00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Le transport lacustre sur le lac Kivu ; une autre priorité du Gouvernement rwandais ; Et les autres lacs ?

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 24 février 2021 à 10:16

Le Gouvernement rwandais est entrain de construire des bateaux de transport de marchandises et de tourisme sur le lac Kivu. Pour ce faire, il a décidé de construire quatre ports sur le dit lac : Bugiki à Rusizi, point sud, et Nyamyumba à Rubavu, point nord du lac. Ces ports sont en construction depuis 2020 avec le partenariat du Gouvernement Hollandais qui a mis 11.6 millions d’Euros.

D’autres ports sont Karongi où se trouve un marché transfrontalier avec l’Est de la RDC et Rutsiro à Nkora. Les travaux pour ces deux ports commenceront incessamment, rapporte-t-on. Le coût total de ce projet de dynamisation du commerce lacustre est estimé à 27.3 millions de dollars.

Un bateau majestueux transportant en toute dignite passagers et leurs marchandises

Entretemps, un chantier naval est mis en route pour la construction d’un gros bateau pouvant transporter passagers(au moins 150) et marchandises (10 tonnes) sur le lac d’une valeur de 16.2 millions de dollars. Espérons que le Gouvernement donne le ton pour mettre les capitalistes rwandais à leurs marques.

Mais on se posera la question de la capacité des investisseurs rwandais. Pourquoi tout ce mégaprojet est piloté uniquement par le Gouvernement rwandais.
Le commerce par le biais du transport lacustre sur le lac Kivu impacte presqu’immédiatement sur une population riveraine évaluée à 4.5 millions de Rwandais et Congolais.

Les riverains de ce lacs, côté rwandais, se plaignent du fait qu’ils recourent au transport de leurs marchandises à l’aide de petites embarcations en bois, donc à rames manuelles, lentes et fatigantes.

Le lac peu familier, craint dans l’imaginaire des citoyens rwandais
Les régimes rwandais qui se sont succédé au Rwanda ont montré un désintérêt à l’exploitation de nombreuses eaux intérieures et frontalières avec les pays voisins. Il ne se conçoit pas comment les chercheurs universitaires rwandais n’ont pas réveillé la conscience des politiciens pour exploiter ces eaux à des fins de facilités des riverains ou du tourisme intérieur.

Il s’en est suivi le fait que l’alors unique Université nationale du Rwanda n’a pas compris la nécessité d’instituer une faculté de constructions navales au nombre des facultés qu’elle organisait. La chose reste en ce piètre état actuel où, pire encore, on a nommé à la tête de cette stratégique institution nationale des étrangers naturalisés croyant qu’ils allaient penser nation plus que les nationaux.

Dans l’imaginaire du citoyen rwandais, les eaux des lacs lui inspirent une peur bleue. Elles sont bonnes au bord de ces aires lacustres juste pour irriguer leurs cultures. La pêche s’y fait rarement. Le transport encore moins.

Une volonté politique ne suit pas

Les pouvoirs publics s’éveillent à exploiter les eaux des lacs comme il faut. Il est aussi temps d’y développer une pisciculture importante offrant aux citoyens une alternative alimentaire.

Port de Nyamyumba, Rubavu en construction

Une Ecole navale qui ne se met pas encore en place

La tendance commerciale sans cesse grandissante sur le lac Kivu inspire les autorités à revoir la copie du développement du pays. Elles ne voient plus uniquement le lac Kivu comme un réservoir immense de gaz méthane. Elles veulent exploiter à fond cet espace environnemental intéressant.

Des observateurs apprécient la construction de ces ports lacustres et trouvent qu’après la construction de ce bateau à grand tonnage, les voyageurs pour affaires sur le lac pour le seul district de Rubavu, passeront de 1.7 millions en 2017 à 2.7 millions en 2036. Ils projettent aussi quant aux marchandises qui iront de port en port. Elles étaient de 153 tonnes en 2017. Les prévisions modestes montrent qu’elles seront 583 tonnes en 2036. Mais ces statistiques sont trompeuses car la construction de ces ports créera un foisonnement d’affaires et l’avènement de nouveaux projets où tous les peuples riverains du lac y compris les Congolais pratiqueront un commerce libre sur le lac et, partant, construiront des bateaux plus nombreux encore qui iront desservir ces ports.

Peu s’en faudra aussi de voir surgir comme du néant une activité touristique intense sur le lac avec des petits bateaux de plaisance, de petits engins de sport sur le lac.
Ce programme gouvernemental devrait être pensé dans le détail près pour faire face à un déferlement d’investisseurs dans l’immobilier qui envahiront les bords de ce lac y construisant des hôtels, des centres de recherche halieutiques, des instituts de sport lacustre…

Beaucoup d'infrastructures en defaut pour mieux servir les passagers et leurs marchandises. On ne doit pas etudier n'importe comment un tel projet. La dignite. La facon de traiter un passager et ses marchandises importe beaucoup.

C’est ici que l’Université du Rwanda devrait réserver un espace sur les presqu’îles qu’on remarque dans le district de Nyamasheke pour y implanter son Ecole Navale. Celle-ci étudierait non seulement l’évolution des activités sur le lac mais aussi comment revaloriser les lacs intérieurs avec une quête incessante de changement des habitudes et comportements des citoyens rwandais.

« Il faut voir en grand ce qui peut se faire dans et sur les bords du Lac Kivu tout en n’oubliant pas d’autres lacs intérieurs du pays. L’utilisation essentielle de ces lacs peut, à elle seule, booster la capacité économique du pays. Elle peut participer au changement de mentalité souhaité chez les Rwandais qui peuvent, tous, voir leurs conditions de vie changer du tout au tout’, a indiqué un économiste qui a gardé l’anonymat.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité