3 000 shillings (20 dollars) pour chaque millier de vues. Le CPM (coût par mille) moyen dans la plupart des pays africains se situe entre 8 et 10 dollars, en raison du sous-développement de l’industrie du marketing par rapport à des nations telles que les États-Unis, l’Australie, le Canada et le Royaume-Uni. Il convient de préciser que le CPM représente également le coût pour mille vues.

Avec un CPM de base de 1 200 shillings (8 dollars), les créateurs de contenu sur Facebook, en particulier les micro-influenceurs comptant entre mille et dix mille abonnés, peuvent espérer gagner en moyenne entre 92 000 shillings (600 dollars) et 200 000 shillings (1 300 dollars) par mois.

Cette opportunité de monétisation de leurs comptes sur Facebook permettra non seulement aux créateurs de générer un revenu passif supplémentaire, mais aussi de cultiver des relations solides avec leurs fans et leurs suiveurs grâce à un contenu divertissant, attrayant et de grande qualité.

Il est important de noter que, avant de pouvoir bénéficier de cette source de revenus grâce aux publicités Facebook pour les vidéos à la demande et les vidéos en direct, les créateurs doivent remplir certaines conditions minimales sur leur page ou leur profil Facebook.

Les créateurs de contenu kenyans peuvent désormais gagner de l’argent sur Facebook et Instagram

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité