00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Le Rwanda prend des mesures de défense face à une « menace sérieuse » en provenance de la RDC

Redigé par Franck_Espoir Ndizeye
Le 19 février 2024 à 03:24

Le gouvernement rwandais exprime sa « profonde préoccupation » devant l’abandon par la RDC des processus de paix de Luanda et de Nairobi et l’indifférence de la communauté internationale face à la « dramatique accumulation militaire » du pays près de la frontière rwandaise.

Selon un communiqué du dimanche 18 février du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, la RDC a lancé d’importantes opérations militaires dans la province du Nord-Kivu, en violation des mécanismes régionaux, et « vise clairement à expulser le M23 et les civils tutsi congolais vers les pays voisins », en collaboration avec les FDLR, une milice ethnique rwandaise directement liée au génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda en 1994.

Ce communiqué fait suite à un mini-sommet tenu en Éthiopie, en marge du Sommet de l’Union africaine, où le président Kagame a exhorté les dirigeants régionaux, dont Tshisekedi, à s’attaquer aux causes profondes du conflit dans l’Est de la RDC, notamment l’intégration des FDLR dans les forces armées congolaises.

Depuis des années, le Rwanda demande au gouvernement congolais de mettre fin à la collaboration avec les FDLR, qui ont lancé des attaques sur le territoire rwandais au cours des deux dernières décennies.

Depuis le début de février, les rebelles du M23 ont avancé vers Goma, la capitale du Nord-Kivu, suscitant des craintes qu’ils ne prennent le contrôle de la ville, qui compte environ deux millions d’habitants.

Les avancées des rebelles du M23 sont le résultat de l’expulsion par la RDC de la Force régionale de la Communauté est-africaine en décembre 2023, mandatée pour superviser les efforts de cessez-le-feu et de retrait, a déclaré le ministère.

Protéger les droits et la vie des Tutsi congolais relève de la responsabilité de la RDC, a déclaré le ministère, mais le fait de ne pas le faire de manière constante a exposé toute la région des Grands Lacs à trente ans de conflit et d’instabilité, des centaines de milliers de Tutsi congolais ayant vécu comme réfugiés en Afrique de l’Est pendant des décennies, essentiellement oubliés.

Le Rwanda accueille plus de 100 000 réfugiés congolais, dont plus de 13 000 ont fui le conflit au cours des derniers mois.

« Les discours de haine et le tribalisme grossier sont devenus la monnaie courante de la politique congolaise sous l’administration du président Félix Tshisekedi, et la discrimination ethnique ainsi que les arrestations et assassinats ciblés sont devenus monnaie courante. Les FDLR sont pleinement intégrées dans les Forces armées congolaises (FARDC), comme l’ont documenté à plusieurs reprises le Groupe d’experts des Nations unies », lit-on dans le communiqué.

« Ensemble, ces faits représentent une menace sérieuse pour la sécurité nationale du Rwanda. En raison de ce risque croissant, la position du Rwanda est que la question du M23 doit être résolue politiquement parmi les Congolais. Il ne sera pas accepté que le problème soit à nouveau externalisé vers le Rwanda, par la force », a déclaré le ministère.

La direction politique et militaire congolaise, y compris le président Tshisekedi, a également déclaré à plusieurs reprises son intention d’envahir le Rwanda et de changer le gouvernement élu du pays par la force.

« Le Rwanda les prend au mot et a ajusté notre posture en conséquence », a déclaré le communiqué.

« Cela comprend des mesures pour assurer la défense aérienne complète du territoire rwandais, et pour dégrader les capacités offensives aériennes, suite à l’introduction de drones d’attaque chinois CH-4 avancés par la RDC en 2023, et aux violations répétées de l’espace aérien rwandais par des avions de chasse congolais. »

Changement de politique des États-Unis ?

Le Département d’État du gouvernement des États-Unis a publié un communiqué le 17 février accusant le Rwanda de soutenir les rebelles du M23, une affirmation que le gouvernement congolais colporte mais que le Rwanda rejette.

Dans le communiqué, les FDLR, qui ont été sanctionnées en tant que groupe terroriste par le même département en 2001, sont appelées « un groupe armé désigné comme une ’force négative’ par les organes régionaux et le gouvernement de la RDC ».

Le ministère rwandais des Affaires étrangères a déclaré que le Département d’État américain « déforme fondamentalement ces réalités, et se trouve dans une contradiction déconcertante avec le contenu et le ton du processus de renforcement de la confiance » initié par le directeur du renseignement national des États-Unis en novembre 2023, qui a créé un cadre productif pour la désescalade.

Les États-Unis ont pendant des mois agi en tant que médiateur entre la RDC et le Rwanda dans le conflit dans l’Est de la RDC.

« Le Rwanda demandera des éclaircissements au gouvernement des États-Unis pour savoir si son communiqué représente un changement brusque de politique, ou simplement un manque de coordination interne », a déclaré le ministère.

En 2001, le gouvernement américain a ajouté les FDLR, alors connues sous le nom d’« ALIR alias Interahamwe, ex-FAR », à la liste d’exclusion des terroristes en vertu des dispositions du Patriot Act, après que le groupe ait assassiné, et dans certains cas violé, huit touristes occidentaux à Bwindi, en Ouganda, dont deux Américains.

Le ministère a déclaré que la caractérisation de cette organisation génocidaire et terroriste simplement comme un « groupe armé désigné comme une ’force négative’ par les organes régionaux et le gouvernement de la RDC » est « un acte de realpolitik choquant et cynique, qui remet en question la capacité des États-Unis à servir de médiateur crédible dans la région des Grands Lacs ».

Le soutien de la RDC aux FDLR est « une question de politique d’État, et non le choix d’acteurs individuels », a-t-il déclaré, ajoutant que mettre fin au soutien de l’État congolais au groupe terroriste, et garantir leur démobilisation et leur rapatriement au Rwanda, est « une exigence non négociable pour protéger l’intégrité territoriale du Rwanda et garantir la préservation de notre unité nationale chèrement acquise pour les générations futures ».

« En conséquence, le Rwanda se réserve le droit de prendre toutes les mesures légitimes pour défendre notre pays, tant que cette menace existe », a déclaré le ministère.

Il a ajouté que le gouvernement rwandais apprécie et soutient pleinement les efforts de médiation inlassables des dirigeants régionaux, notamment le président João Lourenço de l’Angola, et s’engage à prendre des mesures extraordinaires pour assurer la sécurité et la stabilité dans la région en s’attaquant aux causes profondes du conflit.

Dr Vincent Biruta, Ministre Rwandais des Affaires étrangères et de la Coopération internationale

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité