00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Le club affaires français au Rwanda au mémorial de Ntarama

Redigé par Tite Gatabazi
Le 13 mai 2023 à 08:07

Ils ont fermé les bureaux, ont éteint les ordinateurs et mis de cotés les téléphones.
Ce vendredi 12 mai 2023, ils l’ont dédié à la mémoire des victimes du génocide contre les tutsi, au recueillement au memorial de Ntarama ainsi qu’à la visite de l’association Rwanda School for Hope a Ntarama.

Eux, c’est les hommes et femmes d’affaires regroupés au sein du club d’affaires français au Rwanda, conduit par leur Président, Ir Vicky Murabukirwa.

Ils étaient accompagnés par l’ambassadeur de France au Rwanda, Antoine Anfre, la Vice-Présidente de la fédération du secteur privée du Rwanda, Mme Jeanne Françoise Mubiligi et du vice-président Ibuka Rwanda, Mujyambere Louis de Monfort.

Le mémorial du génocide contre les tutsi de Ntarama est situé sur l’emplacement de l’ancienne église qui portait le même nom de Ntarama.

Près de 5000 tutsi y ont été massacrés sauvagement, dans l’église et au alentours. Des tutsi se sont rassemblés à l’église de Ntarama dans l’espoir qu’elle était inviolable.

Les restes des victimes y ont été enterrés. Dans le mémorial il y a des vêtements, des cartes d’identités, quelques photos et divers objets domestiques.

Les membres du club d’affaires français au Rwanda ont suivi le récit du guide, ont fait le tour pour constater par eux-mêmes, se sont recueillis puis ils ont déposé des gerbes de fleurs.

Puis ils se sont rendus au complexe scolaire dit association Rwanda School for Hope.

Fruit de l’initiative privée dont Ir Vicky Murabukirwa est vice-président du conseil d’administration de la fondation Gasore.

Désireux de participer à la reconstruction du pays, ils ont choisi le secteur de l’éducation pour offrir un avenir radieux aux enfants.

Plus de cinq cents enfants d’enfants sont bénéficiaires du programme de la fondation Gasore.

Outre l’éducation des enfants, la fondation encadre des jeunes filles-mères par l’apprentissage de la couture. En fin de formation, elles reçoivent une machine à coudre et du matériel pour s’autonomiser.

La fondation divulgue un programme de réconciliation à l’endroit des habitants et au milieu de l’école on a aménagé un espace dit « jardin de la réconciliation » ou se trouvent une fois par semaine les victimes qui ont accordés le pardon aux bourreaux.

L’accueil y était très chaleureux au rythme des tambours, chants et danses traditionnels par des enfants joyeux.

Le génocide perpétré contre les tutsi au Rwanda entre avril et juillet 1994 est considéré comme un des événements les plus atroces du XXe siècle et a entrainé de grandes souffrances et des traumas affectant les survivants.

La plupart des enfants des survivants appartenant à la deuxième génération se montrent résilients et les facteurs qui semblent le plus favoriser leur niveau de résilience sont le niveau de statut socio-économique de leurs familles, les croyances religieuses, l’éducation reçue à l’école et les valeurs culturelles rwandaises.

Le club d’affaires français au Rwanda s’inscrit dans cette logique en apportant son soutien psychologique et matériel.

La délégation au mémorial de Ntarama.
Ambassadeur Antoine Anfre, solidaire avec le club d'affaires français au Rwanda et les rescapés du génocide contre les tutsi.
Explications du guide au site memorial Ntarama.
Ir Vicky et Ambassadeur de France au Rwanda.
Antoine Anfre, ambassadeur de France au Rwanda, Jeanne Mubiligi, VP/PSF et Ir Vicky, Président club affaires français au Rwanda.

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité