00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Le speaker Kevin McCarthy les quatre fers en l’air !

Redigé par Jean Jill Mazuru
Le 5 octobre 2023 à 02:30

En date du 3 octobre 2023 au capitole à Washington, une première dans les annales du Congrès américain s’est déroulée. Kevin McCarthy, à la tête des républicains à la Chambre des représentants, a été destitué à la suite de dissensions internes au parti.

La décision s’est traduite par un vote dans lequel 216 élus, incluant huit de ses pairs républicains, ont opté pour son éviction, contre 210.

L’issue de cette confrontation a été immédiatement suivie par des manifestations de soutien envers McCarthy. Bien que surpris par cette issue sans précédent, il a affiché un sourire et a été chaleureusement entouré par ses collègues qui l’ont étreint et félicité.

Ce vote inaugure une ère d’instabilité au sein de la chambre basse, puisqu’il faudra désormais désigner un successeur.

Une tâche qui promet d’être laborieuse, surtout au vu du contexte ayant conduit à la destitution de McCarthy.

En effet, Matt Gaetz, une figure de la droite dure américaine et fervent supporter de Trump, a initié cette motion malgré l’appartenance commune de McCarthy à son parti.

Les griefs de Gaetz sur cette éviction du speaker sont profonds.

Il lui reproche d’avoir coopéré avec les démocrates pour élaborer un budget temporaire destiné à financer l’administration fédérale, évitant ainsi un potentiel « shortdown » - situation que répugnent de nombreux conservateurs.

Gaetz pointe également du doigt un soi-disant « accord secret » que McCarthy aurait conclu avec le président Joe Biden, envisageant une aide pour l’Ukraine.
Cette possible allocation pour Kiev est au cœur du désaccord, car l’aile droite des républicains se montre réticente à accorder davantage de fonds à l’Ukraine. Pour eux, ces ressources devraient être affectées à la gestion de la crise migratoire à la frontière américano-mexicaine.

Il est notable que, malgré le soutien massif exprimé en faveur de McCarthy par son groupe parlementaire, les partisans de Trump avaient une influence décisive à la Chambre, grâce à leur très mince majorité.

Dans ce tumulte, McCarthy avait caressé l’espoir de conserver son poste, anticipant que les enjeux politiques primeront et qu’il pourrait obtenir un soutien des démocrates, même de justesse, en contrepartie de quelques concessions.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité