Urgent

Le tristement célèbre fugitif Félicien Kabuga avait été couvert par l’ancien chef du contre espionnage rwandais, Col. Karegeya

Redigé par IGIHE
Le 18 mai 2020 à 10:18

Le financier du génocide des Tutsi de 1994 au Rwanda, le tristement célèbre Félicien Kabuga, sociétaire principal de la radio incendiaire RTLM (Radio Télévision Libre des Mille Collines) et importateur de plusieurs centaines de tonnes de machettes qui ont été distribuées aux innombrabres Interahamwe pour tuer les Tutsi, a été couvert par l’ancien Chef du Service de Contre espionnage rwandais, le Col. Patrick Karegeya, peu avant son entrée en dissidence contre le régime qu’il servait, a établi IGIHE.Com.

Ce financier du génocide, Kabuga, sur qui pendait un mandat d’arrêt international émis par le TPIR-Arusha en 1997 et un "Wanted" de 5 millions de dollars par la Justice américaine, a toujours cavalé durant 26 ans. A chaque fois qu’il était sur le point d’être pris, il y avait toujours des gens pour sonner l’alerte dont le Colonel Patricck Karegeya. L’on sait que par la suite ce Colonel en mal de cohabitation avait son régime s’est réfugié en Afrique du Sud, qu’il a tout tenté pour déstabiliser le territoire rwandais avec ses voyages incessants dans la région des Grands Lacs sauf au Rwanda qui n’auguraint rien de bon.

Le financier du Génocide a donc souvent échappé, parce que alerté en échange de beaucoup d’argent, aux rêts de police. Ainsi, en 2010, alors à Nairobi au Kenya, il a encore une fois été alerté par le Colonel Patrick alors que la Police kenyane était à deux mètres pour lui mettre les menottes aux mains.

Une forte complicité avec le Chef Patrick Karegeya

Le Parquet Général de la République rwandaise retrace en 2011 des pratiques louches entre le Colonel-Chef du Contre espionnage rwandais et le Financier du génocide. Le Parquet trouve que cette complicité date de longtemps depuis le fait que les enfants de ce présumé génocidaire Donatien Nshima et Séraphine Uwimana de retour de leur exil européen entre octobre et décembre 2003 ont atterri à kigali pour exiger la restitution du patrimoine de leur père.

En collaboration avec le Colonel Patrick Karegeya, un fonctionnaire d’ambassade du Rwanda en Belgique, M. Janvier Mabuye, a signé un document autorisant les deux enfants à rentrer en possession des biens de leur père car celui-ci et leur mère Joséphine Mukazitoni leur avaient donné entière procuration.

En ce 2003-là, le Parquet Général de la République rwandaise, par le biais de son porte-parole, Alain Mukuralinda, a déclaré que les deux enfants de Kabuga, Nshima et Uwimana, sont rentrés en possession de deux immeubles sis à Kigali inscrits sur le nom de Félicien Kabuga.Il est aussi rapporté que leur séjour à Kigali durant ces deux mois, tous les frais d’hôtel et restauration d’une valeur de trois millions de francs rwandais ont été payés par l’office que dirigeait le Colonel et c’est le colonel en personne qui a signé l’ordre de paiement de la facture.

Restitution illégale en cachette des biens du présumé génocidaire à ses enfants
Les deux immeubles restitués à ces deux enfants sont situés l’un au Centre Ville de Kigali sur l’avenue dite Quartier Commercial, l’autre, en contre bas du plateau de la Ville de Kigali, quartier Muhima, sur la route desservant la ville pour Nyabugogo.

En cette période là, les contrats de location de ces immeubles commerciaux avec les gens qui y avaient des fonds de commerce ont été signés avec Nshima. Ces tenanciers devaient virer les frais de location dans un compte bancaire domicilié à la BCDI (Banque Commerciale et de Développement Industriel) racheté plus tard par l’ECOBANK.

Les mêmes enfants de Kabuga ont effectué un autre séjour au Rwanda dans l’Hotel Gorilla en février 2004. Encore une fois, la facture d’hotel, tous frais payés, a été exécutée par le Service de Contre espionnage qui a payé un chèque portant numéro 466952 signé par Patrick Karegeya.

Ce fut un ras-le -bol quand l’affaire vint à être découvert par le Parquet Général de la République rwandaise. Celui-ci ordonna la saisie des biens de Kabiga et de ses comptes en parfaite conformité aux prévisions légales.

Le Colonel Patrick Karegeya était-il acheté par cet argentier du génocide des Tutsi ? On est penché de l’affirmer surtout qu’il a tout fait pour le couvrir contre une éventuelle arrestation de ce présumé génocidaire de la part du Gouvernement rwandais et des instances de la Communauté internationale.

Argent du contribuable et des rescapés, frais d’hotel des enfants du génocidaire
Ainsi, en Octobre 2010, les organes de RDF/Rwanda Defence Forces ont accusé Karegeya d’entraver les effrts du gouvernement rwandais et de la Communauté internationale consistant à mettre la main sur Kabuga.

"Kabuga a versé des sommes d’argent à Karegeya pour l’avoir alerté et échappé à une arrestation organisée au Kenya", a indiqué l’alors Lt-Col Jill Rutaremara qui était porte parole des RDF.

Cet ancien Colonel de l’Armée rwandaise a, dans le temps,en 2014, était aussi accablé d’accusations venant de l’alors ministre des Affaires étrangères, l’actuelle SG de l’OIF, Mme Louise Mushikiwabo.

"Ce qui est de notoriété publique, c’est que Karegeya a trahi son pays en couvrant Fé licien Kabuga, le plus recherché des présumés génocidaires rwandais", avait-elle alors indiqué.

Le Président Paul Kagame s’est toujours gardé de faire une allusion claire à la complicité entre ces deux criminels. Commentant en 2019 sur ces arrestations du présumé génocidaire Félicien Kabuga, manquées à leur dernière minute, le Président Paul Kagame a déclaré :

"Il y a quelque chose de louche dans ces opérations manquées de façon répétitive. Il se dégage une constatation qu’il y a derrière tout ceci des gens qui l’alertent. Je pense aussi qu’il y a une part de la Communauté internationale non intéressée à ce qu’arrêté, il dise tout ce qu’il sait sur la préparation et l’organisation de ce génocide des Tutsi", a-t-il dit avec raison d’ailleurs car cet homme qui est entré dans la famille présidentielle Habyarimana par les liens de mariages de leurs enfants était actualisé à tous les agenda de cette présidence y compris la préparation dans les détails de ce génocide et les puissances internationales qui étaient de mèche.

Une longue cavale
Avant sa récente arrestation à Aisnes aux confins de Paris en France, Kabuga aura cavalé de l’Afrique (Kenya) à Oslo en Norvège puis frankfort (Allemagne) et Bruxelles en Belgique.
Mais son transfert à La Haye pour le Mécanisme Résiduel du TPIR-Arusha près la CPI n’avantage pas suffisamment les rescapés du génocide des Tutsi du Rwanda, ceux-là qui espèrent un jour lointain ouvrir des procès en civil relatifs à l’alimentation d’un Fonds National de Compensation pour crimes de Génocide des Tutsi de 1994 au Rwanda.

Possible début de constitution d’un fonds de rération des crimes de génocide ?
Il va de soi que les milieux de rescapés regroupés dans des associations militants pour la réhabilitation des droits violés des rescapés du génocide devraient suggérer puis donner un draft de proposition de cette loi au Parlement Rwandais.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité