Urgent

Le Tribunal confirme la détention préventive pour le Dr. P. D. Habumuremyi

Redigé par IGIHE
Le 22 juillet 2020 à 01:26

Ce mardi 21 juillet 2020, le Tribunal de Première Instance de Gasabo de la Ville de Kigali vient de confirmer la détention préventive de l’ex-Premier Ministre et promoteur de la Christian University of Rwanda, M. PD Habumuremyi pour excroquerie et émission de chèque sans provision.

Ce verdict tombe au moment où le Prévenu avait comparu devant le juge du Tribunal de Gasabo ce jeudi 16 juillet, qu’il avait plaidé non coupable des accusations portées contre lui. Il avait également demandé une libération provisoire pour cause de maladie mais aussi pour lui permettre d’entrer en pourparlers avec les éventuels nouveaux actionnaires de son universite afin de pouvoir rembourser les dettes aux fournisseurs.

Lui comme sa défense avançait l’argument comme quoi il pouvait bénéficier de la libération provisoire pour le capital de confiance placé en lui par le Régime rwandais qui l’a par le passé élevé au rang de Premier Ministre et qui lui a chargé de diverses responsabilités publiques.

Hélas le judiciaire a son propre modus operandi. Le verdict lu ce mardi à seize heures dit qu’il y a de forts soupçons de crimes qui pèsent sur l’accusé, crimes qui, s’ils sont confirmés sont passibles de plus de deux ans de prison ferme.

L’ex-Premier Ministre et Président de son Université qui était en période probatoire jusqu’à la date très récente de sa fermeture par le Ministère de l’éducation, est fortement soupçonné d’avoir émis des chèques sans provision d’une valeur de 170 millions de francs au nom de la Rwanda Christian University.

Il est aussi accusé de ne pas avoir remis une garantie de dix millions de francs à un fournisseur de services qui lui a livré un parc informatique de 20 ordinateurs d’une valeur de 17.5 millions de francs. Ce fournisseur, dit le verdict, ne s’est pas vu rétribué le montant versé en garantie encore moins que l’Institution ne lui a versé que cinq millions de francs de la valeur totale de la facture.

L’Accusé avait sérieusement plaidé pour sa libération provisoire afin d’asseoir les stratégies de pouvoir honorer toutes les dettes que l’Université doit aux tiers. Ces stratégies incluent le fait de négocier avec ses créanciers pour la vente des fonds de garantie que l’Université avait offerts mais aussi la vente d’une partie des actions de l’Université. « Tout cela ne peut se faire en mon absence », a-t-il dit faisant valoir qu’il est actionnaire et gestionnaire principal de cette université.

Ses avocats insistaient sur le fait que les fournisseurs de l’Université dont les factures ne sont pas honorées ont intérêt à voir l’accusé s’activer à la recherche des moyens de paiement plutôt que de le voir en prison.
Mais hélas, la justice pénale a une procédure contraignante. Est-elle aussi incontournable ?


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité