00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Le nœud Gordien autour de Goma devient de plus en plus complexe...

Redigé par Adeline Umutoni, Marc Hoogsteyns
Le 15 février 2024 à 11:32

La ville de Goma est désormais de facto encerclée par les rebelles du M23. La semaine dernière, les hommes de Makenga ont coupé la route principale entre Goma et Bukavu, et la ville ne peut être atteinte depuis l’extérieur que par voie aérienne ou maritime. Des centaines, voire des milliers de villageois des villages tels que Shasha fuient vers Minova, où les troupes burundaises, les FDLR (extrémistes hutus) et les FARDC préparent une contre-offensive depuis le sud.

À l’heure actuelle, l’armée congolaise envoie des renforts et des armes lourdes à Minova, par le lac. Cependant, des observateurs militaires remettent déjà en question cette opération.

"Les rebelles contrôlent les collines au-dessus de Minova", nous dit un observateur militaire. Ils contrôlent le terrain élevé, et ils les verront arriver. Il y a des signes visibles que les forces burundaises ainsi que les FARDC manquent de motivation, étant donné qu’elles ont récemment subi de lourdes pertes. Ils sont également mal formés, et les officiers ne sont pas respectés par leurs hommes.

De nombreux Burundais ont déjà déserté, et nous pensons que beaucoup d’autres le feront très bientôt. Nous pensons que l’objectif principal des rebelles est de contrôler la mine de coltan de Rubaya, bastion et source de revenus des FDLR. Le contrôle global de cette mine a récemment été remis à l’armée burundaise, et les minerais ont tous été acheminés vers le Burundi.

En coupant la route principale entre Goma et Bukavu, cela était déjà très difficile, et nous croyons que le président burundais Evariste Ndayishimiye (’Général Neva’) perdra complètement ce petit cadeau du président Tshisekedi en quelques jours. Sur le front nord, le M23 encercle l’ancien bastion des FDLR à Kishishe, ’Domaine’, et ils cherchent à prendre le contrôle de la route de Rwindi à Nyanzale, puis de là à Kitchanga."

Cette région était déjà une source importante de revenus pour les FDLR, car leurs légumes et d’autres cultures alimentaient la ville de Goma. Ils ont également perdu les avantages des barrages routiers et de la production de makala (charbon de bois).

La semaine dernière, le M23 a également lancé une opération de nettoyage de cette zone contre les FDLR et les Nyatura. Ils se sont affrontés autour de Tongo. Si le M23 contrôle la route entre Kitchanga et Nyanzale (et de là à Rwindi), il deviendra impossible pour les FARDC de déplacer leur artillerie lourde vers le nord, et il sera très facile pour le M23 de neutraliser leurs forces restantes.

Blocage de Goma

Goma a littéralement déjà été prise par la gorge par les M23. Le passage des marchandises commerciales reste possible, mais les FARDC les bloquent. Des biens et des légumes sont déposés aux barrages routiers entre les deux zones où les commerçants sont contraints de les charger sur des tuk-tuks (petits véhicules de transport à trois roues) et des motos.

La plupart de ces motos appartiennent aux FDLR et à quelques généraux congolais qui font beaucoup d’argent avec ce type de transport. La frontière avec le Rwanda est également ouverte pour le commerce, mais toutes les routes sont bloquées à des fins militaires.

"Avant de bloquer complètement Goma du monde extérieur, nous voulons d’abord voir ce que nous prévois la nouvelle coalition entre la SADC et les FARDC", nous dit un officier du M23 de haut rang. "S’ils engagent des opérations offensives, ils devront subir des pertes. Dans ce cas, nous n’autoriserons pas l’aéroport de Goma à être utilisé pour le déploiement de troupes et de logistique supplémentaires."

Avec l’aide de mercenaires, les FARDC ont réussi à harceler le M23 en utilisant des drones. Ils ont même perdu quelques leaders et officiers très précieux lors de frappes de drones très précises. "Nous faisons actuellement face à ces drones", a ajouté Bertrand Bisimwa. "Entre-temps, ils restent une menace." Les FARDC avaient 3 drones opérationnels dans la région, opérant depuis l’aéroport de Kavumu, près de Bukavu. L’un de ces drones a déjà été abattu, l’autre a été endommagé lors d’une collision avec un camion-citerne. Nous avons entendu dire que le M23 dispose de missiles Grinch qui les aideront à abattre ces drones, mais cette rumeur n’a pas pu être confirmée.

La SADC

"La SADC compte déjà quelques centaines de soldats sur le terrain à Goma et nous pensons que des canons et lance-roquettes tanzaniens ont déjà été utilisés dans des opérations de combat", nous indique un autre conseiller militaire.

"Mais toute l’opération perd déjà beaucoup de son intensité par rapport à il y a quelques semaines. Les forces armées de la Communauté Est-Africaine (EAC-RF), qui étaient présentes avant eux, n’ont pas joué un rôle offensif. Le gouvernement congolais affirme maintenant que la SADC combattra à leurs côtés, mais nous voyons déjà des signes que cela pourrait ne pas être le cas : ils savent très bien que le M23 ne fera pas de quartier sur le champ de bataille, logistiquement, cette opération peut devenir un véritable cauchemar pour eux si l’aéroport de Goma est coupé. Nous ne pensons pas que le président Sud-Africain souhaite voir ses hommes revenir du Congo dans des sacs mortuaires."

"Nous les combattrons très durement s’ils décident vraiment de se battre", nous dit un officier de haut rang du M23.

"Nous ne serons jamais condamnés d’avoir défendu notre cause." Les choses pourraient devenir plus claires bientôt, mais il y a de fortes chances que Kinshasa remette une fois de plus la charrue devant les bœufs en prétendant que la SADC interviendra pour faire leur sale besogne, et que celle-ci se retrouvera dans la même situation que la MONUSCO et les forces est-africaines avant elles.

La seule différence maintenant est que Tshisekedi est à court d’atouts pour transformer ce chaos à son avantage. Si la SADEC décidait de jouer les cartes de Tshisekedi, cela ne ferait qu’ajouter de l’huile sur le feu et pousser la région encore plus vers un possible conflit régional. Nous avons également été témoins de la très mauvaise performance de l’armée Sud-Africaine par le passé au Mozambique, où les RDF (l’armée rwandaise) ont été appelées plusieurs fois à sauver leurs vies.

"Les SADC sont devenues l’ombre affaiblie de ce qu’ils étaient autrefois", nous a confié un officier retraité des SADC. "Ils ont perdu de leur puissance d’il y a dix ans, et je serais surpris de les voir mener une offensive contre ces rebelles en RDC." "La situation dans les Kivu est en effet très explosive et complexe", ajoute un haut responsable rwandais. "Mais la présence de la SADC et son éventuelle participation à des opérations offensives contre le M23 n’est pas le principal problème. Nous sommes convaincus que le président sud-africain et les Angolais comprennent avec qui et avec quoi ils traitent et qu’ils ne s’aventureront pas dans le monde imaginaire de Tshisekedi. Un problème beaucoup plus important est le rôle incertain que joue l’armée burundaise dans ce jeu."

Jakaya Kikwete

Tout le monde ne partage pas les opinions de cet officiel rwandais ou de cet officier des Forces de défense Sud-Africaines (SADC).

"Kikwete a encore beaucoup d’influence en Tanzanie", réplique un autre analyste militaire.

"Son dégoût pour le régime de Kagame est déjà évident dans le passé, et il est associé au groupe extrémiste Hutu au Burundi. Le fait que le général Neva ait récemment opté ouvertement pour le côté de Kinshasa dans ce conflit peut également signifier qu’il essaie de marquer des points avec Kikwete, qui est un collaborateur proche d’Alain Guillaume Bunyoni, le général qu’il a mis en prison. En ce moment, l’artillerie Tanzanienne bombarde déjà les positions du M23. Il y a aussi des rumeurs selon lesquelles tant Kikwete que le président Sud-Africain Cyril Ramaphosa ont profité largement de Kinshasa. Ramaphosa est déjà sous enquête pour corruption. Et la plupart des observateurs étrangers sont convaincus que Tshisekedi finance actuellement la plupart des dépenses de la SADC pour cette opération. Cela pourrait les pousser à adopter un rôle plus offensif dans cette guerre. Les forces de la SADC et les pays qui les soutiennent ont déjà une histoire de collaboration avec les extrémistes Hutu, Kikwete en est la preuve vivante."

L’année prochaine, il y aura des élections en Tanzanie et la clique autour de lui pourrait les remporter à nouveau. Toute l’opération de la SADC en RDC repose sur un terrain géopolitique instable. Si les Sud-Africains passent en première ligne et si l’armée tanzanienne continue de bombarder les positions du M23, ils devront affronter le M23 ouvertement sur le champ de bataille et des sacs mortuaires arriveront très bientôt en Afrique du Sud et en Tanzanie. Et cela ne sera le cas que si le M23 n’a pas déjà mis hors service l’aéroport de Goma pour bloquer l’arrivée de troupes fraîches et de logistique de l’extérieur.

Le M23 maintient des positions autour de Goma et peut frapper l’aéroport très facilement. Collaborer ouvertement avec une organisation terroriste telle que les FDLR ne cadre pas très bien avec la machine de relations publiques des Sud-Africains. Contrôler ces groupes radicaux pour protéger les villageois innocents des tueries et infiltrer le Rwanda peut être une chose. Mais si cela se produit, Ramaphosa & co perdraient face complètement.

Les Américains ont déjà froncé les sourcils lorsque l’Afrique du Sud a accusé ouvertement Israël de génocide contre les Palestiniens et leur attitude solitaire envers la Russie est une épine dans le pied pour Washington. Leur attitude et leurs actions en RDC pourraient également coûter cher aux Sud-Africains, en Mozambique. La prochaine fois qu’ils seront attaqués par les jihadistes, les Rwandais pourraient les laisser où ils sont."

À ce stade, il n’est pas encore clair comment l’opération de la SADC évoluera, mais tous les scénarios possibles semblent très sombres.

FDLR, Wazalendo, et FARDC

Pour les FDLR, cette guerre est devenue encore plus sévère qu’ils ne le pensaient, une sorte de dernier combat. Le nombre de réfugiés hutus au Congo a considérablement diminué, étant donné que la plupart de ces réfugiés sont retournés volontairement au Rwanda et que les groupes extrémistes hutus rwandais restants perdent leur influence sur les autres.

Certains membres des FDLR ont même commencé à renvoyer récemment leur propre famille par crainte de les perdre dans la guerre à venir. Pour la communauté tutsie, cette guerre représente également une occasion de briser les dernières fondations restantes des FDLR et du lobby extrémiste hutu, une structure qui a des ramifications même en Europe via plusieurs organisations et partis politiques intermédiaires tels que le FDU-Inkingi et d’autres groupes créés sous l’ombrelle du MRND-RDR (’Retour des Réfugiés’).

Les FDLR comprennent bien que si le M23 parvient à consolider sa position dans les Kivu et persuader les Hutus congolais de collaborer avec eux pour développer l’économie locale, leur existence sera menacée. Ils perdront également leur capacité de générer des fonds à partir de projets miniers, agricoles et de barrages routiers. Une partie de ces fonds était utilisée pour leurs efforts de guerre, tandis que d’autres étaient envoyés en Europe pour être blanchis dans des entreprises locales telles que des compagnies de taxi, etc.

Il n’est donc pas surprenant qu’une femme comme Victoire Ingabire, l’une des représentantes les plus connues de ce lobby, se soit récemment exprimée en faveur des wazalendo et les ait décrits comme des combattants de la liberté. Victoire Ingabire vit maintenant au Rwanda après être revenue des Pays-Bas pour fonder un parti d’opposition, et elle a été condamnée à une peine de prison pour négation du génocide.

Elle a été graciée par le président Kagame, il y a de cela quelques années et vit actuellement à Kigali, sans droit légal de participer à la politique locale. Le nom ’wazalendo’ a été créé par le gouvernement Congolais pour dissimuler leur collaboration avec les FDLR, car ce groupe porte l’étiquette officielle d’une organisation terroriste.

Les FDLR ont reçu beaucoup d’armes et de fonds du gouvernement congolais et ont pu recruter de nouveaux combattants en RDC et même au Rwanda. Ils se sont associés à des rebelles hutus congolais, les soi-disant ’nyatura’, pour gagner en force, et au Burundi, ils ont retrouvé d’anciens camarades tels que le général Neva et Alain Bunyoni pour conclure de nouveaux accords de collaboration.

Lorsque la guerre entre le M23 et les FARDC a repris, des groupes de pression hutus tels que les membres de Jambo SPRL à Bruxelles ont joué un rôle très important pour attiser le conflit sur les réseaux sociaux tels que Twitter et Facebook. Leurs revendications et écrits ont rapidement été imités par de nombreux Congolais qui ont commencé à cracher des messages de haine sur les médias sociaux. La ’diabolisation’ du Rwanda en tant qu’instigateur principal de toutes les misères en RDC était leur principal point focal. Cette campagne de haine a entraîné de nouveaux meurtres de Tutsis en RDC.

"Pour nous, la neutralisation des FDLR est une chose très importante", nous dit un membre élevé du M23. "Ils ont tué des centaines de nos frères et sœurs, et tant qu’ils resteront actifs, il n’y aura pas de paix dans cette région. Les FDLR mènent cette guerre dos au mur et sont désespérés de créer un conflit plus important qui obligerait les grandes puissances à intervenir et à créer une pause pour faire reculer le M23, et leur permettre de retrouver leurs anciennes activités. Cela les rend encore plus dangereux. Si les FDLR perdent le contrôle de cette région, toute la structure du lobby hutu s’effondra. Nous continuerons à défendre nos droits et nos revendications, et si la SADC décide de nous arrêter, nous les combattrons."

"Ces wazalendo eux-mêmes, les groupes Nyatura et Mayi Mayi qui ont trouvé refuge sous cet abri, ont dépassé leur rôle de force principale", poursuit l’officier du M23.

"Mais ils restent une menace car les FARDC les ont armés. Ils ont perdu de leur puissance après que la plupart des politiciens hutus locaux n’ont pas été élus lors des dernières élections. La plupart des élus étaient d’origine Nande, et nous savons tous que les Nande et les Hutus se disputent le leadership dans la province du Nord-Kivu depuis des décennies. Aider Tshisekedi à convaincre la jeunesse hutue locale de devenir wazalendo ne leur a pas bénéficié. Lorsque les wazalendo attaquent, il s’agit souvent de petits groupes rassemblés par des chefs de village locaux ou de petits seigneurs de la guerre pour piller. Nous pouvons les repousser très facilement, mais traiter avec des criminels comme ça chaque jour est une nuisance et occupe nos troupes, nous détournant de l’ennemi réel : les FDLR, les FARDC et les mercenaires. Tshisekedi a injecté des milliers d’armes dans la société locale. Ces wazalendo deviendront des criminels et resteront une nuisance pendant de nombreuses années."

Attaques terroristes

Nous avons récemment publié un article sur l’implication du Burundi dans le conflit congolais, les actions instables du Général Neva & co pourraient déclencher un conflit régional plus important. Les FDLR ont été chassées de leur habitat naturel dans les Kivu. Cependant, elles n’ont jamais eu autant d’armes.

Les FDLR peuvent compter sur le soutien des FARDC, et nous avons également des informations selon lesquelles elles ont appelé leurs éléments au Sud-Kivu à se rendre au Burundi où elles pénètrent dans la forêt de Kibira. Ce n’est pas la première fois que cela se produit : Paul Rusesebagina a également essayé de le faire, mais les RDF ont anéanti la force des FDLR qui le soutenait dans la forêt de Nyungwe et à Nyamasheke.

Les FDLR n’ont pas la force de réellement menacer les RDF à l’intérieur du Rwanda, mais quelques attaques bien orientées dans le nord du pays et à Nyungwe pourraient déclencher une intervention des RDF au Burundi ainsi qu’en RDC, et mettre l’armée rwandaise en conflit direct avec les FARDC, la SADEC et l’armée burundaise.

Le chaos et la violence que cela pourrait provoquer permettraient aux FDLR, ainsi qu’aux Burundais, de crier fort quelques "mea culpa" et de donner à Tshisekedi (cette fois-ci) une raison valable d’accuser le Rwanda d’agression. La machine de propagande à Kinshasa a déjà convaincu la plupart des Congolais que le Rwanda est le grand diable dans ce conflit et la cause de toutes les autres misères de leur pays. Le lobby Hutu en Europe leur fournit des raisons, des arguments et des nuances pour le faire, et la presse européenne suit cette narration.

Les preuves substantielles selon lesquelles l’armée rwandaise a causé la plupart des dégâts dans les précédentes guerres du Congo sont faibles, et la plupart des rapports de l’ONU qui ont été publiés servaient principalement à dissimuler les échecs de leurs propres actions. Si les FDLR parviennent à attirer les RDF au Burundi ou dans les Kivu, cette stratégie pourrait devenir une sorte de prophétie auto-réalisatrice et pousser le conflit dans un autre placard pendant des années pour exploser à nouveau plus tard. La mince ligne rouge de la raison, de la connaissance de l’histoire et des faits semble déjà avoir été largement dépassée.

Le nœud Gordien autour de Goma se resserre et devient plus grand qu’auparavant. Alexandre le Grand a utilisé son épée pour le briser en morceaux à Babylone. Si cela se produit dans les Kivu, l’avenir semble sombre. Les rumeurs, les messages de haine et les fausses informations dominent les médias sociaux en ce qui concerne le Congo.

Kinshasa investit des milliers de dollars dans des efforts de propagande. Et la population suit cette narration comme des moutons aveugles.

, Kivu Press Agency


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité