00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Le Rwanda réagit aux pourparlers menés par les États-Unis avec la RDC

Redigé par Franck_Espoir Ndizeye
Le 12 décembre 2023 à 08:45

Le gouvernement rwandais a réagi aux nouvelles négociations envisagées par les États-Unis entre le Rwanda et la République Démocratique du Congo (RDC). Le porte-parole adjoint du gouvernement rwandais, Mukuralinda Alain Bernard, a fourni un aperçu détaillé de la position du Rwanda dans ces pourparlers.

Dans une interview sur TV1, Mukuralinda a expliqué que les discussions impliquent différents niveaux de médiation, avec la participation de ministres des Affaires étrangères ou d’autres hautes autorités. Il a ajouté que le fait que des pourparlers aient lieu n’est pas nouveau, car l’objectif principal reste le retour de la paix et de la sécurité en RDC.

Le communiqué américain a exprimé la satisfaction des États-Unis concernant le cessez-le-feu, soulignant un progrès vers la désescalade des tensions.

Mukuralinda a mentionné que les factions en conflit dans l’Est du Congo comprennent le groupe M23, contre l’armée de l’État et ses alliés, tels que les FDLR, Wazalendo et d’autres.

Mukuralinda a commencé par contextualiser l’implication des États-Unis.

"Il n’y a rien de surprenant à ce que les États-Unis d’Amérique mènent des négociations avec le Rwanda et la République démocratique du Congo", a-t-il déclaré.

Concernant l’engagement du Rwanda dans le processus de paix, Mukuralinda a réaffirmé la volonté du pays de contribuer à la stabilité régionale.

"Le Rwanda est déterminé à contribuer à la recherche de la paix et de la sécurité au Congo, lorsqu’on le lui demande", a-t-il souligné, mettant en avant la disposition du Rwanda à aider son voisin en temps de crise.

Mukuralinda a également abordé la participation des États-Unis dans ces pourparlers.
"Les pourparlers continus entre ces pays, y compris un pays ami, appelons-le un médiateur, se déroulent à différents niveaux", a-t-il expliqué, soulignant la complexité des efforts diplomatiques.

Il a ensuite évoqué le rôle du groupe M23 et la nature de sa participation aux discussions.

"Le M23, composé de Congolais, a ses propres motivations. Ils doivent prendre leurs propres décisions concernant la cessation des combats ou d’autres actions", a-t-il indiqué.

Abordant un point crucial, Mukuralinda a parlé de l’absence du M23 dans les discussions actuelles. "Le fait que le M23 n’ait pas été invité à ces discussions, tandis que le Rwanda l’a été, reflète la détermination des chefs d’État de la région à contribuer à mettre fin à l’insécurité en RDC", a-t-il observé.

Il a clairement établi que le Rwanda, ainsi que d’autres dirigeants régionaux, sont résolus à aider le Congo à rétablir la paix, sous réserve d’une volonté mutuelle.

"Il n’est écrit nulle part que le Rwanda dont ils ont parlé est celui qui se bat. Cela n’est écrit nulle part", a-t-il affirmé, dissipant toute ambiguïté sur le rôle du Rwanda dans le conflit.

Mukuralinda a également fait référence aux accords de Luanda, Nairobi et Bujumbura, soulignant leur rôle crucial dans le cadre de ces négociations. "Si les parties rivales en RDC acceptent de respecter ces accords, la paix reviendrait et la guerre prendrait fin", a-t-il déclaré.

Mukuralinda a exprimé son optimisme quant aux pourparlers en cours. "Il n’est pas surprenant qu’aujourd’hui il y ait à nouveau des discussions, ou même s’il y a des décisions à prendre, pour tenter de rétablir la paix dans la région, faire taire les armes, ou arrêter les combats", a-t-il conclu.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité